Interview de Kirk Windstein et Matt Brunson, guitaristes de Crowbar

Laurent Reymond - Le 07 Novembre 2017
Crowbar est toujours fidèle au poste presque 30 ans après ses débuts. Véritables pionniers du sludge, cet alliage lent et lourd de doom et de hardcore, ces besogneux musiciens de la Nouvelle-Orléans sont du genre réaliste lorsqu'il s'agit d'équipement musical ou de modèle économique en tournée. Habitué à un certain niveau de confort lorsqu'il évoluait dans Down, le leader Kirk Windstein est parvenu à remettre sa formation de toujours sur de bons rails en tournant sans relâche avec le strict minimum : un van, du merchandising et un tour manager/chauffeur sans le moindre roadie à l'horizon. Crowbar se produisait à Paris l'été dernier, nous en avons profité pour parler du matériel que Kirk et Matt Brunson utilisent et notamment de leur penchant pour les amplis à transistors.

© Danny Militia

Kirk, tu as joué sur une multitude de guitares différentes au cours de ta carrière. On peut citer pêle-mêle la  Charvel San Dimas, la Jackson JJ, la Gibson SG,  l'ESP et la LTD Viper ou bien encore l'ESP Eclipse. Dernièrement tu penches vers le style Explorer, dans un premier temps avec le modèle Gibson, puis depuis quelques années avec l'Ibanez Destroyer. On dirait que tu aimes le changement n'est-ce pas ? 

Kirk Windstein : La forme Explorer a un côté très pratique : elle masque la bedaine (rires) ! Effectivement , j'aime bien changer mais les deux formes que je préfère sont l’ Explorer et les guitares à double pan coupé, qu'il s'agisse d'une Melody Maker, d'une SG ou que sais-je encore.  Il n'y a pas réellement de nécessité d'accéder aux frettes supérieures dans Crowbar, car il n'y a pas vraiment de solo dans notre musique, mais je me suis toujours senti plus à l'aise sur ce genre de guitare qui semble mieux convenir à mes doigts. Concernant mes nombreux changements, il y a tellement de bons fabricants et du coup tellement de bonnes guitares, que si j'en aime bien une, je joue dessus, peu importe sa marque ou son niveau de gamme. Une bonne guitare reste une bonne guitare !

Quel est ton micro chevalet en ce moment ?  

Kirk Windstein : J'ai souvent utilisé l'EMG 81 dans ma carrière mais mon Ibanez Destroyer est actuellement montée avec des micros actifs Fishman que je préfère aux EMG. Par le passé j'utilisais beaucoup le Seymour Duncan Distorsion (SH-6) également. Il est installé sur ma vieille Charvel par exemple et c'est toujours celui que je choisis lorsque je veux un micro passif.  Je ne me souviens plus du nom du micro Fishman, c'est Ken Susi d'Unearth qui l'a installé sur ma guitare (ndlr : sans doute le modèle Fluence Modern dont Ken Susi est l'ambassadeur) mais c'est vraiment un excellent micro !  


© Robin Windstein

Quant à toi Matt, tu joues depuis plusieurs années sur une Ibanez RG Prestige 7 cordes avec sa finition naturelle...

Matt Brunson : J'aime mieux les finitions naturelles où le bois subit moins de traitement. Cela n'a rien à voir avec le son, c'est purement esthétique. J'ai plusieurs modèles, certains avec un corps en aulne, d'autres en acajou et même d'autres avec du noyer. Pour le manche, c'est toujours de l'érable soit avec une touche palissandre ou avec une touche érable. Niveau micro, j'utilise le P.A.F de DiMarzio dans sa version 7 cordes. 

Tu n'utilises donc pas un micro à haut niveau de sortie (ndlr : bien que la version 7 cordes du P.A.F dispose d'un aimant céramique plus puissant que l'aimant Alnico de la version 6 cordes) malgré votre son résolument lourd et agressif ?

Matt Brunson : En effet mon micro a un niveau de sortie assez faible. Croire que l'on a besoin d'un micro à haut niveau de sortie pour avoir un gros son metal est une idée fausse. Les amplis disposent de suffisamment de gain aujourd'hui pour ne pas en ajouter davantage avec un micro à haut niveau de sortie. Ces derniers boostent encore un peu plus le signal, mais en rajoutant des bruits indésirables et dénaturent le son de la guitare. Les micros à haut niveau de sortie avaient un réel intérêt à l'époque où les amplis n'avaient pas assez de jus. C'était intéressant pour pouvoir pousser le préampli, mais avec la quantité de gain disponible désormais, pour moi il suffit de se servir de ce qu'il y a dans l'ampli sans en rajouter à travers le micro.    

Il est intéressant de constater que vous voulez atteindre le même but mais par des moyens différents. Kirk tu joues sur une 6 cordes tandis que Matt préfère les 7 cordes par exemple...

Kirk Windstein : Je suis incapable de jouer sur une 7 cordes. Je le pourrais peut être si je le voulais vraiment car je joue sur des basses 5 cordes, mais nous sommes des guitaristes très différents avec Matt. Son approche et sa manière de jouer n'a rien à voir avec la mienne. Pour jouer accordé en  Si (B) standard ou en drop A (La) comme nous le faisons, j'ai toujours eu l'habitude d'utiliser une 6 cordes car j'ai commencé à faire ça bien avant l'avènement des 7 cordes. Bien sûr il y avait Steve Vai qui utilisait une 7 cordes mais c'est une tendance qui s'est réellement installée avec Korn, Limp Bizkit et consort. Je m'accordais déjà comme ça bien avant la création de Korn et je suis plutôt vieille école, du coup ça se passe sur une 6 cordes pour moi. Puis il faut reconnaitre que je n'ai pas de très grandes mains et je ne me sentirais pas à l'aise sur le manche plus large d'une 7 cordes. Cela fait 39 ans que je joue de la guitare et j'ai appris de manière autodidacte. Disons que j'ai mes habitudes et qu'il serait étrange pour moi de jouer sur une 7 cordes et je n'en ressens aucunement le besoin.

Matt Brunson : A l'inverse, je préfère nettement les sensations que procure une guitare 7 cordes pour jouer dans un accordage si bas. Je n'ai jamais aimé la sensation des cordes graves sur le manche d'une 6 cordes accordée de la sorte. Je n'aimais pas cette sensation trop souple et je devais mettre des cordes très épaisses pour compenser et ces dernières détruisent les frettes à grande vitesse. Le manche d'une 7 cordes me donne de bien meilleures sensations dans cet accordage et cela ne fait pas une très grande différence au niveau de la jouabilité selon moi. A côté de Crowbar, je fais pas mal de sessions sur des projets différents et ma 7 cordes se révèle donc être un instrument très polyvalent dont je peux me servir aussi bien dans Crowbar que pour d’autres projets. C'est amusant car je reçois beaucoup de messages de gens qui ne comprennent pas comment cela peut fonctionner dans un groupe où il y a une 7 cordes et une 6 cordes. C'est très simple pourtant, il suffit de prendre les 6 cordes de la guitare de Kirk et de les mettre sur ma guitare et de les accorder pour obtenir Si-Mi-La-Ré-Fa#-Si (B-E-A-D-F#-B). La seule chose que je change est la corde de Sol (G) que j'accorde donc en Fa dièse (F#). Quant à la corde aiguë de Mi (E), je ne m'en sers tout simplement jamais dans Crowbar. 

Kirk Windstein : Nous sommes également différents au niveau du médiator que nous utilisons. J'utilise des médiators pour basse depuis qu'avec Pepper (Keenan), nous avons essayé pour le fun de jouer avec les médiators de Rex (Brown) à l'époque de Down. Nous avons tous les deux adoptés cette forme depuis (ndlr : forme type Dunlop Triangle). 

Matt Brunson : Quant à moi j'utilise des petits médiators de type Dunlop Jazz III !

Revenons sur l'accordage en Si (B). Crowbar l'utilise depuis son premier album en 1991 ce qui était très avant-gardiste à l'époque. D'où t'est venue cette idée Kirk ? 

Kirk Windstein : Même The Slugs et Aftershock, les deux formations embryonnaires de Crowbar étaient accordées en Si (B). Effectivement ce n'était pas commun. Quand j'ai commencé dans les années 80, il était courant de s'accorder en Mi bémol (Eb) ou en Ré (D) lorsque l'on voulait aller plus bas. Puis vers 1987, j'ai découvert Carnivore qui est instantanément devenu mon groupe favori ! Ils étaient accordés super bas, je ne savais pas vraiment en quoi, mais c'était très bas. L'idée est venue de là. J'ai commencé à descendre progressivement  jusqu'au Do (C), et bien que je ne sois pas forcément très avancé en théorie musicale, j'ai vite réalisé que si je m'accordais encore un demi-ton en dessous en Si (B), en jouant un accord ouvert sur la position de La (A), j'obtiendrai alors un Mi (E), et cela me semblait donc plus naturel comme accordage. C'était en quelque sorte comme adapter l'esprit d'une basse 5 cordes à celui d'une guitare. 

Korn est allé encore plus loin quelques années plus tard en accordant leurs 7 cordes un ton en dessous pour un accordage en La (A) standard.  Mais à tes débuts, le Si (B) était vraiment très peu utilisé.

Kirk Windstein : Je ne dirai jamais que nous en sommes à l'origine, même si nous faisons sans doute partie des premiers à l'avoir fait avec Cathedral et également Carnivore et Type O Negative, les groupes de Peter Steele à qui nous avons clairement volé l'idée ! Cet accordage continue de nous rendre particuliers, car si dans les années 90 beaucoup de groupes l'ont utilisé, très peu le font aujourd’hui. Toute la vague des groupes à guitare 7 cordes comme Fear Factory n'est plus vraiment tendance. Les nouveaux groupes s'éloignent de ce genre d'accordage. Toute la nouvelle scène thrash metal par exemple, s'accorde généralement à l'ancienne en Mi (E) ou Mi Bémol (Eb). Nous avons commencé à jouer en Si (B) avant les autres, en même temps que les autres et nous continuons de le faire aujourd'hui quand beaucoup moins de groupes le font. Nous continuons d'être nous-mêmes. D'ailleurs Il ne suffit pas d'être accordé bas pour sonner heavy ! Evidemment, lorsque tu joues un accord mineur dans ce genre d'accordage, d'emblée cela sonne sombre, sinistre et super lourd ! Pour autant, cela ne te dispense pas de devoir écrire des riffs vraiment heavy !     

Matt Brunson : C'est on ne peut plus vrai et le meilleur exemple est lorsque je joue "Jessie's Girl" de Rick Springfield pendant nos balances pour amuser la galerie, j'ai beau être accordé très bas, cela sonne toujours comme une chanson pop joyeuse sur une tonalité majeure.

Kirk Windstein : C'est une super chanson au passage ! 

Pour cet accordage très bas, quels sont vos tirants de corde ? 

Kirk Windstein : Je joue sur du 13-56 avec un Sol (G) filé. 

Matt Brunson : Pour ma part c'est donc un jeu de 10-46 standard auquel je rajoute une corde de 60 pour mon Si (B) grave.   

Kirk Windstein : J'utilise également une corde de 60 pour le Si (B) lorsque je joue sur le diapason plus court d'une Gibson. Mais avec l'Ibanez Destroyer, le 56 me suffit. 

Effectivement, sur un diapason 24.75" la corde de 56 en Si (B) doit être très souple. 

Kirk WindsteinKirk Windstein : Oui même s'il y a des périodes où je jouais carrément sur un jeu Dean Markley Jazz, qui est un 12-54, mais j'utilisais des médiators très fins à cette époque-là.

Matt Brunson : C'est l'astuce en fait. Lorsque nous sommes en Drop A (La) par exemple, il faut vraiment que nous jouions avec finesse, sans attaquer trop fort nos cordes. Un accordage en drop a beau amener une certaine facilité avec la possibilité de jouer des accords avec un seul doigt, il ne faut pas oublier de faire attention à ne pas attaquer trop fort la corde grave.

Vous boostez tous les deux votre signal avant d'attaquer l'étage de pré-amplification de votre ampli. Qu'utilisez-vous ? 

Matt Brunson : Nous avons tous les deux recours à une Tube Screamer. La TS-808 d'Ibanez pour ma part.

Kirk Windstein : En ce qui me concerne j'utilise la Maxon OD-9. Je l'utilise comme un clean boost, en mettant toutefois le gain à 1. Cela resserre bien le grain. Depuis quelques temps j'utilise également un Sonic Stomp de BBE. C'est assez pratique car cela te permet d'agir sur les graves et les aigus, mais seulement avec deux potards et vu que le son est toujours différent de salle en salle, soir après soir, cela permet de faire certains ajustements rapides. C'est en quelque sorte une égalisation pour les nuls! Tu obtiens de bons résultats sans avoir à manipuler je ne sais combien de faders ! J'aime la simplicité, comme avec le Orange TH-100 que j'utilise sur cette tournée. J'ai trois potards : Volume, Gain et Shape. Cela me suffit. S'il y a trop de grave ou trop d'aigu, je les coupe avec le Sonic Stomp. 

Tu as donc abandonné la Boss MT-2 Metal Zone, que certains considèrent comme une des pires pédales et dont tu te servais pour booster ton signal ?

Kirk Windstein : C'est effectivement la pire pédale de l'histoire (rires)! Je l'ai pourtant utilisée pendant des années ! Mais je ne me servais absolument pas du gain de cette pédale, ni même de son égalisation. Je la réglais comme un pur clean boost avec Gain à 0, Level à fond et l'égalisation à midi. 

Matt Brunson : Le plus gros problème de la Metal Zone nous concernant était le bruit considérable qu'elle génère. C'est principalement pour cela que nous sommes revenus à des Tube Screamer classiques. La Metal Zone était vraiment convaincante en tant que boost, mais elle n'est pas faite pour cela à la base et elle fait vraiment trop de bruit. La Tube Screamer fait le même job mais sa qualité de fabrication est toute autre et se montre parfaitement silencieuse et plus transparente. Son blindage est de meilleure qualité également. Je me souviens de certains moments avec la Metal Zone, lorsqu'elle était trop près de la grosse caisse de notre batteur Tommy (Buckley), les fréquences graves lui faisaient émettre tellement de bruit. 

Kirk Windstein : L'usage idéal que je vois à une Metal Zone est pour un jeune guitariste qui a un ampli qui ne dispose pas d'assez de gain. Il aura suffisamment de distorsion provenant de la pédale. C'est le seul véritable bon usage que je puisse lui trouver.

Tu utilisais pourtant la Metal Zone comme boost par choix dans Crowbar, d'autant plus que tu utilisais déjà la Maxon avec Down. Il y a bien quelque chose qui te plaisait avec la Metal Zone dans le contexte de Crowbar n'est-ce pas ? 

Kirk Windstein : La Metal Zone a débarqué dans Crowbar avec notre ancien guitariste Sammy Duet (Goatwhore, ex-Acid Bath). Il l'utilisait et c'est lui qui me l'a fait découvrir. Pour moi, en tant que boost, elle fait bien le boulot, plus particulièrement avec les amplis Randall que nous utilisions. C'est une pédale qu'il faut savoir apprivoiser, mais je reconnais juste que par nature elle n'est pas forcément très bonne et surtout qu'une bonne vieille Tube Screamer fera un boulot similaire et de façon plus simple et transparente. De manière générale, j'en ai pourtant beaucoup utilisé, mais je ne suis plus très friand des pédales Boss. Même pour l'accordeur. Depuis que j'ai découvert le Polytune de TC Electronic, je le trouve tellement plus rapide et tellement plus lisible en concert. Je ne me considère pas vraiment comme un frontman, je n'ai jamais de discours établi entre les chansons, je ne serai jamais David Lee Roth (rires) ! Je parle surtout au public lorsque je suis en train de m'accorder et je dis ce qui me passe par la tête, selon l'ambiance du soir et cette visibilité que procure le Polytune m'est vraiment précieuse car elle me fait gagner beaucoup de temps ! Je me suis d'ailleurs mis au chant tout à fait par hasard. Dans mon premier groupe, nous étions deux guitaristes et un bassiste. Nous n'avions pas de chanteur et nous nous sommes tous essayés derrière le micro. J'ai dû chanter une chanson de Cheap Trick sur laquelle mes compères m'avaient trouvé convaincant ! Dans Down c'était d'ailleurs vraiment sympa de me remettre en arrière plan et de me concentrer uniquement sur mon jeu de guitare. 

Crowbar joue aux Etats-Unis sur des amplis transistors tandis que vous utilisez en Europe des amplis à lampes. Pourquoi cette différence ? 

Matt Brunson : Nous avons déjà emmené avec nous nos Randall à transistors  il y a pas mal d'années mais cela revient cher de faire voyager ses amplis personnels. Nous préférons louer des amplis lorsque nous sommes en Europe et parmi ceux que nous aimons, les amplis à lampes ont une bien meilleure disponibilité. 

L'usage d'ampli à transistors n'a pas bonne presse et je suis certain que beaucoup de gens les considèrent mauvais par nature tout en étant fan de ton son de guitare Kirk, sans savoir que tu utilises justement des amplis à transistors. Qu'en penses-tu ?

