Marillion - Fuck Everyone And Run

Nicolas Didier Barriac - Le 21 Novembre 2016

Dix-huitième entrée dans la discographie de Marillion, Fuck Everyone And Run (FEAR) vient nous rappeler toute sa portée et sa splendeur. Peu de groupes arrivent à sortir autant d'albums en traversant aussi peu de crises que ces cinq Anglais et encore moins parviennent à concurrencer leur flux quasi interrompu de chefs d'œuvre. Tout amateur de pop, rock ou prog' s'est forcément, à un moment ou à un autre, penché sur le gang de Steve Rothery. Ce positionnement éclectique, combiné à la liberté artistique durement acquise loin des majors, explique sa longévité. Aujourd'hui, Marillion a de fortes envies progressives et pousse encore plus loin ses influences que quatre auparavant sur Sounds That Can't Be Made.

Fuck Everyone And Run (FEAR) ré-exploite pour la cinquième fois le filon du crowdfunding. Pourtant, musicalement, on ne tourne pas en rond. Le premier élément étonnant sur ce disque est le grand pont qu'il construit entre l'époque Fish et celle de Steve Hogarth (Why Is Nothing Ever True? Aurait d'ailleurs pu naître sur Fugazi). Parfois décousues et remplies de claviers, les compositions possèdent indéniablement des tonalités old school qu'on n'avait plus entendues aussi clairement depuis Afraid Of Sunlight. Toutefois, cet opus est également puissamment ancré dans l'actualité. Par les thèmes abordés, tout d'abord, qui offrent à H un billard pour s'exprimer sur la politique, les rapports sociaux, les réfugiés ou encore le capitalisme. Par la vision musicale ensuite, refusant de vivre pleinement sur ses acquis.

Certes, la route empruntée est familière mais les détails émerveillent. La douce guitare acoustique en ouverture de Long-Shadowed Sun, le crescendo digne de Sigur Ros sur One Tonight, le clin d'œil appuyé à King sur FEAR, le lyrisme sur la première partie de White Paper, les claviers tranquilles des couplets de The Gold sont autant d'exemples de fulgurances made by Marillion. Le tout tient debout par une science de l'écriture éprouvée qui alterne les longues plaintes contemplatives avec des passages plus rock (Fuck Everyone And Run, Why Is Nothing Ever True?). Et, lors de moments stratégiques, Russia's Locked Doors et One Tonight en particulier, le groupe lâche les chevaux en créant un maelström d'émotions jouissif.

Plus que d'habitude, la connexion entre le public et le groupe passe davantage par la musique que parle chant. La faute à un Steve Hogarth un peu trop monotone dans ses gémissements. Celles-ci, uniques en leur genre et faisant le bonheur des fans depuis bientôt trente ans, ne sont jamais aussi efficaces que lorsqu'elles sont soutenues par des saillies rock et quelques cris de rage bien placés. Fuck Everyone And Run (FEAR) montre un vrai déficit sur ce critère ce qui empêche certains titres d'atteindre les sommets visés.

Malgré tout, les compositions coulent naturellement, naviguent entre leurs contrastes avec une simplicité apparente, et forment un tout extrêmement homogène. Une production au top finit de convaincre qu'on tient là un des disques les plus remarquables de Marillion. Bien qu'un cran au-dessous de Marbles, Brave ou Afraid Of Sunlight, il s'insérera dans le top cinq personnel de nombreux connaisseurs. Quant aux concerts : continuellement abreuvées de nouveaux éléments, les setlists vont encore briller par leur diversité, leur imprévisibilité et leur capacité à créer du frisson. A voir en tournée à la fin de l'année.


Discographie :
Script for a Jester's Tear (1983)
Fugazi (1984)
Misplaced Childhood (1985)
Clutching at Straws (1987)
Seasons End (1989)
Holidays in Eden (1991)
Brave (1994)
Afraid of Sunlight (1995)
This Strange Engine (1997)
Radiation (1998)
marillion.com (1999)
Anoraknophobia (2001)
Marbles (2004)
Somewhere Else (2007)
Happiness Is the Road (2008)
Less Is More (2009)
Sounds That Can't Be Made (2012)
Fuck Everyone and Run (F E A R) (2016)

Tracklist de Fuck Everyone And Run (FEAR) (en gras les morceaux essentiels) :
1.    El Dorado: I. Long-Shadowed Sun      1:16
2.    El Dorado: II. The Gold      6:13
3.    El Dorado: III. Demolished Lives      2:23
4.    El Dorado: IV. F E A R      4:07
5.    El Dorado: V. The Grandchildren of Apes      2:35
6.    Living in F E A R      6.25
7.    The Leavers: I. Wake Up in Music      4:27
8.    The Leavers: II. The Remainers      1:34
9.    The Leavers: III. Vapour Trails in the Sky      4:49
10.    The Leavers: IV. The Jumble of Days      4:20
11.    The Leavers: V. One Tonight      3:56
12.    White Paper      7:18
13.    The New Kings: I. Fuck Everyone and Run      4:22
14.    The New Kings: II. Russia's Locked Doors      6:24
15.    The New Kings: III. A Scary Sky      2:33
16.    The New Kings: IV. Why Is Nothing Ever True?      3:24
17.    Tomorrow's New Country      1:47

Marillion – Fuck Everyone And Run (FEAR)
earMUSIC
www.marillion.com

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

  • Tablatures de Marillion (5)

  • Et si on en parlait: Marillion (37)
  • MARILLION RETOUR A PARIS LE 14.09.2004 (9)

  • Son de Rothery (Marillion) (5)
  • COMMENTER l'ARTICLE

    Laisser un commentaire à propos de cet article :
    Nom d'utilisateur :
    Mot de passe :
    Créer un compte gratuitement