Brian « Head » Welch, la rédemption par le metal

Guitare Live - Le 18 Mai 2009

Depuis son départ de Korn et après avoir donné un nouveau sens, religieux, à sa vie, Brian « Head » Welch a été victime de toutes les critiques possibles. Ayant déjà donné sa vision des choses dans un livre, il ne lui restait plus qu’à répondre avec de la musique. Son premier album solo sort donc quelque temps après avoir vu le jour aux Etats-Unis. Save Me From Myself se situe dans la droite lignée des productions de Korn et prouve donc que malgré ses nouvelles impulsions personnelles, le charismatique guitariste reste fidèle à ses idéaux musicaux. Entouré d’une sacrée équipe de musiciens, notamment Trevor Dunn et Tony Levin, Head part en croisade et passe par Guitare Live pour nous en parler !

Le clip de ton single « Flush » a déclenché une légère polémique aux Etats-Unis. Peux-tu revenir là-dessus ?
Brian « Head » Welch : Nous avions différentes pistes créatives pour ce clip et j’ai trouvé que celle du clip final était la meilleure car elle montrait de manière radicale le genre de vie que je vivais avant. Sexe, drogues et rock ‘n’ roll ! Le goudron qui sort de la bouche des gens symbolise ce que cette vie de débauche m’a apporté. Je trouvais ça assez cool de montrer de façon directe mon ancien quotidien. Mais il y a aussi toute la partie où les jeunes parlent de leurs propres addictions à la drogue. Je voulais que le clip soit authentique et brut et c’est ce qui a provoqué cette polémique.

Si les images sont assez sombres, le message, notamment par le biais des paroles, est pour sa part assez positif…
B. H. W. : Absolument. C’est comme si je me forçais à changer à la fin de la chanson après avoir parlé de me bourrer la gueule, de vomir, de faire la fête, etc. Cette vie n’était pas saine et il fallait que j’en sorte.

Le reste de Save Me From Myself va-t-il également en ce sens ?
B. H. W. : Il y a plein de thèmes. J’évoque le viol d’enfants, mon départ de Korn, ma nouvelle vie, des sujets spirituels à travers l’aide du Christ qui peut véritablement laver vos péchés et vous aider à devenir une nouvelle personne. Il n’y a pas besoin forcément de devenir un pratiquant du dimanche – je ne vais jamais à l’Eglise – car il vous aidera si vous lui tendez la main. J’adore faire du hard rock / metal et j’ai l’impression qu’il est venu pour me nettoyer l’âme et me permettre de faire de la musique encore meilleure qu’avant.

Il n’y a donc rien que tu regrettes de ton ancienne vie ou de ton ancien groupe ?
B. H. W. : Non. Je suis nettement plus heureux maintenant. J’avais des millions de dollars il y a seulement quelques années mais dans le fond j’étais un miséreux. J’étais accro à la drogue et j’en avais marre des tournées. Tout me faisait chier. J’ai remis de l’ordre dans ma vie et tout va maintenant pour le mieux. Même les moments plus durs sont plus faciles à encaisser maintenant car je sais que je dois être patient et simplement laisser passer l’orage.

Musicalement, quel regard portes-tu aujourd’hui sur les disques que tu as faits avec Korn ?

B. H. W. : Avec Korn, nous avons inventé un nouveau son. Tout simplement. Ça me fait plaisir d’avoir fait partie de ce groupe car ce n’est tout de même pas rien ! Nous n’avions jamais imaginé que notre musique aurait un impact aussi fracassant dans le monde entier.

Maintenant que cette page est tournée, quelles sont tes ambitions en tant qu’artiste solo ?

B. H. W. : Je suis de retour mais je dois me refaire un nom. Je suis presque dans la peau d’un débutant donc j’ai été très humble sur Save Me From Myself. Le budget était bien plus petit que pour un disque de Korn. Je dois me battre à nouveau car la vie toute tracée et simple de Korn est finie dorénavant. Ça me rappelle ma jeunesse et c’est excitant. Musicalement, je vais rester fidèle à mes convictions en faisant des disques heavy. J’aime ça et je pense que ceux qui accrochent à Save Me From Myself vont apprécier les prochains aussi. J’espère, en tout cas !

Les excellents Trevor Dunn et Tony Levin jouent de la basse sur Save Me From Myself. Comment se sont-ils retrouvés là ?
B. H. W. : Je suis entré en contact avec Tony Levin par un ami. Sa fille était fan de Korn, je crois ! Il n’avait encore jamais eu l’occasion de jouer sur un disque comme le mien et ça l’intéressait. Ça me faisait bizarre de produire un type comme lui car c’est une légende ! Il n’avait besoin de pratiquement aucune instruction de ma part car il gère très bien tout seul. Trevor a bossé très vite. Nous n’avons pas gardé tout ce qu’il a fait car c’était souvent un peu trop bizarre mais c’était également une bonne expérience que de collaborer avec lui. Je l’ai rencontré par le coordinateur de production de l’album.

Tu as changé de groupe et de vie mais as-tu changé de guitares (rires) ? Es-tu toujours chez Ibanez ?
B. H. W. : Tout à fait. L’album entier a été fait avec des Ibanez avec quelques GNL, Les Paul et Stratocaster pour les passages les plus bizarres. On ne peut guère se tromper avec ces modèles pour réaliser quelques overdubs.

Tu avais utilisé une guitare à quatorze cordes à un moment. Ça devait être un peu particulier, non ?
B. H. W. : Oui, ça a du mal à rester accordé mais ça en jette (rires) ! Je ne l’ai pas encore utilisée sur un de mes disques car le son n’est pas suffisamment limpide. En concert en revanche ça peut donner quelque chose d’intéressant et je ne me prive pas de sortir ce modèle de temps à autre.

Y a-t-il des choses que tu as aimé dans les sorties musicales récentes ?
B. H. W. : Je suis ouvert à plein de trucs mais la plupart du temps j’écoute simplement ce que ma fille aime. Etant donné qu’elle a dix ans, je pense que ça ferait plutôt rire tes lecteurs de savoir de quels artistes il s’agit (rires). Tout de même, j’aime le dernier Underoath et quelques trucs légèrement plus vieux comme les premiers Coldplay.


Brian « Head » Welch – Save Me From Myself
Driven
www.brianheadwelch.net

COMMENTER l'ARTICLE

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement