[Scène Ouverte] Kirin Dosha – Recovery (Démo)

Maritta Calvez - Le 15 Septembre 2016

"Do it yourself", vous connaissez tous ça les gars. Eh bien on est en plein dedans avec les Kirin Dosha ! Pas moins d'une intro suivie de 12 titres entièrement enregistrés maison remplissent la galette de Recovery, clairement identifiée de démo, et assumée comme telle. C'est alors qu'ils écument nombre de tremplins. Ah ! les tremplins, sujet bouillant s'il en est, y'a les pour, y'a les contre, y'a tremplin et tremplin… on peut discourir longtemps. Le fait est que les Kirin Dosha les prennent, eux, dans leur aspect positif : la scène. L'occasion pour eux de travailler leur jeu, de sentir leur connivence mutuelle et avec le public, de jouer dans des salles qui à l'instant T leur seraient inaccessibles. L'histoire ne dit pas s'ils ont tiré profit de remarques constructives de la part de professionnels pour progresser et monter en puissance. Y en a-t-il eu d'ailleurs ? Le moment est venu pour eux d'aborder un virage dans leur parcours en s'entourant d'un regard neuf et d'une écoute aguerrie, comme ils espèrent pouvoir le faire pour leur EP à venir. On leur souhaite ! Arf, j'oubliais… belle rentrée en musique à tous !

Quelle est la genèse du groupe ? Qu’est-ce qui vous a principalement motivés à monter Kirin Dosha ?   
Chacun a eu plusieurs expériences en groupe étant plus jeune. Laurent et Mikko se connaissent depuis longtemps et décident de monter un nouveau groupe sur les cendres de Telextasy. Ils travaillent des démos de morceaux, définissant plus ou moins des structures, mais en posant particulièrement les textes, les mélodies, ainsi que la plupart des guitares. Le travail ainsi avancé, ils recrutent alors un batteur, puis se lancent en quête d'un bassiste. Les morceaux sont alors retravaillés, parfois restructurés, les rythmiques gagnant en densité et les guitares en clarté...

Le mieux, c’est de l’écouter, on est tous d’accord, mais avec quels mots définiriez-vous votre musique ? Quelles sont vos influences ? 
Les influences sont diverses et variées, mais principalement rock alternatif telles que les Foo Fighters ou Placebo pour la base des compos.  
La phase d'arrangement a permis d'explorer de nouveaux horizons, apportant des effets comme les delays ou les reverbs qui lorgnent vers la New Wave, U2 ou The Cure. Des claviers atmosphériques sont également venus se greffer pour enrichir des distos parfois proches de Black Sabbath et leur procurer une ambiance planante, parfois industrielle même, pour mettre en valeur le travail de son des guitares.  
La batterie se rapproche de 30 Seconds to Mars ou de certains groupes de Stoner, tandis que la basse à 5 cordes ose parfois s'aventurer dans les hauts médiums pour impacter les tympans.    
Enfin, le grain de voix caractéristique de Laurent, qui convoque instantanément Muse et Placebo, finit définitivement d'ancrer la musique du groupe dans un rock alternatif mâtiné de power pop, où l'élément dominant reste et restera l'énergie et le besoin d'exprimer des émotions brutes et souvent brutales... Une sorte de bonbon acidulé qu'on sucerait toute la journée... Enfin, on espère :) 

Qui fait quoi ? Comment s’organise votre travail de compo, de répétitions ?   
Le travail en répète se rapprocherait plus...hum... disons d'un joyeux bordel. Du chaos naissent alors les compos ! Chacun a une manière très différente de voir les choses, ou plutôt de placer les priorités. Chacun a ses qualités et ses points forts. Mikko pond des riffs plus vite qu'une poule sous OGM, Laurent y greffe des paroles en yaourt avec un talent que les Bulgares veulent lui dérober, et Kevin malaxe cette pâte pour en faire une galette bretonne complète. Après, c'est toujours le même problème : les goûts et les couleurs. Donc on défait, on refait, on s'engueule... pour qu'au final, on soit satisfaits et fiers de débarquer sur scène pour servir le plat.

Mais quoi qu'il arrive, on reste une démocratie...

Où et dans quelles conditions a été enregistré l’album démo ; avec qui ?   
Mikko et Laurent ont enregistré l’album à la maison, en do it yourself total. (C'est-à-dire en faisant tout ce qu’il ne faut pas faire ;-)). Mais c’est comme ça qu’on apprend non ?  
Nous avions un micro statique (Behringer B-2 Pro), un Line6 POD XT, une guitare Variax 300 de chez Line6, et une guitare acoustique Hello Kitty de chez Squier parce que bon, quand même, le style c’est important. L’album a été enregistré avec le logiciel RiffWorks de chez Sonoma (à la base un outil pour enregistrer des riffs, comportant des boucles de batterie). C’est dire si on est partis sur du low tech et avec zéro moyens. Depuis, heureusement, on a investi et on s’amuse avec des joujoux un peu plus adaptés à ce qu’on veut faire.

