The Decline! Un nouvel hymne ?

Par Nicolas Didier Barriac - Le 03 Janvier 2012

Depuis Uncommonmenfrommars, le punk français doit être pris au sérieux. The Decline!, nouveau venu sur la scène hexagonale, tente de percer avec un mélange audacieux de punk rock basique et de country/folk acoustique. Difficile à imaginer ? Écoutez donc Broken Hymns For Beating Hearts pour vous faire une meilleure idée. En attendant, Goose s'est chargé au nom de ses petits camarades d'introduire le combo auprès des lecteurs de Guitare Live.

Peux-tu nous présenter The Decline! ?
Goose : The Decline ! est un groupe de Rennes qui a fait son premier concert fin 2009. Il est composé de Kevin, Ced, Xav, Noss et moi-même. On a publié un 45 tours Old Indian Cemetery en guise de démo et notre premier album vient de sortir : Broken Hymns for Beating Hearts. Côté scène, on a fait une centaine de concerts en France, Belgique, Allemagne, Tchéquie, Autriche, Suisse, etc.

Le nom vient-il de la chanson de NoFX ? Dans tous les cas que penses-tu de ce morceau/EP ?
G. : Pas du tout, à chaque fois on nous demande ça mais je suis le seul à aimer NOFX dans le groupe, ça n’est pas dans les influences des autres membres donc c’est un hasard. On a pourtant rajouté un point d’exclamation à la fin du nom afin qu’on ne nous associe pas à NoFX mais ça ne marche pas apparemment (rires). The Decline! peut signifier plein de choses, le refus, la pente descendante, c’est vous qui voyez... Sinon j’adore ce morceau mais ça n’est pas le cas des autres.

Un premier album est toujours une forme d'aboutissement. Est-ce que les différents membres de The Decline! ont eu des expériences dans d'autres groupes avant ?
G. : On n'est pas vraiment nés de la dernière pluie, en effet. Cedric jouait dans le groupe punk-rock Nevrotic Explosion, j’y ai fait un passage également. J’ai aussi joué dans Thrashington Dc, groupe de hardcore de Brest, et plein d’autres trucs avant. Kevin joue dans Slim Wild Boar un projet country folk, et Xav joue dans High Voltage à St Brieuc et a joué dans différents groupes auparavant. Individuellement ça n’est donc pas notre premier album, mais en tant que The Decline! oui et c’est sûr qu’entre le moment où on a créé le groupe, les répètes, les premiers concerts etc, c’est un premier chapitre de notre histoire qui se tourne et un aboutissement certainement.

Votre musique mêle country et punk. C'est la fusion de vos principales influences ou simplement un besoin d'originalité ?

G. : Au vu de nos parcours respectifs et de ce que l'on écoute chacun de notre côté, c’est la fusion des influences, indiscutablement. On ne cherche pas à être original à tout prix même si le mélange des genres amène ou peut donner une identité particulière au groupe. On essaye malgré tout de ne pas faire les morceaux à l’identique tout en restant cohérents. On n'a pas envie sur disque ou en concert de faire quinze morceaux de punk rock basique. On aime ralentir les tempos ou rajouter un coté folk : ça nous correspond et en plus c’est moins rébarbatif pour nous et pour le public.

Que penses-tu de Volbeat qui évolue aussi sur un créneau sur le papier assez similaire et qui commence à bien marcher ?
G. : Alors je ne connaissais pas... Je viens d’écouter, j’aime bien mais je dirais qu’ils ont des influences métal et nous punk rock et que leurs influences country sont plus rockabilly alors que nous ça tend un peu plus vers la mélancolie.

Les deux faces de l'album Broken Hymns For Beating Hearts se finissent sur de très bons titres acoustiques. Quelle place ont-ils dans votre musique ?
G. : Une place très importante. C’est notre marque de fabrique, d'ailleurs on fait également des concerts acoustiques, avec nos morceaux électriques réarrangés pour l'occasion. On aime les deux.

Comment s'est greffée à tout cela l'imagerie « prohibition » ?

G. : C’est le graphiste POCH qui a eu cette idée de mise en scène. L'esthétique de la mise en scène nous a plu. Autant l'imagerie hors la loi que les points communs qu'a cette époque avec la nôtre (prohibition, crise...)

Quelles sont à ton avis les principales choses à faire évoluer dans votre musique pour le deuxième album ?
G. : Si l'on veut rester spontanés, on va essayer de ne pas trop se poser ce genre de questions. En tout cas, on va affiner notre style, aller encore plus loin dans notre démarche et se faire plaisir avant tout. 

De quoi va être constitué votre programme sur l'année 2012 ?
G. : On reprend les concert en Avril, on fait une tournée de 10 jours avec Justin(e) de Nantes, puis une autre de six jours avec Street Poison de Paris avec qui on va certainement faire un split 45 tours. Et puis, plein de concerts par-ci par-là pour promouvoir l’album !




The Decline! - Broken Hymns For Beating Hearts
Can I Say Records
http://thedecline.bandcamp.com