Guide des pédales de Delays

Alexandre Criado - Le 19 Mai 2017
Salutations, salutations, tations, ations, ions, ons.... comment ça va ? A ? a ? a ? Eh ouais, moi je commence direct avec la blague la plus lourde et la plus convenue, comme ça c'est fait. On peut être sérieux cinq minutes ou quoi ? Merci ! Pour la séance de vulgarisation d'aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler d'uns de mes effets favoris : le Delay (ou délai en français)

La poste, une marque dont les delays trop répétés ont mauvaise réputation, comme quoi...

Il s'agit sans doute d'un des effets les plus utilisés en audio, sous des formes aussi diverses que variées que nous détaillerons un peu plus loin. Un des plus utilisés, mais aussi un des plus simples, le principe étant de répéter le signal avec un temps de retard par rapport au signal original afin de créer un effet de spatialisation plus ou moins réaliste.

Alors tu me diras, copain, "oui mais pourquoi le délai donne t-il un effet de spatialisation ?" et après t'avoir donné un bon point pour ta question de fayot, je te ferai un petit cours de physique.

A la vitesse du son

Nous avons déjà vu (il me semble, ou tu n’as pas révisé) que le son est une vibration qui se transmet à travers les différents matériaux qu'elle rencontre, notamment au travers de l'air. Cette vibration ne se propage pas de manière instantanée mais à une certaine vitesse, dépendant de nombreux paramètres, dont la nature de la matière traversée. Pour faire simple et pour résumer l'idée en ce qui nous concerne, nous musiciens, la vitesse du son dans l'air est en moyenne de 330 mètres par seconde, ce qui veut dire que par exemple le son de ton ampli à 3-4 mètres de toi, met environ 10 millisecondes à parvenir depuis le haut parleur jusqu'à tes tympans vibrant de plaisir, owi. 

Sachant que le son se propage dans toutes les directions, il y a une partie qui va partir non pas vers tes oreilles mais qui leur sera renvoyée par d'autres obstacles. Car oui, les différentes matières sur lesquelles va arriver la vibration sonore vont réfléchir une partie de cette vibration et transmettre l'autre, selon une caractéristique propre à chaque matériau qui se nomme l'impédance sonore.

Ainsi donc une partie du son t'es arrivé directement dans les feuilles depuis l'ampli, et une autre partie a "pris du retard" en partant vers le mur au fond de la salle puis en revenant vers toi en ayant perdu un peu de volume et de fréquences. Pif paf pouf tu as tout compris, et si ce n'est pas le cas, comme la dernière fois je vais être un mec trop cool et te refaire un schéma.

Alors sur le schéma, l'ampli de Guy Taréro est à la même distance de lui que du mur. Le son direct lui arrive en 3ms, mais une partie du son part vers le mur, qui en absorbe une partie et lui renvoie un écho 6ms plus tard. 

Quand je sors en bande, j'ai un charme magnétique

Si le délai est un des plus anciens effets pour instrument (si l'on excepte la saturation), c'est parce que les premières expérimentations dans le domaine n'ont pas eu à attendre l'avènement de nos chers composants à semi-conducteurs. Des musiciens dont le domaine flirtait avec l'électronique et l'acoustique scientifique, comme Pierre Schaeffer ou Stockhausen, ont commencé dès les années 50 à expérimenter avec cette invention allemande qu'était la bande d'enregistrement magnétique. Le délai à bande est conçu autour d'un concept mécanique simplissime : une tête d'enregistrement et une tête de lecture se trouvent successivement sur le chemin de la bande, ainsi le signal est enregistré sur la bande, celle-ci met un certain temps à parcourir les centimètres allant jusqu'à la tête de lecture, et celle-ci lit le signal. Simple, efficace.

Bien entendu, de par sa construction mécanique (galets, courroies, moteurs) le challenge posé par le tape delay a été de se rendre suffisamment solide et miniaturisé pour être produit en masse et utilisé par des musiciens sur scène.

L'une des premières réalisations fut le Echosonic de Ray Butts construit en 1953, un petit amplificateur 25 watts contenant un echo à bande. Cet amplificateur est entré dans la légende auprès de guitaristes comme Chet Atkins et Scotty Moore et fait partie intégrante du matériel ayant créé le fameux son de delay "Slapback", devenu une marque de fabrique du rockabilly.

Ca va chez l'électronicien ou chez le garagiste un truc pareil ?

Quelques années plus tard, Mike Battle, s'inspirant du design de l'Echosonic s'emploie à construire une unité de delay portable et indépendante, l'Echoplex. Une petite révolution de cette machine a été la possibilité de modifier la position des têtes de lecture, et donc de changer le réglage du temps de délai.

 

Sur le pedalboard, c'est compliqué à rentrer

On a vu apparaître par la suite des têtes d'enregistrement multiples permettant des delay à plusieurs voies, puis la démocratisation des transistors dans les années 1970 a permis d'enfin se libérer des systèmes internes à lampes, et les premières chambres d'écho réellement pratiques ont fait leur apparition, comme la Roland RE100 et plus tard sa petite sœur, la célèbre Space Echo RE 201 qui incluait en plus une reverb

Toutefois malgré les efforts des fabricants et les manifestes qualités sonores des machines, l'écho à bande est resté un matériel cher, encombrant et fragile nécessitant un entretien constant. Et à ce jour, seuls deux constructeurs, Fulltone et T-Rex, proposent ce genre d'engin à un prix absolument comment dire.... faudra justifier à maman pourquoi tu referas pas la terrasse cette année, quoi.

Echo-nomies de place et de temps

Nous avons déjà parlé sur le guide des pédales chorus du fameux circuit intégré Bucket-Brigade (BBD) qui constitue une ligne de retard analogique en transférant successivement le signal dans des condensateurs. Naturellement, dans les années 70, cette technologie a été fortement plébiscitée par les constructeurs de delay, car elle permettait enfin de proposer aux guitaristes des effets au format pédale, solides et ne nécessitant pas d'entretien ! 

Savoir quel a été le premier processeur de delay BBD reste sujet à débat, mais on pourra citer certaines pédales pionnières qui sont passées à la postérité comme la célébrissime Electro-Harmonix Memory Man ou quelques années plus tard la Boss DM2 . Ces années verront également arriver sur le marché nombre d'effets en rack dont le format permettait des fonctionnalités et des puissances plus élevées. Ainsi le vénérable Ibanez AD 230 contenait pas moins de 18 puces BBD ! 

Par contre, les limitations de la technologie BBD ont fait que ces produits avaient un temps de délai limité (la plupart du temps à environ 300 ms) et surtout une qualité sonore sur les répétitions qui se dégradait graduellement. On notera cependant que dans certains cas cette perte d'aigus rend le son du delay "chaleureux", ce qui peut être bénéfique dans certains styles, et on trouve encore de nos jours bon nombre de délais analogiques sur le marché.

Petit point spécifique aux delay analogiques aussi, la capacité à partir en oscillation : maintenir le feedback à fond et jouer sur les potentiomètres de time et de volume crée des sons stridents et psychédéliques du fait que le son se reboucle sur lui-même, cela peut être intéressant par exemple pour les friands de post-rock !

Les maîtres du temps

Le début des années 80 a vu l'émergence de la technologie digitale qui a été une véritable révolution pour tous les effets nécessitant de sampler le son original. La fidélité du sampling et l'absence de limitations permettait enfin de processer dans une machine non mécanique des délais de longue, voire très longue, durée et ce quasiment (j'ai dit quasiment, on se calme les puristes !) sans altération du signal !

Comme souvent, les japonais de Boss eurent le nez creux et sortirent la première pédale de delay digital en 1983, la DD2. Cependant dans les années 80 puis les années 90, le format rack 19 pouces asseyait sa suprématie sur le monde des effets grâce à ses possibilités assez spectaculaires. Sachant que musicalement l'époque était assez férue d'effets spatiaux comme le delay et la reverb, nombre de machines ont fait date grâce à des artistes comme The Edge qui a immortalisé le Korg SDD 3000 ou les guitar heroes de l'époque qui ont légendarisé les delay de chez Korg, Yamaha, Lexicon ou le célèbre TC Electronic 2290

Ah, ce temps où on n’avait pas peur de lire un mode d'emploi ou d'embaucher un tech....

Je m'attarderai un peu plus sur cette dernière machine car elle fut assez exemplaire des nouvelles possibilités offertes par l'ère des délais numériques avec deux fonctions révolutionnaires : 

 - Le Tap Tempo, qui permet de synchroniser ses temps de  délai en temps réel avec cette espèce de batteur qui joue jamais deux fois à la même vitesse
 - Et le Dynamic Delay, (ou Ducking) qui modifie son comportement en fonction du jeu, sonnant moins fort durant les phrasés  mais plein pot sur les fins de note, pour un effet spectaculaire sans être brouillon !

Et aujourd'hui ?

Après une grosse période de vaches maigres ou l'intelligentsia des modes guitaristiques a décidé que le delay rentrait dans la case ringard et de mauvais goût avec les solos et les spandex. La folie du vintage d'une part et l'explosion des technologies ont fait que l'offre actuelle s'avère excessivement pléthorique, avec une gamme de prix et de fonctionnalités allant d'un extrême à l'autre. 

D'une part, les délais analogiques toujours produits avec les fameuses puces BBD mais des circuits plus performants qu'à l'époque, moins de bruit de fond, des temps de délai parfois plus longs... et bien évidemment quelques "reissues" de machines d'époque et des machines boutique au prix spectaculairement ridicule (désolé de le dire) comme la Echoczar de chez Toneczar

875 balles et une liste d'attente qui compte en années pour ça. Si, si.

D'autre part quelques rares délais à bande dont nous avons déjà parlé plus haut, chez Fulltone et T-Rex, qui certes sonnent très bien mais à un prix prohibitif et avec toujours la nécessité de l'entretien mécanique et de l'achat de bandes

C'est très beau et ça sonne mais j'emporterais pas ça en tournée !

Et enfin, une offre extrêmement complète de délais numériques allant de la machine conventionnelle façon Boss DD jusqu'aux racks proposant des délais rythmiques arpégés, complexes comme le TC Electronic D-Two en passant par des répliques "optimisées" de choses cultes dont nous avons déjà parlé, que ce soit des répliques d'époque comme la SDD 3000 version pédale ou la Boss RE 201,  des machines typées "tape delay" comme la Strymon El Capistan , en terminant par des délais ultra-polyvalents couvrant avec plus ou moins de bonheur les différents types de son que nous plébiscitons, comme la Eventide Timefactor, la Strymon Timeline.

 

 

Toute ressemblance avec une machine ancienne et culte est fortuite... ou pas...

Le dialecte de l'écho

Je sens bien qu'à un moment tu vas me demander de faire des choix pour toi, copain. Mais avant cela, il va falloir parler des différentes options et paramètres que nous trouvons sur ces engins, paramètres bien plus nombreux que sur une wah ou une disto. Donc, accroche-toi public !

 - Le Delay Time : bon, j'ai pas besoin de te faire un dessin, c'est le temps qui passe entre le son normal de l'instrument et celui du ou des échos. Vérifier sur une machine analogique (tape ou BBD) le temps maxi peut être une bonne idée car une DM3 qui ne va pas plus loin que 300 ms par exemple ne te donnera pas un son ambiant à la Lukather !

 - Le Feedback : définit le nombre de fois où l'écho sera répété

 - Le Mix (ou intensity, ou delay volume...) définit le rapport de volume entre le son normal et le son répété. Sur certaines machines, on peut aller jusqu'à   couper le son normal, soit pour mettre l'effet dans une boucle parallèle, soit pour créer des sons ambiants

 - Enfin, plusieurs paramètres (modulation, égalisation, panning, pitch, etc...) peuvent être appliqués parfois sur les répétitions afin de leur donner une couleur un peu particulière. On peut par exemple "simuler" un délai analogique en coupant les aiguës ou un tape delay en ajoutant un petit peu de brillance et une modulation pour simuler les aléas de la bande magnétique.

Et pour terminer donc, une petite liste de certains délais particuliers :

 - Le Slapback dont on a déjà parlé désigne un délai court avec peu de feedback, produisant cet effet "boing-boing" cher au rockabilly.

 - Le Reverse inverse le son samplé, partant de la fin de la note vers le début. À utiliser en effaçant le son direct, plutôt anecdotique.

 - Le Ping-Pong désigne un délai stéréo dont deux répétitions distinctes se trouvent à gauche et à droite, donnant l'impression que le son rebondit dans l'espace sonore.

Le Panned Delay assez proche du ping-pong mais qui oscille de gauche à droite de manière moins définie, comme si l'effet était associé à une cabine Leslie.

CONCLUSION

Si tu as lu l'article avec attention copain (mais c'est ce que tu fais à chaque fois hein ? Oui ? Moi aussi jte kiffe. Fais bisou.), tu auras compris pourquoi cet effet est tant prisé : il ne s'agit pas simplement d'une machine à embellir le son pour noyer les fausses notes de ton solo dans une bonne dose de spectaculaire, c'est un outil créatif qui va aider à définir l'univers sonore dans lequel tu te trouves, et qui, associé à d'autres effets, peut même te faire sortir du son traditionnel de guitare. Peut-être même faire partie de ton identité sonore, comme ce fut le cas pour The Edge, Gilmour, Lukather dont les sons de delay font autant partie de la légende que la wah de Hendrix ou le phaser de Van Halen.

L'offre actuelle est à ce point fournie que tout le monde peut y trouver son compte, pour tous les budgets, à chacun de trouver les paramètres et le type de délai qu'il veut pouvoir utiliser avec ses finances. 

Je me permettrais quand même de te citer des grands classiques polyvalents au bon rapport qualité/prix comme les Boss DD, les TC Electronic Flashback/Alter Ego/Nova Delay, la très bonne Eventide Timefactor, mais aussi des pédales injustement méconnues comme l'excellente Tech21 Boost DLA , la Neunaber Echelon Echo ou la Hardwire DL8 .

Voili voilou, je me répète sur beaucoup de choses, mais c'est l'idée en même temps, hein. La prochaine fois on parlera des Reverb, peut-être. Si j'ai le temps. Le temps de Delay. Et si j'ai des retours sur cet article, du feedback quoi. Lol. Je suis tellement drôle.

Et tu TAP TAP TAP c'est ta façon d'aimeeer !

Bonne guitare copain !

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

  • Aide choix delay (17)
  • Liste des delays à modulation (format pédale) (378)
  • La science du delay. (493)
  • Besoin de conseils pour un Delay. (15)
  • Son inaudible avec belcat delay 503 (6)
  • Les delay Harley Benton (11)
  • Reverbe/delay/tremolo (13)
  • New Canyon delay and looper by EXH (7)
  • Quel delay pour auto-oscillation? (57)
  • Danelectro Back Talk Reverse Delay ? (29)
  • COMMENTAIRES AUTOUR DE l'ARTICLE (2)


    MonsieurMalabar
    # Publié par MonsieurMalabar le 21/05/2017 à 11:54   Répondre
    Drôle et instructif à la fois.
    MonsieurMalabar
    # Publié par MonsieurMalabar le 21/05/2017 à 11:58
    Petite suggestion, ce serait sympa d'ajouter quelques morceaux de référence, voire des réglages types.
    chacal
    # Publié par chacal le 21/05/2017 à 19:30
    des réglages types ça peut être un peu laborieux, après des morceaux de référence j'aime bien l'idée que je garderai pour des prochains articles :)
    ptiroro
    # Publié par ptiroro le 19/05/2017 à 15:40   Répondre
    article sérieux, bien documenté et.... drôle aussi. Je suis pour !!
    chacal
    # Publié par chacal le 19/05/2017 à 18:01
    Merci! :D
    Laisser un commentaire à propos de cet article :
    Nom d'utilisateur :
    Mot de passe :
    Créer un compte gratuitement