Côté guitares, amplis, effets, quel matériel a été utilisé ?   
Pour la basse, désormais essentiellement des 5 cordes, deux Ibanez : une ATK 300 japonaise de 1995, et une ATK 815 toute récente, qui sent encore le bois. Pour les effets, un Boss GT10B. Sont également passées par ici une Sandberg California TM5, et une Musicman Sterling US 4 cordes...    
A l’époque de la démo (en 2012), Mikko utilisait principalement une Variax 300 de chez Line6, et un POD XT de chez Line 6 également, au format pédalier, branché direct dans la sono. Aujourd’hui il a plusieurs guitares, mais la principale est une Custom 77 London’s Burning CS4 (copie de Les Paul Custom, blanche), sur laquelle Marc Aimar de chez Tornade MS a installé un kit de humbuckers PAF’59 Alnico 2 bobinés à la main et non paraffinés. En termes d’ampli , c’est un combo Bugera V22, dans lequel il branche son POD HD500 (on ne se refait pas).
Laurent joue principalement sur une Gibson SG special 70s Tribute équipée de mini humbuckers. Il a aussi une Cort Katana KX5 et une Ibanez Ergodyne 470 Ex. Pour l’électroacoustique, c’est une Yamaha CPX 700II. Côté pédales se côtoient de la big muff pi, de la metal muff, de la nano clone… le tout branché dans un Vox NT50.

Le principe d’une démo étant de servir de support aux démarches professionnelles, quelles actions avez-vous menées jusque-là, avec quels résultats ?   
On a fait pas mal de tremplins depuis deux ans, ce qui nous a permis de jouer dans des salles sympas comme le New Morning.  
Grâce à certains contacts, nous avons pu vendre la démo à l'espace culturel de Dammaries-Les-Lys.    
Le principal résultat réside dans l'expérience acquise sur scène : l'énergie prend le pas sur le trac. Bref, pouvoir se lâcher sur scène et sentir que le public est en connivence avec ce qu'on exprime, ça n'a pas de prix, que l’on joue devant une personne ou devant mille... Bon, c'est vrai qu'on a plus souvent joué devant une personne que devant mille, mais, chut, il ne faut pas le dire...

Quels sont les actus et projets ? Quelle est la prochaine étape que vous visez avec le groupe ?    
La prochaine étape est d'amener les morceaux dans les oreilles du monde entier !!! ;) Non, plus sérieusement, nous voulons enregistrer un EP propre, qui reflète ce que donne le groupe sur scène. Nous avons un projet d’enregistrement pour la fin d’année 2016. On veut travailler avec un ingé son qui a « l’oreille » qu’on recherche… Mais bon, ça coûte des sous, donc il a fallu attendre un peu avant de pouvoir s’engouffrer en studio avec la perle rare.  
On a également une série de nouvelles chansons sur lesquelles on travaille et on est assez excités à l’idée de les jouer bientôt sur scène.

De qui, de quoi auriez-vous besoin pour le bon développement du groupe ?    
De tous ceux qui veulent nous aider, qui apprécient notre musique et qui ont envie de la faire connaître. Nous avons besoin de jouer, de travailler, de nous produire, du bouche à oreille pour nous faire connaître, d'un label, etc. Bref, toute aide est bonne à prendre...  
A ce stade, nous avons une bonne base de fans, mais celle-ci reste principalement parisienne. Elargir cette petite communauté afin de pouvoir jouer plus souvent en province serait super. On a envie de voyager un peu et d’aller à la rencontre des fans de rock.

Pas de question, la voie est libre pour dire ce que vous voulez !    
Déjà, un grand merci à Guitariste.com, et à toi Maritta, qui est venue nous voir dans une toute petite salle, aux risques et périls de tes oreilles... Merci à tous ceux qui nous soutiennent depuis le début, les femmes, les copines, les dealers.. Oups, non, pardon... 

Dates de concerts  :

Liens Internet :

www.facebook.com/kirindosha   
https://soundcloud.com/kirindosha/sets/recovery-demo

Cette rubrique est aussi la vôtre, alors n'hésitez pas à envoyer vos productions pour être interviewé par Maritta Calvez à maritta[a]guitariste.com (remplacez le [a] par @).