John Page Classic - Ashburn

- Le 27 Janvier 2016
John Page est bien connu des aficionados de Fender: en plus d'avoir passé une vingtaine d'années en tant que luthier chez le fabricant californien, il est l'un des co-fondateurs du Custom Shop crée en 1987. Fort de ses expériences au sein de ce géant industriel et de la proximité de guitaristes de renom, il décide en 2006 de créer la marque John Page Guitars et implante son atelier dans l'Oregon afin de réaliser "ses" guitares de rêves. Quelques années plus tard, un partenariat avec HRS Unlimited débouche sur la création de John Page Classic afin de proposer les créations du luthier aux plus grand nombre et surtout à des tarifs plus attractifs. Les instruments John Page Classic sont donc pensés et conçus par l'américain et ensuite fabriqués au Japon par l'équipe de Nik Sugimoto - qui a travaillé pour un grand nombre de fabricants reconnus (Fender, Yamaha, Ibanez, Epiphone...). Le contrôle qualité des ces produits s'effectue de retour aux USA par l'équipe de John Page Classic, suite à quoi les instruments sont envoyés dans les 4 coins du monde.

Mise en condition
La Ashburn est fournie par défaut dans une housse de bonne facture, sobre et bien pensée : 2 poches permettent de stocker divers outils et les différentes lanières de la porter sur le dos. Avec l’instrument sont fournis un certain nombre d’accessoires et manuels : serviette lustrante, 2 médiators John Page, 2 clés 6 pans (pour réglage de la barre de tension et des pontets), des modes d’emploi pour les mécaniques et vibrato Gotoh, une fiche de caractéristiques des micros “Bloodline” et enfin une carte de garantie qui, il est important de le préciser, se veut “à vie”, tellement John Page est confiant en la qualité de ses réalisations !
Malgré ces petites attentions, il reste regrettable qu’avec un instrument de ce prix le hardcase soit en option.

La lutherie
La Ashburn s’annonce comme une réinterprétation de la mythique Stratocaster (sur laquelle John Page n’a que trop bien travaillé). La forme du corps (en aulne) est donc un double cutaway qui tout en rappelant celui de sa grande soeur, apporte une certaine fraicheur au dessin original, notamment par une relecture de la “corne inférieure” et un galbe global légèrement modifié. On note au premier coup d’oeil que la prise jack se situe désormais sur la tranche de l’instrument. Nous trouvons un manche érable 22 cases vissé en 4 points, mais cette fois avec un talon profilé rendant l’accès aux aigus vraiment plus agréable car épousant la forme de la main - les nouvelles Stratocaster Elite, anciennement Deluxe (vous suivez toujours ?) présentées cette année au NAMM adoptent d’ailleurs elles aussi cette modification du talon originel…. Le profil est en C, très agréable. Il tient bien en main, moins épais mais sensiblement plus large que celui d’une Stratocaster Standard. La finition de l’érable est satinée, sans vernis.
La touche rapportée adopte un radius de 12 (rappelons en des termes très simples que ce chiffre représente la forme d’arc de la touche : plus cette valeur est élevée, moins la courbure observée entre les deux cordes de Mi est prononcée – les guitares électriques observant des valeurs allant de 7,25 à 16) et peut-être soit érable soit palissandre (sur le modèle en mains). Les repères sont décentrés, placés sur le haut, afin « d’accroitre la visibilité » - cela étant, il est toujours préférable de regarder le public plutôt que votre manche…
Sur la tête (redessinée par John Page également), on trouve des mécaniques Gotoh étagée : cela permettrait de se passer de guide(s)-corde (bien que d’autres « concurrentes » soient également équipées de ce types de mécanique ET de guides-cordes.). A noter que ces mécaniques permettent une excellente tenue d’accord – la preuve en est la réception d’une guitare accordée quasi-parfaitement malgré un voyage long et périlleux en provenance direct des USA. Elles ne flanchent pas non plus face à de gros coups du vibrato Gotoh 510 (d’ailleurs absolument pas fait pour ça – mais notre rôle n’est-il pas de faire passer un crash-test au matériel ?) et garantissent une certaine justesse.

La sobriété de l’Ashburn associée à la (belle et douce) couleur bleue crème du modèle essayé, les motifs du bois et la légèreté de l’instrument donnent malheureusement une certaine impression d’un instrument trop moyen de gamme lors de la prise en mains – la faute également au manche non vernis et à l’habitude des guitares plus clinquantes que proposent les industriels dans ces prix là.

L’électronique
Nous restons encore ici dans un domaine bien connu : 3 micros simples, un sélecteur, un volume et une (unique) tonalité générale, impactant également le micro chevalet. L’absence de l’habituelle seconde tonalité n’est à nos yeux pas un réel manque (mais c’est une question vraiment personnelle, selon le jeu de chacun). Ce contrôle est assez doux et permet de modeler avec précision le rendu des micros.
Le sélecteur est un classique 5 positions, dont les 2 et 4 annuleront – grâce au bobinage inversé du micro central - le bruit de fond potentiellement généré par la technologie de ces micros souhaités vintage. Il est placé de manière plus horizontale que celui d’une Stratocaster – ce qui ne change/n’apporte rien de bien particulier à son utilisation. A noter que comme très souvent, le potentiomètre de volume n’est pas linéaire et on constatera une perte de brillance en dessous des 8/10.
Ces divers outils contrôlent donc 3 micros simples « Bloodline JP-1 » développés (également) par John Page. Ces micros, réalisés à partir d’un alliage ALNICO V (pour ALuminium NIckel CObalt, le V indiquant la puissance du champ magnétique, résultat des proportions de chaque métal utilisé) délivrent d’une manière générale des sonorités très fines et extrêmement définies. Les notes sonnent bien détachées les unes des autres, de manière intelligible, que ce soit en clean ou saturé. Le rendu global est très brillant et claquant, avec des sonorités intéressantes, même si manquant (à notre gout) légèrement de chaleur. On retrouve bien entendu les caractéristiques d’une guitare 3 bobinages dans les grandes lignes : un micro manche assez velouté, un micro chevalet clinquant et un micro central…se trouvant entre les deux ! Les positions 2 et 4 sont parfaites pour du funk ou des styles nécessitant une grande clarté. Les micros Bloodline semblent enfin saturer légèrement plus rapidement que ceux qui équipent les deux strat utilisées lors du test (une US Standard 2011 et une Eric Johnson).
Si nous devions comparer les sonorités émanant de la Ashburn à celles de sa grande sœur (bien que cela semble de prime abord difficile dans la mesure où l’équipement électronique d’un Stratocaster Standard US change chaque année ou presque…), on peut dire que la John Page est beaucoup précise et détaillée là où une Fender délivre plus de chaleur et de rondeur, avec une personnalité nettement plus marquée. Selon les attentes de chacun, cela peut être un point noir : les guitaristes indécis voulant une « strat différente d’une Strat »  seront satisfaits tandis que ceux souhaitant obtenir les sonorités et la présence d’une américaine resteront de marbre, trouvant la Ashburn sans doute beaucoup trop fade. Et pour ceux qui n’ont jamais mis les mains sur une véritable Stratocaster, les sentiments seront plutôt positifs, la John Page étant une guitare agréable à jouer et aux sonorités précises et polyvalentes.



Conclusion
La Ashburn John Page Classic est un instrument de bonne facture, la qualité de fabrication et de finition étant typique des réalisations japonaises : chirurgicale et de qualité. L’esthétique est plus fin, moins rugueux (voire rustique) que son modèle, tout comme les sonorités délivrées, nettement plus brillantes et précises (voire trop pour certains). La Ashburn semble se poser en alternative à « l’originale », mais offre cependant une vision assez différente, avec une personnalité nettement moins marquée et des sonorités plus froides – sans pour autant manquer d’intérêt, loin de là. Elle plaira à ceux qui veulent un instrument original puisant ses racines dans l’Originale, mais peut-être plus passe-partout (avec bien entendu les limites imposées par les 3 simples bobinages – sachant qu’un modèle existe aussi en double humbucker).
Le prix sera la principale limite, la Ashburn étant proposée à un tarif catalogue de 1579€ T.T.C, soit environ le même prix que le modèle historique, sans pour autant bénéficier de son prestige et de sa personnalité (et d’un flycase…).

Prix public : 1579€ - disponibles en 7 coloris, manche érable et touche palissandre ou érable.

On aime :
Garantie à vie !
Sonorité des micros claire et très définie
Prise en main agréable
Tenue d’accord

On aime moins :
N’a pas la personnalité de son modèle
A ce prix, le hardcase seulement en option, une vraie faute.

Plus d’informations sur http://www.johnpageclassic.com et http://www.johnpageguitars.com

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

COMMENTAIRES (2)


Elrond06
# Publié par Elrond06 le 05/02/2016 à 20:56   Répondre
Tout le monde en fait des boulettes, ça arrive, même à un pec, même si il tient un gland dans la main... (là, j'me comprend, référence cinématographique)
Elrond06
# Publié par Elrond06 le 30/01/2016 à 13:19   Répondre
Chouette revue, un peu cher pour une made in Japan peu connue...

Petite remarque concernant le radius, c'est le contraire, il s'agit du rayon de courbure, donc plus le chiffre est élevé, plus le manche est plat. Sur les guitares 'vintage' c'est en général très courbe (7,5") et sur les modernes plutôt plat (14"), avec certains constructeurs qui permettent d'avoir un radius progressif (10 première case à 16 en dernière case chez warmoth par exemple...).
Un manche courbe facilite le jeu en accords ou en barrés, un manche plat frisera moins sur les gros bends.
Les strat US actuelle ont un Radius de 9,5 il me semble.
Cette John Page aura donc un manche plus près de celui d'une ibanez que de celui d'une strat originale.

Manche érable, mais le corps est en quoi? Aulne?

A bientôt
peconzenet
# Publié par peconzenet le 01/02/2016 à 22:59
Oh la boulette…c'est corrigé, merci beaucoup !

Le corps de la Ashburn est en aulne avec un manche érable. La touche est dispo au choix en palissandre ou érable.

Greg
Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement