RavenEye - Nova

Nicolas Didier Barriac - Le 26 Septembre 2016

Pour son premier album, RavenEye arrive déjà auréolé de certains succès. Outre les promesses contenues dans les LPs solo de son leader, Oli Brown, le groupe a martelé son rock pêchu en première partie de pointures comme Deep Purple ou Slash With Myles Kennedy And The Conspirators. Avant RavenEye, Oli Brown a pour sa part ouvert la scène à Jeff Beck, Joe Satriani ou encore Buddy Guy. Le point commun de l'ensemble de ces artistes ? La guitare. Pas étonnant qu'elle occupe au sein de ce trio un rôle essentiel. On fait le focus sur les premiers pas de ces anglais qui pourraient bien avoir leur mot à dire dans les prochaines années.

Malgré la jeunesse du combo, on entend sur l'ensemble de Nova une bonne dose de maturité et de maîtrise. Il est évident qu'Oli Brown n'en est pas à son coup d'essai. Il déploie un jeu de guitare tout en nuances et plein de confiance (Hate, Inside). Ses deux comparses, le batteur Kev Hickman et le bassiste Aaron Spiers, ne sont pas en reste, solides dans la tenue rythmique d'une musique diablement virevoltante. Inside est le patron à reproduire : tout y est exemplaire et semble coordonner les meilleures trouvailles de Queens Of The Stone Age et Soundgarden avec celles de Muse ou de Fictionplane.

Au chant, Oli Brown est un peu moins juste qu'à la guitare. Il adopte un registre proche de Chris Cornell période Audioslave, en tentant le grand pont rock-blues mais il demeure souvent un peu court (Oh My Love, Wanna Feel You, Eternity). Toutefois, cela n'empêchera nullement d'apprécier des lignes vocales énergiques. Rapide florilège : Come With Me, tout droit sorti d'un générique de TV américain, Hero, condensé de bonne humeur, Hate, groove implacable au service d'un titre à chanter sous la douche, Madeline, moment intense où les mélodies s'éparpillent dans un feu d'artifice rock...

RavenEye joue aussi la carte émotionnelle, en particulier sur Eternity, le dernier morceau de l'album. La formule n'apparaît pas encore au point : on ne vibre pas devant cet effort qui déploie pourtant l'artillerie lourde avec guitare acoustique, folk, solo à rallonge et cris libératoires. A côté d'un Inside, ça ne tient pas la comparaison. Le groupe se montre bien meilleur dans un autre type de diversification : Wanna Feel You et ses vibes stoner qui, même si elles traînent en longueur, atteignent la cible en plein mille.

Mais, au-delà de ce faux pas, le seul véritable reproche à adresser au groupe concerne la production de Nova. Plat et faible, le disque manque de pêche, surtout en comparaison de ce que le trio est capable de dégager sur scène. Certaines chansons passent au second plan sur ce seul critère (Supernova, Walls). Ce problème devrait se régler avec le temps et la reconnaissance qui ne manquera pas de mettre RavenEye sous les projecteurs. A vingt-cinq ans à peine, Oli Brown a déjà accompli beaucoup. On attend à présent l'envol que Nova va initier.


Discographie :
Nova (2016)

Tracklist de Nova (en gras les morceaux essentiels) :
01. Wanna Feel You
02. Come With Me
03. Inside
04. Hero
05. Supernova
06. Walls
07. Oh My Love
08. Madeline
09. Hate
10. Out Of The Rain
11. Eternity

RavenEye - Nova
Frontiers
www.raveneyeofficial.com

COMMENTER l'ARTICLE

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Connexion automatique :
Créer un compte gratuitement