La science au secours de l'apprentissage de la musique

Judicaël Tribillac - Le 11 Juillet 2017

Car s'il est bien connu que les enfants ont des facilités pour apprendre les langues ou la pratique d'un instrument, la raison reste souvent mystérieuse. Une étude cherche à identifier la cause et proposer une solution alors que le projet Vibes cherche à créer une nouvelle technologie alliant neuroscience et applications mobiles pour améliorer la reconnaissance auditive des intervalles, des accords et des gammes.

On enfile aujourd'hui la blouse blanche chez Guitariste.com pour vous exposer quelques avancées intéressantes dans l'univers scientifique visant à faciliter l'apprentissage et la pratique d'instruments de musique tels que la guitare, la basse, le ukulélé, etc. Nous allons ainsi mettre en avant les travaux des scientifiques du St Jude Children's Research Hospital de Memphis aux Etats Unis qui ont identifié sur des souris que la quantité de molécules d'adénosine augmentait dans le thalamus au fur et à mesure du vieillissement des individus. Le thalamus est une partie du cerveau impliquée dans le traitement sensoriel, ce qui implique par conséquent qu'une augmentation de niveau vient perturber le cortex auditif obscurant ainsi la perception des écarts de fréquences entre 2 notes par exemple. Les chercheurs estiment que ces constatations sur les souris sont transposables à l'homme et au fait qu'au plus tard on débute un apprentissage au plus il est fastidieux (mais pas impossible!). En utilisant des outils génétiques et certaines molécules, les chercheurs ont réussi sur les souris à réduire le niveau d'adénosine rendant aux sujets étudiés leur capacité à identifier les différences entre 2 sons. Le blocage des signaux d'adénosine entraine alors une augmentation du nombre de neurones dans le cortex auditif réagissant aux sons. On peut donc à terme envisager la production d'un médicament qui viendrait au secours des musiciens aux vocations tardives et surtout un espoir pour les personnes souffrant de surdité partielle. Plus d'informations sur http://science.sciencemag.org/content/356/6345/1352

Dans le même esprit on peut également mentionner le projet Vibes mené en Angleterre qui par le biais de la neuroscience, d'une application mobile et d'un appareil à porter permettrait aux guitaristes de mieux identifier les notes ou des schémas rythmiques puis de les enregistrer plus facilement en mémoire  grâce à un savant mélange de répétition et d'association afin de mieux les restituer sur l'instrument quel que soit l'âge ou le niveau de la personne. Le projet Vibes est toujours en cours de développement et vous pouvez retrouver plus d'informations sur le sujet directement sur le site dédié www.vibes-science.com