[Scène Ouverte] Muhadib - To the end

Maritta Calvez - Le 15 Avril 2015

"Soyons curieux ?" Oui Ian, c'est carrément le maître mot de cette [Scène Ouverte] ! Attiser la curiosité. Chercher, découvrir, écouter, puis... partager. Des talents foisonnent dans toute la France, et c'est à Montpellier qu'on part aujourd'hui, dans le bel univers de Muhadib. De la réalité de la vie, To the end... nous entraîne dans l'imaginaire 18,14 mn durant qui suffisent à passer dans un autre monde, quoique, toujours trop courtes à la fin ! Le pop-rock de ce trio est élégant, riche, très riche même, légèrement teinté d'électro, juste ce qu'il faut pour voyager. C'est ce type d'EP qui, plus vous l'écoutez, plus il vous en donne, il multiplie les belles surprises pour un plaisir toujours renouvelé. Et puis s'il vous plaît, si Mr Ryan Hewitt a choisi de produire le titre Grown up, il doit avoir une bonne raison... Nos trois musiciens nous expliquent ici avec beaucoup de sincérité avoir mis un temps leur égo de côté en entendant des avis et conseils pas toujours faciles à assimiler. C'est vrai, c'est une étape délicate à franchir qui fait partie de la vie de tout artiste, mais nécessaire à mon sens. Plusieurs dates sont bookées, dont leur première à Paris à La Dame de Canton le 23 avril. Come on !! Montrons à Muhadib que les parisiens peuvent être attentifs et... curieux !

Quelle est la genèse du groupe ? C’est toi Ian qui en est à l’origine, et quelques rencontres plus tard…
Ian : Oui!!! A l'origine, les premières compos de Muhadib étaient destinées à être jouées avec mon ancien groupe et malheureusement, elles n'y ont pas trouvé leur place. Du coup, j'ai continué à les travailler dans mon coin avec mon ordi et ma groovbox !!! Je lisais la saga de Dune de Franck Herbert en parallèle, j'ai fait le lien avec son héros (puis anti héros) : Muhad'Dib !!!! Je trouvais le personnage tellement ambigu… et tellement humain que j'en ai fait la correspondance avec mes idées du moment...
Lors de l'enregistrement, je n'étais pas content du côté robotique des batteries. Santi et moi jouions dans un groupe de rock prog à l'époque, je lui ai donc demandé s'il était chaud pour interpréter les parts. Le résultat a été plus que satisfaisant, bingo!!! L'idée est née, Muhadib deviendra donc un duo, puis un trio puisque Phil nous a rejoint l'année d'après, en 2011 !

Le mieux, c’est de l’écouter, on est tous d’accord, mais avec quels mots définiriez-vous votre musique ? Quelles sont vos influences ?
Ian : C'est toujours difficile de se "classer". Je ne suis pas fan du mot ni de la démarche, mais il y a souvent un besoin de donner une référence au sens global, je pense qu'on peu dire pop/rock. Pour ma part, les influences sont larges et passent par la pop, le rock évidemment, mais aussi le classique, le folk, l'électro, le jazz, un peu de métal… Pour synthétiser, ça me plaît si je ça me touche émotionnellement parlant ! Je pense que le premier EP "In reverse" illustre bien ce côté éclectique et parfois bordélique, même si "To the end…" prend un virage bien plus "pop/rock" dans le format.
Phil : On a pas mal d’influences différentes dans le groupe, ce qui en ressort est la synthèse de ce qui nous plaît. Pour ma part ce serait plutôt le métal au sens large.     
Santi : De mon côté, j'aime plutôt les musiques jazz, world, jazz-rock, rock-electro, fusion... Weather Report, Richard Bona, Archive, Incubus... Ça dépend de la période et du morceau qu'on travaille. Mes goûts et écoutes sont du genre grand écart. Ça va de Miserli Ahmet à Gojira. :-)

Qui fait quoi ? Comment s’articule votre travail de composition ? 
Ian : Je pars d'une idée, un premier jet, ça peut être un riff, une suite d'accords, ça fonctionne de différentes façons à chaque fois, il n'y a pas de "méthode" particulière. J'ai souvent un enregistreur avec moi avec lequel je chante un rythme, une mélodie, les idées vont et viennent… ça me donne une base de départ à laquelle je donne une pseudo architecture. La suite, on l'articule ensemble.  Santi : Je suis batteur, et depuis peu, Ian nous apprend à chanter... c'est un full time job pour lui...;-) Bien que ça demande beaucoup de travail, c'est un aspect sympa dans le style et les compos du groupe. Ça apporte une dimension supplémentaire aux ambiances et à l'harmonie des chansons.  Phil : En général, Ian apporte la première pièce par l’intermédiaire de riff à la guitare. Ensuite, nous jammons dessus, ce qui donne des choses plutôt cool en général.  Après écoute, on construit une épine dorsale du morceau et l’arrangement se fait à trois.

Je ne peux pas attendre la question suivante… Ryan Hewitt. RYAN HEWITT quoi !! Producteur des Red Hot Chili Peppers, Joe Cocker pour ne citer qu’eux. Quand, où, comment cela a-t-il été possible ? C’est une chance formidable !
Ian : Oui complètement !!! Au départ, nous étions partis pour un après-midi mastering d'un concert live au Studio Ma Ferme à Sérignan. A la fin de la session, Fred Pajau, le directeur de l'établissement, nous a proposés d'enregistrer "To the end…" chez lui, un très beau geste !
Phil : La cerise sur le gâteau est arrivée 4 jours avant le début du record. Fred était à Paris en compagnie de Ryan Hewitt pour une MasterClass. Il descendait à Toulouse pour une deuxième session la semaine suivante et Fred a proposé Muhadib pour l'enregistrement !!! Ryan a écouté différents titres et a choisi de produire Grown up.
Santi : C'était une expérience rare que de travailler avec un Monsieur comme ça. On était plutôt impressionnés, assez inquiets, et on avait très envie de bien faire. Un mélange de stress et d'excitation. Je garde le souvenir d'une intense concentration au moment des prises. Et lui, super calme, plein de conseils, j'avais une confiance totale dans sa façon de diriger le record.
Ian : On a eu l'info un mercredi… le dimanche nous jetions nos valises et notre matos dans le camion, direction Toulouse ! Très bon moment pour le groupe et très belle expérience !  

Et donc… où et dans quelles conditions a été enregistré ce 2e EP ; avec qui ?
Ian : On a donc enregistré Grown up au MAO Center à Toulouse et le reste à Ma Ferme. Je crois qu'on a pu bénéficier pour la première fois d'un encadrement professionnel et d'un excellent matériel. La base du line up de départ est restée identique : Santiago à la batterie/choeurs, moi guitare/claviers/lead et Benjamin (l'homme de l'ombre du groupe) derrière la console.
Phil : Pour moi c’était le premier enregistrement avec Muhadib, les conditions avec Ryan était royales, c’était très enrichissant de travailler avec lui. Ensuite, la partie au studio Ma Ferme était top aussi.  

Côté guitares, amplis, effets, quel matériel a été utilisé ?
Ian : Eh bien plein de bonnes choses ! J'ai passé du temps à rechercher des timbres par esthétique et thématique des morceaux. Je crois que c'est une étape que j'aime beaucoup dans le processus d'enregistrement, chercher, créer une identité sonore au service du morceau. Pour les guitares, il y a eu des Les Paul (signature Slash, Standard), PRS custom 24, Strat (79 et deluxe 2000), Télé custom et Jaguar. En ampli, j'ai principalement utilisé un rockerverb Orange 50, un Vox ac 15 (d'époque). Mon pote Chris des Bagdad Rodéo (que vous connaissez je crois ?) m’a également gentiment prêté sa tête Divided Custom, une tuerie ! Pour les FX, très peu de choses : un RC Boost et une BB Xotic, une tube Screamer TS 808, une RAT, une Cry Baby et une Whammy 4 pour créer des ambiances.
Phil: Pour la basse, on a utilisé une tête Vox Firebass d’époque avec un atténuateur Koch et une DI. En effet, on a utilisé une disto Zvex. 

Vous avez été lauréats du 34 Tours 2012, le dispositif d’accompagnement  de groupes émergents Héraultais, ce qui vous a permis de développer votre démarche, d’effectuer des résidences et de faire de nombreux concerts. J’insiste sur l’importance de telles structures qui font un travail souvent déterminent pour les groupes. Parlez-nous de ce qu’il vous a apporté de concret dans votre avancée.
Ian : Le départ sur le 34 Tours s'est fait dans la douleur, le jury ayant établi un "diagnostic scénique" du groupe assez cinglant… Nous n'étions pas en accord avec certains mots/phrases employés sur le papier, même si sur le fond, cela soulignait et mettait en évidence nos lacunes et les différents domaines que nous devions travailler pour avancer. Heureusement, nous avons pu avoir une franche discussion en mettant mutuellement nos égos de côté avec le but d'avancer dans une bonne direction.
Phil : C'est vrai que le début a été très dur pour nous, mais après, ça nous a vraiment donné une grande impulsion et nous en sommes à ce stade aujourd’hui un petit peu grâce à eux.  Santi : Cyril Douay, notre "coach", nous a fait progresser sur le format, le propos d'une compos. C'est à partir de là qu'on a commencé le travail d'épure, d'écoute et respect du texte. C'était passionnant ! Pas simple de mettre de côté ses habitudes…;-).

Quels sont les actus et projets ?
Ian : On prépare la reprise des concerts début avril avec deux nouveaux morceaux qui intègrent le set actuel. On enregistre également la pré prod du prochain EP fin mai, on a sélectionné 5 titres dans le répertoire, toujours par correspondance thématique.
Phil : On a aussi 3 vidéos qui vont être mises en ligne bientôt, les infos seront dispos sur notre Facebook et nos autres plateformes médias.

De qui, de quoi auriez-vous besoin pour le bon développement du groupe ?
Ian : Ce qui fait défaut a beaucoup de groupes émergents, un ou plusieurs bookers !!! On passe énormément (trop?) de temps au tel, mail, en déplacement pour très peu de résultats… Aujourd'hui, un groupe qui essaie d'émerger, c'est 25% de musique et pour le reste, tu es administrateur, diffuseur, booker, promoteur, éditeur… Et malheureusement, c'est du temps pendant lequel on ne joue pas. On aimerait vraiment revenir vers le propos de départ : on fait de la musique !   
Phil : Diffusion, promotion… sans ce travail, pas de visibilité pour le groupe, donc pas d'émergence… On a fait un gros travail autour de la presse et des radios. Mais un coup de main extérieur serait effectivement le bienvenu !  
Ian : On nous a proposé différents types de contrat, mais le booking et la diffusion n'y étaient que trop peu présents ou peu développés. On reste malgré tout patients et on continue de pousser.  

Pas de question, la voie est libre pour dire ce que vous voulez ! Ce n’est pas si souvent, non? 
Ian : C'est tout à fait vrai ça !! Heu… soyons curieux ? C'est une bonne chose, non ?  
Phil : Merci à tous ceux qui nous suivent et qui nous soutiennent. A bientôt sur les routes.

Dates de concert
23 Avril : La Dame de Canton (Paris) 
30 Avril : La Loco (Millau)  
29 Mai : La Cigalière (Serignan) 

Liens Internet :
http://www.muhadib.fr
http://www.facebook.com/muhadib34
http://muhadib.bandcamp.com

Crédit photo : ©Cahuate Milk

POUR ALLER PLUS LOIN

Scène ouverte :
  • [Interviews] [Scène Ouverte] So Was the Sun - Plastic Gun Fight
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Lonely Longhorn - Beast But Class
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Blake Diamond & the Pearls. Get what you deserve !
  • [Interviews] [Scène Ouverte] TESKA - Primal Scream
  • [Interviews] [Scène Ouverte] The Foolproof Chameleons - Time to Shine
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Teleferik : Lune Electric
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Kirin Dosha – Recovery (Démo)
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Shake the Deaf
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Holispark - The Harvest
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Soulfakers - Where the lights dance
  • [Interviews] [Scène Ouverte] DoctoR DooM - This seed we have sown
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Moosy - L'Orignal
  • [Interviews] [Scène Ouverte] UBIKAR - altitude.Zero.
  • [Interviews] [Scène Ouverte] CODA - Rêve d'un monde en apnée
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Watusi
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Diamond Fizz Waves / Erased
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Libido Fuzz
  • [Interviews] [Scène Ouverte] JB Moonshiner - Shallow Graves
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Coldust
  • [Interviews] [Scène Ouverte] Tulsa - Onze
  • COMMENTER l'ARTICLE

    Laisser un commentaire à propos de cet article :
    Nom d'utilisateur :
    Mot de passe :
    Créer un compte gratuitement