Joe Bonamassa, la guitare dans le sang

Guitare Live - Le 13 Mai 2009

Le jeune prodige de la guitare Joe Bonamassa continue à nous servir des albums à vitesse grand V. Le dernier en date, The Ballad of John Henry, est également le plus abouti avec, comme pour les disques de Gary Moore, un savant mélange de reprises et de compositions originales. Alors qu’une date à l’Olympia est prévue pour dans quelques mois, nous avons eu le droit à un entretien express avec le bluesman sous l’œil protecteur et assez indiscret de son manager…

La guitare et toi, ça a toujours été une histoire d’amour ?
Joe Bonamassa : Oui. Mon père en jouait et il était propriétaire d’un magasin de guitare. Tu imagines donc bien qu’il y avait des guitares qui traînaient un peu partout dans la maison ! Jeune, je voulais comme beaucoup reprendre le business de mon père ou en tout cas au moins suivre son exemple. Il avait une Les Paul, du coup je devais en prendre une aussi (rires). J’ai commencé comme ça. A 4 ans… (il baille bruyamment) Excuse-moi, je me suis couché vers 3h30 du matin. J’ai fait une émission de radio sur France Inter – ou RTL2 je ne m’en rappelle même plus – de 1h à 2h (rires) ! Toujours est-il que j’ai commencé par la musique classique puis je me suis mis au blues dès que j’ai entendu Peter Green, Jeff Beck et Eric Clapton.

Tu n’as jamais été tenté par d’autres instruments ?

Joe Bonamassa : Non. J’ai essayé la batterie mais je suis nul. Le son que j’obtiens quand je joue ressemble à peu près au son d’une batterie qui se fracasse dans les escaliers (rires).

Et le chant, alors ? Quand est-ce que ça t’est venu ?
Joe Bonamassa : J’ai commencé à 18 ans. J’ai eu une révélation, presque divine (rires). J’étais guitariste dans un groupe et le chanteur avait la maladie du frontman… Je me suis demandé si j’allais devoir supporter ça toute ma vie ou si j’allais essayer de faire ça moi-même. J’avais déjà un bon niveau à la guitare et je commençais à obtenir des récompenses comme espoir dans différents magazines spécialisés. En revanche, quand j’ai commencé à chanter, j’étais nul. Depuis douze ou treize ans, je cravache pour que le chant « rattrape » la guitare. Je ne pense pas être naturellement doué pour le chant mais j’ai une voix qui accepte d’apprendre et qui peut être façonnée. C’est la chose la plus difficile que j’ai à faire mais c’est également la plus gratifiante. Quand j’écoute mes vieux disques, je n’ai plus l’impression de m’entendre tellement je me suis amélioré !

Le fait de te mettre au chant tout en jouant de la guitare a-t-il changé ta manière de faire en tant que guitariste ?

Joe Bonamassa : Tout à fait. Et c’est étonnant. Ça m’a fait devenir un meilleur musicien, en réalité. Quand quelqu’un d’autre chantait, je m’en foutais de ce qu’il pouvait faire. Plus maintenant. Ça m’a fait sortir de mon mode « Carlos Santana » et de jouer des fills à longueur de temps. Chez Santana, dès qu’il peut y avoir un blanc, tu peux être sûr qu’il fera un fill (rires). J’ai laissé les choses s’aérer et le tout est devenu beaucoup plus grand. Par conséquent, dès que je joue de la guitare ou que je fais un solo, mon jeu est nettement plus mis en valeur.

Il y a quelques années, tu as fait un DVD pédagogique…
Joe Bonamassa : (me coupant) Il était horrible ! Je ne faisais que survoler les choses. Ce n’était pas le bon format pour présenter les choses.

Ce n’était pas ton idée ?
Joe Bonamassa : Si, mais elle n’était pas exécutée correctement. Je ne pense pas que les gens aient pu apprendre grand-chose. De toute manière, que faire dans un DVD pédagogique d’1h30 ? C’est difficile ! En 90 minutes il est seulement possible de décortiquer un plan… Je pense que si je veux me plier à nouveau à ce genre d’exercice, je passerais par un blog ou un truc du style… « Cette semaine, les accords majeurs ! » En plus, sous cette forme, les gens peuvent interagir et tu n’es pas perçu comme quelqu’un qui vend un DVD de 30 euros qui a un contenu discutable.

Tu as des plans concrets de prévu là-dessus ?
Joe Bonamassa : Je réfléchis à haute voix avec toi, en fait (rires). Il y a des gens qui veulent que je sorte un nouveau DVD pédagogique mais il faut le traiter comme il faut. A voir. Je pense qu’à l’heure actuelle les meilleurs DVDs sont ceux qui restent hyper basiques. Pour le reste, il s’agit souvent de branleurs de manche qui se filment…

Tu parlais toute à l’heure de l’évolution vocale. Quelles sont les chansons sur The Ballad Of John Henry qui font progresser ton son dans son ensemble ?
Joe Bonamassa : Je pense qu’il s’agit de mes trois préférées, celles qui ont vu le jour alors que je passais une sale journée : « Last Kiss », « Happier Times » et « Story Of A Quarryman ». The Ballad of John Henry montre mes côtés les plus joyeux mais aussi les plus tristes car j’ai vécu tout cela récemment. Tout ça en six mois et à cause d’une fille ! Avec l’album So It’s Like That j’avais un peu perdu ma confiance en tant que compositeur car tout le monde autour de moi semblait s’obstiner à devenir les nouveaux Beatles. The Ballad of John Henry montre que j’ai retrouvé cette confiance et mon style.



Tracklist de The Ballad Of John Henry (en gras les morceaux essentiels) :

1. The Ballad of John Henry
2. Stop !
3. Last Kiss
4. Jockey Full of Bourbon
5. Story of a Quarryman
6. Lonesome Road Blues
7. Happier Times
8. Feelin' Good
9. Funkier Than a Mosquito's Tweeter
10. The Great Flood
11. From the Valley
12. As the Crow Flies


Discographie :
A New Day Yesterday (2000)
So It's Like That (2002)
Blues Deluxe (2005)
Had to Cry Today (2004)
A New Day Yesterday, live (2005)
You & Me (2006)
Sloe Gin (2007)
The Ballad of John Henry (2009)



Joe Bonamassa – The Ballad Of John Henry

Provogue
www.joebonamassa.com