Kirk Windstein : C'est tout à fait vrai. C'est bête de dénigrer par principe les amplis transistors car il y a plein de guitaristes qui utilisent par exemple des préamplis et amplis de puissance en rack, et selon leur nature, on ne peut pas forcément dire que leur amplification soit 100% lampes.  La dernière fois à Atlanta, nous jouions dans le même bâtiment que The Melvins et Napalm Death. C'était le même jour à des étages différents. King Buzzo (The Melvins) m'a montré son nouveau matos qui est entièrement à transistors et il a un son de guitare phénoménal ! Dimebag Darrell a enregistré tous les albums de Pantera avec des amplis à transistors, en l'occurrence le Randall RG100ES que nous utilisions également dans Crowbar.  

Matt Brunson : Sans oublier Ty Tabor de King's X qui utilise le Crush Pro d'Orange sur scène tout comme nous. Franchement, lorsque tu sais t'y prendre pour obtenir un bon son, peu importe que l'ampli soit à lampes ou à transistors, tant qu'il est bon ! Nous sommes vraiment satisfaits du Orange Crush Pro 120 que nous utilisons actuellement, mais nous ne l'utilisons malheureusement pas en Europe car il est difficile de le trouver en location. 

Le Crush Pro 120 a-t-il un voicing similaire au RG100ES ? 

Kirk Windstein : Oui c'est assez similaire. Cela faisait un moment que je n'avais pas joué sur Orange. Quand je faisais partie de Down, avec Pepper nous utilisions chacun deux têtes Thunderverb 50 et il ne m'était jamais venu à l'esprit d'essayer cette config dans le contexte de Crowbar. Puis nous avons partagé l'an dernier l'affiche avec Corrosion Of Conformity au Desertfest de Londres, et le backline de C.O.C était déjà installé, comme ils étaient en tête d'affiche, et j'ai vu des amplis Orange sur scène. Je suis allé voir Pepper et je lui ai demandé si c'était le genre d'amplis que nous utilisions dans Down et il m'a répondu oui. J'ai alors essayé et j'ai tout de suite trouvé que sa tête sonnait beaucoup mieux que le Marshall JCM800 que j'avais sur cette tournée. J'aime le JCM800, c'est un bon ampli évidemment mais la qualité varie vraiment selon les modèles. Tu peux tomber sur une perle comme sur une bouse. Depuis ce jour, j'ai rebasculé chez Orange. Je me suis mis à les utiliser de nouveau aux Etats-Unis, puis un jour je parlais avec Alex Auxier de Orange USA à Atlanta et il m'a dit qu'il aimait le son que nous tirions de nos Randall à transistors et m'a proposé de m'envoyer le Crush Pro 120 qui est leur meilleur ampli à transistors chez Orange. Cela avait du sens pour lui car Crowbar est connu pour utiliser ce genre d'amplis. J'ai adoré le son du Crush Pro 120 ! Si tu bandes les yeux de quelqu'un et que tu lui fais écouter le son d'un ampli, si ça sonne bien, peu importe que cela soit un ampli à lampes ou à transistors, je me fie uniquement à mes oreilles. En toute honnêteté, certains des amplis les plus mauvais avec lesquels j'ai joué dans ma vie sont des amplis boutique ! On parle d'amplis à 4000 dollars qu'un mec a passé un mois à construire à la main, parfois je n'arrive pas à obtenir le moindre son qui me plaise sur ce genre d'amplis ! Ce n'est pas parce que c'est cher, que cela sonne forcément mieux ! 

Matt Brunson : Puis il faut aussi garder à l'esprit l'application dont tu as besoin. Un ampli boutique très onéreux ne convient pas forcément à ce que nous faisons. Il y a des guitaristes qui par principe aiment ces amplis, mais parfois cela ne correspond absolument pas à leurs besoins. 

Kirk Windstein : Tout à fait. Les amplis que je viens de citer auraient par exemple parfaitement fait l'affaire si nous jouions du jazz ou du blues. Mais impossible d'obtenir le son de Crowbar avec ce genre d'amplis. 

th 100 orange

Kirk tu utilises donc en ce moment le TH-100 d'Orange en Europe, qui est un ampli à lampes beaucoup plus onéreux que le Crush Pro 120 à transistors. Pourtant vu que tu utilises ce dernier aux Etats-Unis, j'en conclus que tu le préfères au TH-100 n'est-ce pas ? 

Kirk Windstein : Oui je préfère le Crush Pro 120. Le seul problème avec le Thunderverb 50 et le TH-100, c'est que le réglage Shape, que j'adore car il est excellent pour trouver son sweet spot avec les mediums,  est malgré tout limité. Si jamais tu trouves qu'il y a trop d'aigu, tu n'as aucun moyen de les calmer à partir de l'ampli. C'est pour ça que j'utilise le Sonic Stomp de BBE, il me permet dans ce cas précis de renforcer les graves et réduire les aigus par exemple. Cela change les choses, mais le Crush Pro 120 a une plage d'égalisation plus précise que le TH-100 et le Thunderverb et je le préfère à ces derniers.

Il est drôle d'entendre que tu as besoin de couper les aigus parfois vu votre accordage. Quel genre d'égalisation utilisez-vous ? 

Kirk Windstein : Comme beaucoup de guitaristes, je considère que le son vient beaucoup des doigts. Tu peux me mettre sur n'importe quoi, je vais de manière naturelle sonner de façon sombre tandis qu'à l'inverse Matt va toujours avoir un son plus brillant.

Matt Brunson : C'est vrai et je peux me tromper complètement, mais ma théorie est que les guitaristes avec de longs doigts comme les miens, sonnent toujours de manière plus brillante. J'ai souvent remarqué que les guitaristes avec de longs doigts ont besoin de réduire un peu les aigus sur leur ampli. 

Kirk Windstein : Sinon pour l'égalisation, cela dépend des amplis bien sûr. Sur le Orange Crush Pro, j'aime pousser les basses jusque 7 et réduire les aigus et les mediums vers 4. Sur le Randall RG100ES, je considérais les aigus et les medium tellement mauvais, que je les coupais presque complètement tout en poussant le potard de Presence à 10 pour récupérer cette perte d’aigus et de medium. 

Matt, tu utilises donc également le Crush Pro 120 aux Etats-Unis mais contrairement à Kirk qui change souvent d'ampli en Europe, tu sembles fidèle au Peavey 6505 lorsque tu tournes chez nous.

Matt Brunson : Effectivement. Je trouve que c'est un très bon ampli à lampes qui est toujours facile à trouver en location. De plus je le connais par cœur, je pourrais le régler à l'aveugle. Je l'utilisais également aux Etats-Unis avant, mais je suis passé sur le Crush Pro 120 car j'en avais marre de la maintenance en lampes que le 6505 demandait. Les amplis à lampes sont malmenés en tournée et il faut changer trop souvent les lampes. J'ai fini par arriver à un point où c'était trop. Je ne suis pas endorsé pour les lampes et j'ai fini par me lasser d'aller acheter des kits de retubage à 100 dollars. La vie d'un ampli à lampes dans une remorque n'est pas de tout repos, surtout lorsque nous tournons chez nous d'ailleurs. Lorsque nous sommes sur la côte ouest et que nous jouons un concert dans l'Oregon alors qu'il neige et que le lendemain nous sommes dans le sud de la Californie sous une chaleur de plomb, les lampes n'aiment pas trop ces écarts de température et tu en consommes d'autant plus dans ces conditions.

Kirk Windstein : Pour un groupe comme Crowbar, il est plus raisonnable d'utiliser du matériel solide, fiable, à faible maintenance et à un coût modéré. Maintenant crois-moi, si jamais cela sonnait mal, je ne l'utiliserais pas. Mais si je trouve quelque chose qui sonne bien et qui soit solide et facile à remplacer, c'est mieux pour nous. Là si un ampli casse, nous n'avons qu'un email à envoyer pour en recevoir un nouveau. Idem pour les guitares, je ne me verrais pas tourner avec une PRS à 4000 dollars. A la maison ou en studio, oui, mais pas en tournée. Avec mes Ibanez, je n'ai aucun souci. Elles sonnent bien et elles tiennent le choc malgré tous les coups qu'elles prennent en tournée et si jamais il y en a une qui casse, on m'en envoie une autre.    

Matt Brunson : Les Ibanez sont incassables ! Mike Orrigo et le reste d'Ibanez sont géniaux avec nous, mais mis à part la qualité de leur personnel, ils construisent vraiment de très bonnes guitares.  Je joue sur des RG Prestige, franchement leur qualité de construction et l'attention portée aux détails et aux finitions rivalise avec n'importe quelle autre guitare. Il en va de même pour leur confort de jeu. Je joue dessus depuis des années maintenant, c'est dans le très haut du panier pour moi. 

Niveau baffle, Kirk il semble également que tu privilégies Orange depuis quelques temps avec leur PPC 412. Une raison particulière ?  

Kirk Windstein : Il s'agit tout simplement de mon baffle préféré. Sa construction épaisse en bouleau avec les V30 à l'intérieur. Je trouve que c'est le baffle le plus costaud à tout point de vue. 

marshall

Qu'est-ce qu'il est lourd en revanche, d'autant qu'il ne dispose pas de roulettes !

Matt Brunson : Il est super lourd, c'est un entrainement physique à lui seul !

Kirk Windstein : Il n'a pas de roulettes mais c'est intentionnel de leur part. J'ai d'ailleurs piqué leur idée des bandes de diffusion au sol avec cette société qui a repris mes vieux baffles Mesa Boogie pour leur donner une nouvelle jeunesse en rajoutant ce même système. Ca donne vraiment une meilleure diffusion des graves sur scène. Parfois lorsque nous jouons sur un festival et qu'il y a déjà des baffles Marshall installés et disponibles pour nous afin de nous éviter de sortir tout notre matos, j'utilise les Marshall mais je les retourne systématiquement sur le côté! Pour moi le baffle doit faire corps avec le sol. Bien sûr lorsque tu repiques ton baffle avec un micro positionné tout près du haut-parleur, tout cela ne fait aucune différence dans la sono pour le public, mais de notre côté sur scène, nous ressentons cette différence. Le son est plus chaud et plus riche en grave lorsque le baffle est au sol. Sinon aux Etats-Unis, j'utilise via une ABY box un deuxième baffle et une deuxième tête en même temps pour bien m'entendre lorsque je vais du côté de Matt.   

Matt Brunson : Pour ma part j'utilise souvent le Marshall 1960 Lead et c'est d'ailleurs le cas actuellement. Il fait parfaitement l'affaire mais je ne suis pas très regardant sur les baffles. J'ai entière confiance dans toutes les marques d'amplis réputées lorsqu'il s'agit d'utiliser un de leur 4*12. Je n'ai aucune préférence particulière et je suppose que mon oreille n'est pas assez sophistiquée pour me soucier de la différence entre tel ou tel baffle. Tant que j'ai un bon baffle, je suis satisfait. Quand tu fais ça depuis si longtemps, tu dois de plus faire face à de drôle de situations parfois comme lors de notre dernière tournée européenne. Nous avions commencé la tournée par un concert à Kiev, notre matériel n’était pas encore arrivé pour cette date et j'avais fini il me semble par jouer sur un ampli Krank et un baffle Blackstar. Je n'avais jamais utilisé aucun des deux auparavant. Cela m'a pris quelques minutes supplémentaires pour trouver un bon son, mais tu finis toujours par y arriver. Même avec le même ampli, le son change tous les jours selon la salle où tu te produis et tu dois faire quelques petits ajustements à chaque date.

Kirk Windstein : De toute manière, les amplis sonnent toujours mieux chez vous que chez nous !

Matt Brunson : Le 220V c'est super pour les amplis !

Pour finir, utilisez-vous le même matériel en studio ? 

Kirk Windstein : Pour notre dernier album "The Serpent Only Lies" (2016), nous avions utilisé des Randall RG3003 branchés sur 4 baffles 4*12 Mesa Boogie. Mais pour le prochain album, nous allons utiliser le Orange Crush Pro 120 avec des baffles Orange PPC412.

Matt Brunson : Nous utilisons généralement la même chose en studio et en live. Comme je le dis souvent, nous sommes un groupe qui peint en une seule couleur. Nous ne nous servons que d'un seul son dans Crowbar. Pour l'album d'avant, "Symmetry In Black" (2014), nous avions utilisé une configuration différente de d'habitude mais pour "The Serpent Only Lies", Kirk souhaitait vraiment revenir à l'esprit de l'enregistrement de "Broken Glass" (1996). Nous avons donc recréé cette configuration en l'adaptant avec ce que nous utilisions sur le moment et nous ferons de même la prochaine fois mais avec le matériel Orange. 

Lire les 2 messages sur le sujet Guitaristes de Crowbar

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement