Nuno Bettencourt, d'un Extreme à l'autre...

Nicolas Didier Barriac - Le 12 Octobre 2010

Entre la tournée avec Rihanna, la sortie du DVD live d'Extreme (Take Us Alive) et la préparation du prochain album studio du groupe, la vie de Nuno Bettencourt est relativement chargée. Heureusement, avant le concert parisien de la reine du R&B, le guitariste a pu se libérer quelques minutes et venir nous parler de ces trois projets qui font appel à différents aspects de sa personnalité.

Comment t'es-tu retrouvé à jouer avec Rihanna sur sa tournée en soutien de Rated R ? Quelles ont été tes motivations ?
Nuno Bettencourt : La motivation est toujours l'argent (rires) ! En fait, pas du tout, crois-moi, car je suis très mal payé sur cette tournée. En tout cas par rapport à ce que je trouve que je vaux... En fait tout s'est produit par accident. Un ami à moi est le directeur artistique de Rihanna. Il savait que la tournée d'Extreme venait de se terminer et m’a demandé si un projet différent pouvait m'intéresser. Il m'a dit que Rihanna cherchait à rendre sa musique plus heavy en live. Comme sa musique comporte beaucoup d'influences funk, R&B et hip hop, il pensait que j'aimerais car finalement mon jeu contient souvent ces couleurs. Je suis allé aux répétitions et je me suis éclaté à mettre ma patte sur tous ces hits. Et puis la tournée en elle-même est assez reposante puisque je ne suis pas « l'artiste ». Je n'ai pas besoin de faire de meet and greet, pas trop d'interviews, je n'ai même pas besoin de chanter (rires) ! Je compose des chansons pour Extreme en même temps et j'ai l'impression d'être en vacances.

Avant de jouer pour elle, étais-tu familier avec le répertoire de Rihanna ?
N. B. : Quelque peu familier. Je suis devenu fan, en fait. Je crois qu'il y a une énorme diffé
rence entre quelqu'un comme Britney Spears et Rihanna. Elle est plus aventureuse et son style est excellent. Les compositions sont très bonnes et particulièrement sur le dernier album. Du coup, les extraits que nous interprétons possèdent une ambiance plus feutrée et sombre par moments. Le traitement « rock » est fort approprié.

Les concerts sont sûrement un tout autre univers que celui que tu connais. As-tu appris des choses intéressantes qui pourraient te servir dans le cadre d'Extreme ?
N. B. : Je n'ai effectivement jamais connu un truc pareil. C'est un peu un concert à la Cirque du Soleil avec une tonne de danseurs, d'accessoires et de chansons ! C'est assez fun de jouer et de voir un spectacle formidable juste à côté de soi ! Il y a constamment des trucs qui bougent, des gens qui sautent, des effets spéciaux, des écrans, etc.

Dans le public, y a-t-il des gens qui te regardent parfois (rires) ?
N. B. : Non. Les gens n'en ont que pour elle. Il y a parfois quelques types qui me regardent en se disant « Ca serait pas le type d'Extreme ? » mais ça reste avant tout le spectacle de Rihanna et les gens sont intéressés uniquement par elle. Je crois que tous les musiciens et danseurs le savent bien quand nous entrons sur scène (rires). Je pourrais être en train de faire le meilleur solo de ma vie mais, si elle est de l'autre côté de la scène en train de s'essuyer le visage, les gens regarderont cela (rires). Ils ont raison, d'ailleurs, c'est son show.

Est-ce que ton expérience avec Rihanna va avoir un impact sur les prochaines chansons que tu vas écrire et donc celles d'Extreme ?
N. B. : Forcément. N'importe quel choix provoque quelque chose. Si un soir, je vais dans un club de jazz, je n'écrirais pas forcément des morceaux de jazz dans la foulée mais ça m'influencera. En plus, comme à mon habitude, j'écrirai directement en tournée, dans les bus et les hôtels donc l'impact sera frais !

Puisqu'on parle d'Extreme : une question sur le titre Midnight Express, très populaire lors de vos prestations live et qui est joué dans un belle version sur votre DVD, Take Us Alive. Est-ce que ce morceau a été difficile à écrire où est-ce qu'il s'est construit naturellement sans trop d'efforts de ta part ?
N. B. : Je crois que j'ai écrit ça dans ma chambre un jour lorsque je n'étais pas en tournée ! Tout est venu à partir du rythme inhabituel pour moi en 6/8. J'ai jammé à partir du rythme des congas et je suis arrivé avec plein de différentes vignettes qui me rappelaient parfois Four Sticks de Led Zeppelin. Donc oui j'ai écrit ça sans trop de mal une fois que je me suis laissé importé par le rythme et également par le film Midnight Express. Tout ça a fait un bon concours de circonstances. J'adorais vraiment ce titre mais maintenant il me lasse car je l'ai trop joué. Ça reste tout de même un morceau dont je suis fier et que j'attends toujours avec impatience de jouer lors de nos concerts.

Vous avez attendu longtemps pour sortir un premier album live. Pourquoi ?
N. B. : Car c'est casse-couilles et je n'ai jamais trop aimé la démarche (rires). J'ai toujours pensé qu'un concert doit être gardé en mémoire pour ceux qui sont venus. C'est difficile de capter la magie d'un tel événement sur bande. Le groupe a l'air moins énergique et passionné qu'il ne l'est vraiment. Le volume, l'alcool et la transpiration ne sont pas là non plus... Take Us Alive est bien joué mais je trouve tout de même qu'il ne rend pas justice à ce que nous sommes...

En même temps, c'est un DVD, pas un vrai concert, donc c'est normal...
N. B. : C'est vrai. Je ne devrais peut-être pas le dire car il faut que les gens l'achètent mais tu as raison. Si vous aimez Extreme – ou n'importe quel groupe d'ailleurs – venez nous soutenir en achetant des billets de concert. Tu sais, au fond, je pense que les albums studio ne sont pas aussi importants que les concerts non plus.

En tant qu'amateur de musique, tu n'apprécies jamais de regarder un DVD live, même d'autres groupes ?
N. B. : Je ne suis pas un gros fan, non. Les groupes ont tendance à m'ennuyer car je ne ressens rien. Je vois mais je ne ressens rien. J'aime uniquement voir des DVDs de groupes qui n'existent plus. Par exemple Led Zeppelin. Parfois on ressent tout de même une certaine fusion, une sorte d'énergie supérieure qui lie les musiciens du groupe entre eux. J'ai l'impression qu'avant les groupes s'en foutaient d'être filmés. Aujourd'hui, dès que le tournage du DVD est prévu, les groupes ne pensent plus qu'à ça et cela affecte fortement la manière de jouer et de se comporter. Or, il faut prendre exemple sur ces vieux groupes et être totalement libérés dans la tête et dans son jeu.

Quels sont les plans pour le prochain album d'Extreme ?
N. B. : J'écris des trucs pendant cette tournée avec Rihanna. J'espère donc que d'ici l'hiver, j'aurai terminé et que j'aurai suffisamment d'idées pour réaliser cet album. Cela serait parfait pour être en tournée encore pendant la majorité de l'année prochaine.

Extreme – Take Us Alive
Frontiers
www.extreme-band.com 

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

COMMENTER l'ARTICLE

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement