Simulateur HP GFI System CabZeus

Gregory Priouret - Le 26 Juillet 2017 - Note Guitariste.com : (3,5/5)
Depuis quelques années fleurissent sur le marché des dispositifs permettant de se passer non pas d'un ampli complet comme l'autorisent les très populaires Axe Fx / Kemper / Helix (et autres), mais d'un baffle (ou cabinet pour nos amis anglo-saxons). L'idée est de conserver votre couple préampli-ampli préféré, sa chaleur et son caractère, mais de ne pas envoyer son signal dans une enceinte, ensuite capté par un micro puis envoyé dans une table de mixage par exemple, mais de remplacer cette paire par un petit boitier réalisant tout cela virtuellement. Le récent CabZeus de GFI System est une de ces petites choses qui ne prend pas de place et qui va pourtant changer un peu votre vie de musicien grâce aux outils qu'il contient. Découvrons cela de plus près.

Mais pourquoi ? 

Commençons donc par expliquer l'utilité et le fonctionnement d'un simulateur de HP. La chaine la plus courte habituelle d'un rig de guitariste se décompose en 3 éléments : une guitare branchée dans un couple préampli/ampli, lui-même raccordé à un baffle contenant un ou plusieurs haut-parleurs. Si vous vous enregistrez ou si vous êtes en situation live nécessitant la captation du son sortant de votre baffle pour diffusion sur la sono, vous aurez besoin d'un microphone (et d'un câble !) pour amener ce signal à la table de mixage ou à la carte son. Les simulateurs d'enceintes/HP vont ainsi remplacer ce dernier ensemble (baffle + micro – mais pas le câble !), les plus performants remplacerons même l'air entre le baffle et le micro, si si !

Il y a divers intérêts à utiliser ce type de produit. Le premier bien entendu concernera le niveau sonore : avec un simulateur d'enceinte/HP, vous pouvez jouer au casque par exemple, en ayant le même résultat que la configuration ampli + enceinte + micro, mais sans le réel niveau sonore du baffle qui déplaira peut-être à votre environnement proche. La deuxième utilité est bien entendu la flexibilité et le choix d'utiliser telle ou telle enceinte afin de varier votre son, sans pour autant acheter le modèle.

D'un point de vue live, ne plus avoir d'enceinte signifie ne plus devoir la porter ! Manutention et emplacement au sol réduit - très pratique pour les mini-scènes -, gain de temps lors de l'installation et surtout constance de votre son d'un endroit à l'autre : plus de différences selon la scène, l'emplacement de votre ampli, le positionnement du micro ou le repiquage des sources proches. Pour l'avoir expérimenté il y a peu, c'est un réel confort et un gain de temps et s'affranchir d'un baffle de 20kg est un soulagement. Pour une configuration encore plus légère, il est tout à fait possible de se passer d'une tête d'ampli à proprement parler et de la remplacer par des pédales de type préampli. Toutes les pédales ne répondront pas de la même manière en amont du simulateur, certaines se mariant parfaitement et d'autres un peu moins. Pour le coup, vous trimballez simplement votre guitare et un pedalboard de scène en scène.

Le Cabzeus permet ainsi ces configurations, mais peut également faire office de boitier de Direct (DI) et de mini mixer grâce à ses deux canaux indépendants, utilité que nous développerons plus bas.

Petit Format

Le CabZeus est livré dans une boite rectangulaire, renfermant également un mode d'emploi de 16 pages, un câble USB de type A/B et une carte annonçant en vrac les 2 ans de garantie, l'adresse où télécharger le logiciel CabsLab (le cœur du Cabzeus), la fonctionnalité des deux gros et uniques potards présents sur le produit  ainsi que les différentes possibilités de connexion. Le Cabzeus n'est pas une pédale : il n'a pas de footswitch et n'est donc pas destiné à être utilisé avec les pieds, ni vraiment d'ailleurs avec les mains. Il prend cependant autant de place qu'une pédale de taille moyenne, il est moins grand qu'un Eventide H9 par exemple : 120 (l) x 90 (L) x 55 (H) mm pour 600grammes et peut totalement trouver une place sur un pédalboard, ce qui a tout son sens dans une configuration sans ampli, mais uniquement pédales. Il fonctionne en 9 volts DC (alimentation non fournie et pas de pile sur ce type d'appareil numérique) et saura parfaitement accepter le courant venant de votre brique habituelle (T-Rex, Voodo Lab, Mxr, Spot…).

La sérigraphie du boitier est complète et lisible. Sur la face supérieure nous trouvons un potentiomètre sans fin (et sans nom) qui sélectionnera un des 8 presets disponibles. L'affichage de la sélection se fera via une des 4 diodes bicolores situées verticalement en dessous de ce potentiomètre. Nous avons donc 9 positions : 4 diodes de couleur jaune + ces 4 mêmes diodes mais de couleur rouge + la position "HP Off "  ou  "Bypass" de l'appareil. De part et d'autre de cette ligne de LED se trouvent deux potentiomètres "Edge" et "Center" à chaque bout de course : il s'agit ici de l'unique contrôle manuel que l'on aura sur le CabZeus, le reste se faisant intégralement via ordinateur. Certains argueront que c'est insuffisant. Personnellement, je n'ai pas ressenti de véritable problème car j'ai appréhendé le Cabzeus comme ce qu'il est : un haut-parleur (enfin plusieurs). Dans un contexte de studio, il y aura toujours un ordinateur à proximité tandis que sur scène, comme n'importe quel guitariste, nous venons avec notre Cab(zeus) que nous avons choisi, joué à la maison et la seule variable que l'on pourrait modifier est le positionnement du micro dont le signal est ensuite envoyé dans la sono et c'est exactement le propos ici : ces deux potentiomètres permettront, pour chacun des canaux (le Cabzeus proposant 2 canaux, totalement indépendants), d'éloigner ou rapprocher le micro virtuel du centre ou de l'extrémité de la membrane du HP.

A défaut d'offrir un grand nombre de contrôles externes, le Cabzeus offre une large panoplie de connexions qui s'avèrent vraiment très utiles. Tout d'abord nous retrouvons un Input par canal, qui comme son nom l'indique va recevoir le signal provenant de votre tête d'ampli ou pédale ou même directement de votre guitare, ca ne cassera rien. Y est associé un interrupteur 3 positions qui va permettre de diminuer le signal de sortie par -20dB ou -30 dB (utile pour les têtes d'amplis que l'on doit pousser à fond pour qu'elles sonnent). Il est dommage d'ailleurs de ne pas pouvoir visualiser par une LED par exemple si le signal reçu par le Cabzeus est trop puissant. A coté de cet Input se trouve le très important THRU, qui retransmet sans modification le signal d'entrée. 

Faisons un aparté ici sur l'importance des connexions, en particulier entre une tête d'ampli et son baffle : une section d'amplification (à lampes) DOIT être raccordée, sans exception, soit à un baffle, soit à ce que l'on appelle communément une "loadbox", sinon vous courrez à la catastrophe, à savoir la mort du transformateur de votre "précieux"... Dans le cas présent, le Cabzeus va remplacer le HP en terme de production de son, mais n'est pas une loadbox pour autant. Vous avez donc deux choix si vous y branchez votre tête d'ampli : soit raccorder le THRU à une loadbox, ou  le raccorder à un baffle. Vous pourrez donc ici entendre votre ampli via votre baffle habituel, mais la logistique d'enregistrement (placer un micro) ne sera pas nécessaire, le CabZeus s'en chargeant.

Sur la tranche opposée du boitier, on retrouve de gauche à droite une embase pour alimentation 9Volts, une prise USB pour raccorder à un ordinateur (cordon fourni), une prise MIDI 5 broches IN, une sortie stéréo format 3,5mm associé à une molette de réglage de volume et enfin deux prises au format jack ¼. Tandis que la sortie mini-jack se prête à accueillir un casque et avoir un volume indépendant, les deux prises jack ¼ sont les deux sorties principales de l'outil. Bien que possédant 2 canaux indépendants, il est tout à fait possible de sortir le Cabzeus en mono (sortie L) ou stéréo, via des câbles asymétriques ou symétriques pour les longues distances. GFI System a choisi d'implémenter des bases jack et non XLR pour une question de praticité et de logique d'utilisation  mais il est tout à fait possible de brancher des câbles jack asymétriques/XLR sur le boitier. GFI vous fournit, pour 10$ supplémentaires, une paire d'adaptateurs jack asymétriques/XLR.

Un mini mixer

Ces 3 sorties permettent des configurations très intéressantes. La première est, en situation de concert, d'envoyer le signal du Cabzeus sur la table de mixage en mono ou stéréo et d'avoir son propre retour guitare via la sortie casque. Cependant, certains souhaiteront également entendre le reste du groupe et non seulement la guitare. Aucun souci : le Cabzeus ayant deux entrées, il est tout à fait possible de brancher l'ampli/guitare dans une des entrées, et votre retour groupe, sortant de la table, dans l'autre entrée. Coté sortie, on raccordera uniquement la sortie L à la table. Résultat : au casque, vous aurez le groupe + votre guitare, tandis que vous n'enverrez à votre ingé son (ou à la table si pas de budget pour l'ingé son) uniquement votre signal guitare. Le seul bémol est la panoramique extrême de chaque canal. 

Encore une fois, cela peut se faire avec ou sans baffle si par exemple vous n'avez pas besoin de repiquer votre ampli dans la sono pour un concert, mais souhaitez tout de même enregistrer le groupe. Le Cabzeus fera l'affaire, discrètement. 

Vous pouvez utiliser cette seconde entrée pour tout un tas d'autres applications : un lecteur avec des playbacks, une autre guitare avec une autre simulation (pour rappel, chaque canal possède ses propres réglages) ou même brancher une pédale d'effets par exemple reverb ou delay qui serait nourrie de la sortie THRU de l'autre entrée. Ainsi vous ressortez la guitare sans effet sur le canal gauche et l'effet uniquement, pour peu que votre pédale ait une fonction "kill dry", sur le canal droit. Configuration à essayer également si vous avez deux amplis chez vous, c'est vraiment génial.

En gros, vous avez deux entrées et deux sorties, et tout est indépendant ! Vous pouvez brancher deux guitares et sortir sur un seul canal, une guitare sortant en stéréo sur les deux canaux, deux guitares sortant chacune sur un canal et tout cela en vous servant des simulations ou non ! Vous pouvez utiliser le Cabzeus a minima en un simple mixer 2 guitares (ou une guitare + un source audio autre) branchées sur un même ampli. Bref, beaucoup de possibilités. Oh et j'y pense, le Cabzeus peut tout à fait être un outil partagé au sein du groupe : chacun des guitaristes peut utiliser un canal avec ses propres réglages, tout comme le bassiste. Eh oui nous avons aussi des DI et des simulations de HP pour basse là-dedans !

CabsLab

Au vu de la sobriété du boitier, on se doute qu'un logiciel doit être dans les parages. Le CabsLab se télécharge rapidement à partir du site GFI System et s'installe via une procédure peu habituelle pour le commun des mortels (utilisation du terminal sur Mac), mais néanmoins très bien expliquée et rapide (1 minute + redémarrage). 

Le CabsLab se positione dans une fenêtre de taille fixe qui comprend 3 onglets. Le premier, Dashboard, sera le poste de pilotage de l'outil. Le ToneChart vous présentera les histogrammes de fréquences de chacune des simulations. Ici pas de nom des inspirations des simulations, mais vous pourrez retrouver ces dernières sur le FAQ du site.  Le dernier onglet est le guide d'utilisation du logiciel, pratique pour quelques détails et logiques. 

La prise en main du Dashboard est rapide et assez logique. Il se divise en deux parties, dans un premier temps identiques.  Nous sommes en mode "Stereo Cabs" et il s'agit ici des deux canaux indépendants mais aux réglages similaires.

Les 43 simulations se répartissent en 4 groupes que sont "Guitar", "Bass", "Gears" pour les différentes boites de Direct et "Misc" pour des effets autres. Dans les baffles guitares, nous trouvons actuellement 10 modèles de haut parleurs (et non d'enceintes) groupés en  "Américan" ou  "British" (je ne saisis pas spécialement cette logique) que le FAQ nous indique comme des re-créations de Celestion V30, V60 ou Greenback, Eminence, Fane ou encore Jensen.  Chacun de ces haut-parleurs est (parfois étrangement) décliné en 12 et 10 pouces. Notons ici qu'à aucun moment on ne parle de marque d'enceintes ou encore du nombre de haut-parleurs. GFI System ne propose qu'un caractère de haut-parleurs et non pas de baffle type Marshall 2x12 ou 4x12 comme peuvent le faire certains produits concurrents, ce qui peut être utile pour prendre ses marques. Pour la basse, nous avons le choix entre 5 types de haut-parleurs, tandis que le groupe GEAR propose différents types d'émulation de boitiers de direct. Le MISC livre quant à lui 4 types d'effets tels que le téléphone (en 3 variantes), le mégaphone, le "horn" ou encore un haut parleurs type HiFi pour, par exemple, votre retour groupe, un lecteur audio ou une guitare acoustique. Ces dernières simulations paraissent certes anecdotiques, mais peuvent être utiles à certains moments ! 

Il est à noter qu'à chaque changement de paramètre, même infime, le son se coupe une fraction de seconde pour s'aligner sur votre requête. Cela est lié à l'utilisation de la technologie utilisée, basée sur des algorithmes, à la différence de la technologie "IR" où une photographie précise d'une situation est prise. Les algorithmes permettent de modifier les réglages liés à la situation, et cela sans latence.

Une fois votre HP sélectionné, les réglages sont assez succincts et rapides. Chaque HP  peut être ouvert ou fermé, paradoxalement à l'absence de notion de format d'enceinte, et on va régler à l'aide d'une molette virtuelle la position du micro par rapport au cône du HP. Pour rappel, il s'agira ici du seul réglage que l'on peut modifier physiquement sur le boitier. Pas de réglage de distance entre le micro et le HP et pas de choix non plus dans le type de micro, il s'agit ici du rendu d'un micro type SM57, un des basiques dans la prise d'ampli. Même si le micro est imposé, il est un peu dommage de ne pas pouvoir jouer sur la distance ou l'angle entre celui-ci et l'ampli, ces variables étant tout de même très importantes dans le rendu final. Cependant, cela réduit la réflexion et le temps passé sur son ordinateur à ne pas jouer.

Les trois autres paramètres sont liés à l'interaction entre les deux canaux. En effet, comme énoncé précédemment, le Cabzeus possède deux canaux indépendants et cela peu importe si vous utilisez une ou deux sorties. Ainsi il est tout à fait possible de mixer les hauts parleurs et d'utiliser par exemple un V30 et un Greenback, ou alors de simuler une prise de son un peu plus évoluée en choisissant le même haut parleur mais en positionnant chacun des micros à un endroit différent : un proche du centre et un autre plus du coté du bord de la membrane. Pour revenir aux interactions entre ces deux haut-parleurs, il va être possible d'en régler le décalage de la prise et simuler véritablement l'utilisation de deux baffles (et grossir le son par exemple), le mix ou encore le volume (et la phase). Mais ces mots auront plus de sens en démonstration vidéo et audio.

 Si une sortie unique est utilisée, alors les deux canaux seront mixés. Par contre, chaque canal sera dirigé sur sa sortie respective dans le cas d'un branchement stéréo. Egalement, si vous branchez une guitare d'un coté, avec une simulation de V30, elle apparaîtra sur sa sortie, indépendemment de celle qui restituera le signal  de votre bassiste, traité via un Jensen ou un DI. Solution économique ! Nous terminons ici le système "Stereo Cabs" qui réplique, pour résumer, l'utilisation de 2 HP côte à côte. 

GFI System nous offre un mode alternatif qui se nomme "Stereo Mics" et qui, comme son nom l'indique, va utiliser les deux canaux pour le couplage d'un micro proche de l'ampli et d'un second micro "Room", à savoir placé dans la pièce où se trouve l'ampli afin d'en capter l'atmosphère. Tandis que le premier canal de gauche) retrouve exactement les mêmes réglages (hormis le décalage de prise entre les deux HP), le canal de droite va permettre de choisir les paramètres liés à la pièce virtuelle : taille de la pièce, longueur et profondeur de la reverb ainsi qu'un paramètre de caractère/chaleur. Le réglable blend permettra de doser cette reverb qui est très rapidement présente. Ce mode est assez intéressant car il donne de la vie et une certaine réalité au HP.  En mode stéréo, chaque canal est envoyé sur sa sortie respective.

Lorsque vous paramétrez le HP de vos rêves, vous pouvez ensuite l'enregistrer facilement via les contrôles du bas du CabsLabs parmi les 8 emplacements (cela ne prend que quelques secondes) ou dans des sauvegardes sur votre ordinateur. Ces 8 réglages, ainsi que le bypass du boitier, sont commandables en MIDI, via des Program/Change. Il s'agit ici de la seule commande disponible en MIDI. Vous pouvez ainsi varier les HP en sons clean ou crunch.

Coté son ! ? 

Commençons par statuer sur la comparaison entre "la vraie vie" et le résultat de la simulation. Cette comparaison n'a pas vraiment lieu d'être dans la mesure où les variables ne sont pas similaires. En effet, nous connaissons le modèle de HP, le célèbre Celestion V30 par exemple, mais nous ne savons pas exactement si ce résultat provient d'un V30 monté seul ou associé à un ou trois  autres modèles. Parfois, GFI mixe même plusieurs modèles ! Nous n'avons également aucune information sur l'ébénisterie, si ce n'est que l'enceinte dans laquelle il est monté est fermée ou ouverte, et il s'agit d'un facteur important. Pour finir, nous ne connaissons pas non plus la distance entre le SM57 et la grille du baffle, ni son angle de positionnement. Bref, nous ne savons pas vraiment les conditions de mesures et il est donc très difficile de comparer avec un véritable SM57 positionné devant notre baffle. Nous avons cependant opposé une petite poignée de ces HP virtuels à des "vrais". Le résultat est que l'idée du HP véritable est bien présente. Les correspondances des réglages, positionnement du micro, ne sont pas vraiment respectées, mais comme précédemment expliqué, nous ne connaissons pas les conditions de mesures. Quoi qu'il en soit, GFI semble avoir préféré proposer ici un large panel de sonorités optimisées, peu importe le respect des produits dont elles sont inspirées, parmi lesquelles vous trouverez votre bonheur. A écouter via la vidéo.

Conclusion

Au final, le Cabzeus est une solution compacte et parfaite pour jouer avec son ampli au casque, ou se passer d'un baffle et même d'un ampli. Les possibilités de routing sont nombreuses et font de lui un véritable couteau suisse qu'on appréciera largement sur scène, seul ou en partageant ! Certains reprocheront les paramétrages limités qui l'éloignent du résultat fidèle qu'on pourrait obtenir avec du matériel physique ou encore le manque de réalisme des propositions (manque d'informations sur les mesures de départ). Cependant, au sein d'un mix, studio ou live, peu importe qu'il s'agisse d'un Bogner, d'un Marshall ou d'un Orange, cela fera illusion. A ce prix-là (300$ sur la boutique de GFI System), le Cabzeus est un formidable outil à-faire-plein-de-choses, évolutif de surcroît (on peut par exemple espérer des mises à jour incluant de nouvelles simulations des HP).

Les plus

 - Les connectiques et les combinaisons possibles
 - La taille
 - Le prix
 - La simplicité

Les moins

 - Pas de choix de micros et pas de choix de profondeur, d'angle
 - Manque de réalité : pas de détails et donc de possibilité de choisir la configuration d'enceinte (1x12, 2x12)

Prix : 299$

Pas de distributeur en France pour le moment. Disponible sur la boutique du site http://www.gfisystem.com

 

 

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

COMMENTAIRES (3)


room135
# Publié par room135 le 29/07/2017 à 21:05   Répondre
:-)
peconzenet
# Publié par peconzenet le 26/07/2017 à 16:32   Répondre
Bonjour Chrisme,
Les mots ont peut-être été mal choisis effectivement, mais ce produit n'est absolument pas "pourri", et a rencontré une grande adhésion chez nous.
L'idée que nous soulevons est que le rendu global du produit est très bien, qu’il offre une panoplie de sonorités agréables et de possibilités de câblages très utiles. Cependant, dans le milieu conservateur dans lequel nous évoluons, il est peut être dommage pour le fabricant que ces simulations ne reflètent pas des situations existantes (comme le fait par exemple le Torpedo CAB) : ici nous avons simplement un HP mais aucunes info sur l’environnement de ce composant, qui a pourtant un impact « dans la réalité » - mais cela ne remet absolument pas en cause la qualité des sons. Nous avons volontairement évité la comparaison avec (par exemple) le produit de chez Two Notes: même si la finalité est plus ou moins similaire (se passer d’un baffle) les deux produits n’ont pas du tout la même promesse. Le CABZeus est un (simple) simulateur de HP tandis que l’excellentissime Torpedo Cab de Guillaume est un simulateur d’ampli de puissance et de baffles, récréant précisément les sonorités des divers baffles du marché, sur lesquels il est physiquement possible de jouer, et proposant également de nombreux réglages pour coller à la réalité – et affiche par ailleurs un tarif supérieur de 200€ à celui du Cabzeus. Il ne s’agit ni de la même promesse, ni du même budget.
Le Cabzeus fait extrêmement bien son boulot en proposant des sonorités plaisantes (et cela même si ces sonorités ne sont pas des reflets de baffles "réels").
Chrisme
# Publié par Chrisme le 26/07/2017 à 15:33   Répondre
Il ne me semble pas avoir aperçu dans l'article une seule référence aux produits Two Notes (cocorico) à titre comparatif. De plus, d'après vos dires, ce produit, c'est naze : manque de réalité (pas "réalisme" plutôt ?), pas de choix de micros, de profondeur, d'angle. Mais plus haut vous dites : "Cependant, au sein d'un mix, studio ou live, peu importe qu'il s'agisse d'un Bogner, d'un Marshall ou d'un Orange, cela fera illusion". Comment traduit-on cela ? C'est pourri mais c'est pas grave ? Ça fait un peu cher l'illusion à +300$ si on rajoute taxes & co. Mon Torpedo Cab m'a couté moins de 400 euros neuf. Voilà quoi.
Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement

 

PRODUITS DE L'ESPACE ACHAT

GFI System  Cabzeus
GFI System Cabzeus