Une amende de £4.5 millions pour Fender

La rédaction - Le 24 Janvier 2020
Une amende de £4.5 millions pour Fender
Nous évoquions en 2018 les enquêtes du gouvernement britannique visant plusieurs fabricants soupçonnés de vouloir réguler les prix de leurs produits en magasins et sur internet. Fender Europe a reconnu les faits et vient d'être condamné à une amende de 4,5 millions de livres sterling soit environ 5,3 millions d'euros.

Voilà une épineuse question soulevée par cette enquête et cette condamnation de Fender Europe qui a reconnu avoir exigé de ses revendeurs au Royaume-Uni qu'ils respectent un prix minimum de vente sur leurs produits entre 2013 et 2018. Cette pratique est illégale (en France également) et empêche les consommateurs de potentiellement bénéficier des meilleurs offres possibles puisque tous les revendeurs ont tendance à afficher le même prix de vente pour un produit donné. Cette pratique n'est pas nouvelle ni exclusive au marché de la musique. Comparez les prix d'une télévision ou de tout autre équipement distribué dans des points de vente et vous aurez vite fait de le constater également.

Après que des preuves irréfutables aient été trouvées, Fender a reconnu les faits et en décembre 2019 un accord a été trouvé avec les autorités britanniques ce qui a permis de réduire l'amende finale qui atteint tout de même la somme de 4,5 millions de livres sterling soit environ 5,3 millions d'euros. Casio avait été condamné à £3,7 millions pour le même type d'infraction sur la vente de ses claviers et pianos numériques en août 2019.

En quoi s'agit-il d'une épineuse question alors ?

La CMA (Competition and Markets Authority) rappelle ainsi qu'au Royaume-Uni le marché de la vente d'instruments de musique représente £440 millions chaque année dont 40% de ventes réalisées sur internet, une part croissante. Cette visibilité des tarifs entraine une compétition entre les différents sites marchands et les "victimes" collatérales en sont les magasins traditionnels. En effet nous avons tous le réflexe désormais à la vue du moindre prix de sortir notre smartphone et de chercher moins cher ailleurs. 

Si l'exemple d'aujourd'hui se situe en Angleterre, il est parfaitement transposable en France. Vous l'aurez constaté, les points de vente ferment les uns après les autres et la guerre des prix si elle n'en est pas la seule responsable, est loin d'y être étrangère. Imposer un prix de vente minimum pour un fabricant ou un distributeur, permet d'assurer une marge minimum à l'ensemble des revendeurs du réseau. Mais cela empêche ceux qui veulent miser sur une stratégie d'achat et de revente de gros volumes qui compensent une marge plus faible… Bref c'est un sujet complexe, tous les points de vue sont justifiables et surtout, la loi est la loi : les prix sont libres dans l'intérêt du consommateur. Et personne n'a envie de payer plus cher qu'il ne devrait, qu'il s'agisse d'une guitare ou d'autre chose. Il appartient à chacun de nous, selon nos moyens et nos propres critères, d'évaluer les conséquences d'une économie de quelques euros réalisée à court terme, ou d'apprécier les magasins de proximité pour ce petit supplément d'âme qu'ils apportent en plus de pouvoir essayer les instruments, bénéficier de conseils en face à face, d'établir une relation et un suivi durables… Et surtout ce sont des lieux de rencontres et d'échanges avec d'autres musiciens. Ça vaut bien quelques euros, non ?

Lien vers notre précédent article sur ce sujet : https://www.guitariste.com/articles/enquetes-cma-uk-pratiques-anticoncurrentielles,5164,1.html

Lien vers l'article du gouvernement britannique : https://www.gov.uk/government/news/guitar-maker-fined-4-5m-for-illegally-preventing-price-discounts

Lire les 7 messages sur le sujet 5 enquêtes sur des distributeurs d'instruments (Royaume-Uni)

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement