Disparition du virtuose Allan Holdsworth

Judicaël Tribillac - Le 17 Avril 2017
Disparition du virtuose Allan Holdsworth
Sale temps pour le style jazz-fusion qui voit après Larry Coryell début mars un autre de ses illustres représentants disparaître avec Allan Holdsworth qui vient de s'éteindre à l'âge de 70 ans.

Après que sa famille ait annoncé sa disparition sur Facebook, les hommages des plus grands guitaristes et artistes actuels se succèdent pour rendre hommage au virtuose autodidacte Allan Holdsworth. De Joe Satriani qui avoue s'inspirer de sa musique, ou Mike Portnoy qui souligne que sans l'influence de Holdsworth, Eddie Van Halen ne serait pas devenu le guitariste qu'il est aujourd'hui ou encore John Petrucci qui évoque aussi bien l'impact qu'il a eu sur son jeu que le côté avant-gardiste d'Allan Holdsworth.

Lui qui avouait dans les colonnes de Guitare Live être devenu guitariste professionnel presque par hasard a développé une approche originale de la guitare, d'abord aux côtés de son père qui transposait les constructions d'accords du piano à la guitare et surtout ensuite par sa passion pour le saxophone dont il cherchera souvent à imiter le phrasé. C'est ainsi qu'Allan Holdsworth est reconnu pour son utilisation du legato, reliant les notes en limitant le nombre de coups de médiators et en favorisant les "hammer" et "pull-off" (frappés et tirés en français) lui permettant d'atteindre une grande vitesse de jeu. L'autre moyen qu'il trouve ensuite d'émuler le son du saxophone c'est avec la SynthAxe un instrument de type controller sorti avant l'apparition du langage MIDI et qui associe un long manche de guitare associant un second jeu de cordes sur le corps ainsi que des touches de clavier et une barre whammy permettant de nombreuses sonorités et modes d'expression différents. Allan Holdsworth l'utilisera à la fois sur scène ainsi que sur ses albumes Atavachron, Sand et Flat Tire.

Enfin et toujours dans l'interview qu'il nous consacrait sur Guitare Live, lui qui se refusait à être un professeur de guitare nous prodiguait tout de même un précieux conseil : "le langage de la musique est celui que vous entendez, pas celui qui est sur un page" une invitation à s'écouter les uns les autres et à expérimenter ensemble.

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

COMMENTER l'ARTICLE

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement

 

Articles similaires :

Le 01 Avril 2005
Le 18 Janvier 2005