Dossier, les Fender Jazzmaster

- Le 02 Février 2010
La Jazzmaster a quand même un parcours plus que particulier. Arrivée dans le catalogue Fender en 1959, cette guitare est alors annoncée par la marque comme « la meilleure guitare jamais construite en Amérique ». Toujours est-il que cet instrument, initialement destiné aux guitaristes de jazz (d'où son nom), ne conquit pas ce public. Ce sont les amateurs de Surf Music, courant musical apparu peu de temps auparavant, qui se l'approprieront et lui donneront ses lettres de noblesse.

Toujours est-il que la Jazzmaster, même sous l'impulsion de Brian Wilson des Beach Boys, ne connaîtra pas le succès de la Stratocaster, guitare qu'elle devait initialement « remplacer » (comme la Stratocaster devait remplacer la Telecaster...).
Mais tout serait trop simple si l'histoire s'arrêtait ici. En 1980, probablement à cause de ventes insuffisantes, la Jazzmaster est retirée du catalogue. Ce n'est qu'en 1986 que Fender recommence la production de cette guitare, mais dans ses usines japonaises. En 1999, la version Reissue américaine voit le jour.
Nouveau problème : on trouve la Jazzmaster Reissue 62 que l'on connaît aujourd'hui avec le prix... que l'on connaît aujourd'hui. Cette guitare reste donc réservée à un certain public pouvant s'offrir des guitares assez coûteuses. L'alternative est donc le modèle japonais d'une très bonne facture. Certains iront même jusqu'à dire qu'elle rivalise avec les modèles américains.
Mais cette guitare est construite au Japon, pour le marché japonais, et elle n'est pas franchement destinée au marché européen. Il faudra attendre encore quelque temps pour qu'une alternative se mette en place grâce au modèle Classic Player 62' fabriqué au Mexique.

Mais pourquoi la Jazzmaster est-elle une guitare si spéciale ?
Même si nous allons après ce petit cours d'histoire faire un tour des modèles actuellement disponibles en France, il faut, pour les non-initiés, détailler la conception globale des Jazzmaster.
La forme fait penser à une Stratocaster qui aurait un peu fondu. A la base, ce design avait été étudié pour les guitaristes de jazz. Ceux-ci jouant le plus souvent assis, il fallait une guitare parfaitement équilibrée et confortable. Le pari est gagné car il ne fait aucun doute que cette guitare est parfaite pour jouer assis. Debout, c'est un peu plus lourd qu'une Strat’ ou qu’une Tele, mais on est loin des difficultés rencontrées par les utilisateurs de Les Paul par exemple.
Une autre spécificité de cette guitare réside dans l'électronique. Les Jazzmaster sont habituellement montées en P90, micros simples bobinages survitaminés, permettant un son à cheval entre le humbucker et le single coil (simple bobinage). Le micro chevalet, à la différence de ses deux prédécesseurs, est monté droit dans le corps de la guitare, supprimant ainsi l'excès d'aigus que la position diagonale du micro chevalet des Strat et des Tele apportait.
Mais surtout, toutes les Jazzmaster bénéficient de deux circuits de réglages indépendants. L'un comprend un sélecteur trois positions avec un volume général et une tonalité, l'autre, activable grâce à un interrupteur situé sur la corne supérieure de la guitare, est constitué d’un volume et d’une tonalité et donne lors de son activation un son plus velouté et encore moins agressif.
Dernière chose à voir : le vibrato.
Celui-ci est aussi spécifique. Il inclut un système permettant de bloquer le vibrato en position fixe. Pratique et efficace. On note cependant que ce vibrato est assez similaire au vibrato Bigsby dans son fonctionnement basé sur l'équilibre entre un gros ressort et la tension des cordes. Et comme ceux-là, le vibrato des Jazzmaster n'est pas un vibrato fait pour balancer de gros « dive bomb » (effet réalisé avec le vibrato et les harmoniques artificielles, donnant l'effet d'une bombe qui explose) au risque de voir votre accordage ne devenir plus qu'un souvenir.

Toujours est-il qu'il existe maintenant pas mal de choix lorsqu'on veut acquérir une Jazzmaster. Jazzmaster Classic Player et American Vintage





On commence par la moins chère de toutes, la Jazzmaster Classic Player 62 Special.
Cette guitare construite au Mexique reprend parfaitement toutes les caractéristiques de la Jazzmaster :
- corps en aulne
- manche en érable
- touche palissandre
- micro type P90
- électronique deux circuits



Bref, à première vue, pas grand chose de différent avec sa grande soeur américaine. C'est vrai qu’elle est très performante en tout point. Le confort de jeu est plus que bon et les sensations exceptionnelles étant donnée la différence de prix avec l'Américaine. On a donc un excellent rapport qualité/prix. Pour les novices de la Jazzmaster, elle fait même preuve d'une très grande personnalité et oriente directement la musicalité de celui qui la joue.

Alors vous allez me demander : pourquoi prendre une American Vintage.
C'est en essayant cette dernière après la Classic Player qu'on se rend compte de la différence. La première chose qui frappe est la différence de résonance lorsqu'on joue la guitare « unplugged ». L’instrument prend une amplitude sonore et un sustain que l'on trouve plutôt sur les guitares en acajou. L'explication paraît venir de la qualité des bois utilisés ainsi que de la finition nitrocellulosique qui laisse mieux vibrer le bois. Cependant, ce type de vernis est bien plus fragile que le vernis polyuréthane qui équipe la Classic Player.



Branchée, c'est encore une autre paire de manche. On s'aperçoit, toutes proportions financières gardées, que les micros de la Classic Player brident largement l'excellente lutherie mexicaine.



En résumé, aborder les Jazzmaster avec ces deux guitares est une excellente chose. Elles permettent de mieux comprendre ce qu'est à la base la Jazzmaster, tant sur le côté sonore que sur le côté confort.
Pas grand chose à redire sur la Jazzmaster 62' American Vintage, et juste une faiblesse repérée sur les micros de la Jazzmaster 62 Classic Player Special (toujours en tenant compte du rapport qualité/prix).



Jazzmaster Sonic Youth





Si l'on doit comparer deux Jazzmaster, alors autant attaquer direct par les signatures Sonic Youth. En 2009 sont apparues les deux signatures de Lee Ranaldo et Thruston Moore. Au début, on croit à un même modèle simplement décliné en deux coloris (coloris ma foi fort réussis !). Les finitions sont d'ailleurs un franc succès. De plus, le pickguard en aluminium anodisé est une superbe idée. Ce concept a déjà été utilisé en 2008 sur la Jazzmaster Joe Mascis, dont nous parlerons plus bas.



Les principales différences de ces guitares se situent dans l'électronique et l'accastillage.
- la Thurston Moore conserve globalement les grandes lignes des Jazzmaster, mais en retirant le second circuit de contrôle. Elle garde cependant des micros P90. Ces micros Seymour Duncan Antiquity II sont un peu plus pêchus que ceux de l'American Vintage 62. Dernier changement, l'adoption de frettes jumbo pour ce modèle.



- La Lee Ranaldo se voit équipée de micro humbuckers Wild Range de chez Fender. Au début, on aurait pu crier au scandale. « Vous vous rendez compte ??? remplacer des P90 par des humbuckers !!! Quelle faute de goût ! ». Rassurez-vous, il n'en est rien. Les Wild Range ne sont pas des micros à la sortie surdimensionnée. On accède simplement à des sonorités un peu plus définies qu'avec les Seymour Duncan Antiquity II. Autre gros changement de la part de Lee Ranaldo, c'est le remplacement du chevalet original de la Jazzmaster par celui d'une Mustang. Ici, difficile de sentir une réelle différence.


Contrairement à la Thurston Moore, la Lee Ranaldo est équipée de frettes style vintage, comme la Jazzmaster originale

Jazzmaster Joe Mascis


Je ne pouvais pas terminer ce comparatif des Sonic Youth sans y intégrer le modèle signature de Joe Mascis. Déjà, d'un point de vue esthétique, on a quelque chose d'assez incroyable. Le rose pailleté, il fallait oser ! Il faut surtout assumer ! Personnellement, je trouve ça assez fabuleux et bien fait. L'idée d'y intégrer une plaque de protection en aluminium dorée met bien en valeur cette finition.


Mais la comparaison s'arrête ici. D'un point de vue équipement et électronique, on revient au standard de la Jazzmaster. Les micros sont tout de même des P90 différents de ceux des autres modèles. Le rendu est plus moderne que celui des Reissue 62, mais moins provocateur que les configurations Sonic Youth. On note que, contrairement à toutes les Jazzmaster présentées dans ce dossier, la Joe Mascis est en tilleul. Un choix très surprenant car Fender n'est pas la marque la plus coutumière de l'utilisation de ce bois sur ces instruments. Une guitare plus légère, mais aussi plus fragile !



Jazzmaster Elvis Costello



Je terminerai par le modèle signature Elvis Costello. Malgré une très belle finition, cette signature ne propose pas grand chose de plus que le modèle américain.



On note quand même les efforts de finition sur les plastiques (vieillis). Un modèle sympathique pour sortir des finitions basiques. 

En conclusion
Même si elles ont des finitions assez différentes et pour certaines des spécificités vraiment propres, toutes les Fender Jazzmaster se retrouvent sur un même point : le caractère.
Les meilleurs surprises restent tout de même la Classic Player et la Joe Mascis qui pour moins de 1300 euros proposent toutes deux de très bons instruments qui vieilliront probablement parfaitement bien !
Le coup de coeur va, contre toute attente car je suis loin d'être un fan du groupe, aux deux modèles Sonic Youth. Le plus incroyable c'est qu’ayant les deux entre les mains, il est quasi-impossible d'en préférer une. Une belle réussite pour ces très inattendus modèles signature, à l'heure où, bien souvent, avoir un instrument à son nom ne signifie pas forcément originalité.

Prix des modèles dévoilés ici :
Jazzmaster American Vintage 62' : 2 242 euros
Jazzmaster Sonic Youth Lee Ranaldo ou Thurtson Moore : 2 266 euros
Jazzmaster Elvis Costello : 2 266 euros
Jazzmaster Joe Mascis : 1 236 euros
Jazzmaster Classic Player 62 Special : 1 015 euros



Jazzmaster American Vintage 62'

- Corps profilé et asymétrique
- Manche au diapason 25.5"
- Touche palissandre 21 cases
- Frettes type vintage
- Double circuit électronique Lead/Rhythm avec réglages de volume et de tonalité indépendants - Vibrato flottant avec verrouillage "Tremolo-Lock"
- Corps en aulne
- Manche en érable
- Touche en palissandre 21 cases
- Vernis nitrocellulosique
- Micros : 2 Special Design American Vintage Jazzmaster
- Mécanique Fender-Gotoh


Jazzmaster Classic Player
- Corps profilé et asymétrique
- Manche au diapason 25.5"
- Touche palissandre 21 cases
- Frettes type Medium Jumbo
- Double circuit électronique Lead/Rhythm avec réglages de volume et de tonalité indépendants - Vibrato flottant avec verrouillage "Tremolo-Lock"
- Corps en aulne
- Manche en érable
- Touche en palissandre 21 cases
- Mécaniques Fender/ping Vintage
- Micros : 2 Special Design Hot Jazzmaster

Jazzmaster Joe Mascis
- Corps profilé et asymétrique
- Manche au diapason 25.5" finition satin
- Touche palissandre 21 cases
- Frettes type jumbo
- Double circuit électronique Lead/Rhythm avec réglages de volume et de tonalité indépendants - Vibrato flottant avec verrouillage "Tremolo-Lock"
- Corps en tilleul
- Manche en érable
- Touche en palissandre 21 cases
- Finition Purple Sparkle
- Pickguard aluminium anodisé doré
- Micros : 2 Special Design MIJ Single-Coil Jazzmaster
- Mécanique Fender-Gotoh


Jazzmaster Lee Ranaldo

- Corps profilé et asymétrique
- Manche au diapason 25.5" finition satin
- Touche palissandre 21 cases
- Frettes type vintage
- Un volume et un sélecteur 3 positions
- Vibrato flottant avec verrouillage "Tremolo-Lock" et chevalet mustang
- Corps en aulne
- Manche en érable
- Touche en palissandre 21 cases
- Pickguard aluminium anodisé
- Micros : 2 New Fender® “Wide Range” Humbucking
- Mécanique Fender-Gotoh

Jazzmaster Thurston Moore

- Corps profilé et asymétrique
- Manche au diapason 25.5" finition satin
- Touche palissandre 21 cases
- Frettes jumbo
- Un volume et un sélecteur 3 positions
- Vibrato flottant avec verrouillage "Tremolo-Lock" et chevalet mustang
- Corps en aulne
- Manche en érable
- Touche en palissandre 21 cases
- Pickguard aluminium anodisé
- Micros : 2 Seymour Duncan® Antiquity II™
- Mécanique Fender-Gotoh

Jazzmaster Elvis Costello

- Corps profilé et asymétrique
- Manche au diapason 25.5"
- Touche palissandre 21 cases
- Frettes type vintage
- Double circuit électronique Lead/Rhythm avec réglages de volume et de tonalité indépendants - Vibrato flottant avec verrouillage "Tremolo-Lock"
- Corps en aulne
- Manche en érable
- Touche en palissandre 21 cases
- Vernis nitrocellulosique
- Finition
- Micros : 2 Special Design American Vintage Jazzmaster
- Mécanique Fender-Gotoh 

Distribution
Produit Fender distribué par Fender.