Test de la pédale fuzz Octahive de Beetronics

Richard Chuat - Le 08 Février 2019 - Note Guitariste.com : (4,5/5)
Bienvenue dans le monde de Beetronics pour le test d'une pédale de fuzz : la Octahive. Beetronics est une marque d'effets made in U.S.A, qui réalise ses modèles à la main en prenant soin de chaque détail et chaque finition. Le nombre de pédales proposées à leur catalogue n'est pas encore énorme par rapport à d'autres marques, mais on sent que chaque modèle est bien pensé et bien travaillé. On trouve plusieurs modèles de fuzz, et pour l'instant nous allons voir de plus près la Octahive, ses caractéristiques et ce qu'on peut en tirer.

Présentation

La OH (pour Octahive) ne rentre pas vraiment dans la catégorie des mini pédales. Sa taille est imposante et on sent à la prise en main que l'objet n'est pas en plastique et que si elle tombe elle marchera encore sans soucis. Le look est à la fois vintage dans le style des potards ou de la LED témoin mais avec un côté moderne, indus dans les couleurs. J'aime beaucoup ce type d'objet, c'est recherché, travaillé, ça me plaît bien et ça attire ma curiosité. 

Niveau réglages, on voit tout de suite que ça ne va pas être très compliqué. On a donc 3 potards, le Pré (qui définit le niveau d'entrée), Honey (qui est un réglage de gain) et Vol (qui est le volume de sortie de la pédale). On a également un mini switch manuel sur le côté qui va nous permettre de choisir entre 2 configurations possibles : soit en mode fuzz classique, soit un mode fuzz+octaver. L'octave qui se rajoute dans le 2ème choix est l'octave supérieure. Pour finir, on a bien sûr un switch au pied pour pouvoir enclencher ou non la pédale. Celle-ci sera alimentée par transfo 9V exclusivement. Dernier détails : quand on est en mode fuzz, seule la lumière témoin est bleue et quand on change de mode via le mini switch la lumière témoin passe au rouge, ce qui signifie qu'on est en mode fuzz+octave.

Le son

Branchée en direct dans ma tête Brunetti, voyons les possibilités qu'on a sous les pieds. 

Testons d'abord le mode fuzz seul, lumière bleue activée. Si le potard de Pré est réglé sur 0, vous n'aurez aucun son vu que ça gère le niveau du signal d'entrée. Un minimum est donc requis. En montant un peu le niveau du Pré, et avec le gain (Honey) à 0, on a déjà un son crunchy fuzzy des plus sympa. Sur les cordes graves, on a l'impression que la guitare "parle du nez",( comme si elle était enrhumée vous voyez ce que je veux dire ?...) quand on joue les notes d'une pentatonique par exemple. L'effet est moindre sur les 2 petites cordes. Quand on tient un peu les notes, on a l'impression d'avoir un léger effet tremolo en plus. Sur des power chords, ça commence déjà à gentiment baver. L'effet est intéressant sur ce réglage-là, avec Honey à 0 donc, aussi avec des accords majeurs et mineurs de haut de manche. Pour faire des arrangements au niveau son, soutenir une autre guitare par exemple, ça peut être top. 

En poussant le Pré à fond maintenant, on envoie déjà beaucoup plus de sauce. Le son est encore plus épais et baveux mais garde sa texture de base. Le sustain est bon. Concernant le réglage du gain, le niveau monte très doucement sur les 2 premiers tiers je dirais et on monte d'un coup sur la fin. Les power chords tiennent vraiment longtemps. Si maintenant j'exagère et qu’ en plus du gain je mets le Pré à fond, là c'est vraiment l'abus, le son est difficile à contrôler, c'est vraiment "gras". Il ne faut pas chercher la précision virtuose dans les plans de guitare shred, ce n'est pas fait pour. Par contre je trouve ça très intéressant car ça donne un son qu'on aurait difficilement juste avec des effets plus classiques. 

J'enclenche maintenant la fonction "octaver" avec le mini switch. Au passage, je ne trouve pas très pratique de ne pas pouvoir contrôler cette fonction au pied. Se baisser sur scène pour appuyer à la main sur un mini switch est toujours une opération délicate dans la pénombre d'une salle. J'ai l'impression de perdre un tout petit peu de niveau par rapport au mode fuzz. L'effet d'octave ressortira bien et de manière intéressante si le niveau du Pré n'est pas trop haut et le gain à la moitié par exemple. Au delà de la case 12, l'effet est à son top. Vous pouvez jouer avec la tonalité de votre guitare en la coupant un peu pour faire ressortir l'effet, et jouer micro manche par exemple. Avec les réglages poussés dans les extrêmes, le son est vraiment dégoulinant, le sustain est encore plus poussé, et les larsens sont faciles à faire chanter avec un peu de volume, ça c'est hyper agréable. Le son semble décrocher, ne pas suivre les notes si on joue trop vite, mais c'est juste l'effet qui est comme ça. L'effet d'octave est plus dur à entendre avec le Pré et le gain à fond. Le son des power chords est juste incroyable par contre, on dirait que la guitare est doublée par une espèce de synthé, c'est très épais.

Conclusion

Très belle découverte pour moi que cette Octahive, en creusant un peu le peu de réglage on se rend compte que la pédale réagit de plein de manières différentes. C'est surprenant. Ce n'est pas le type de son que je recherche habituellement mais ça donne des idées de compositions pour du rock ou du stoner. La pédale réagit bien et je trouve même les plans shred habituels assez rigolos comme ça. Petit bémol pour le changement de mode qu'on doit contrôler à la main, sinon c'est très réussi.

Prix constaté : 265 euros

Les plus

 - La qualité des finitions
 - L'octaver réuni au sein d'une fuzz
 - Les possibilités sonores

Les moins

 - Le changement de mode qu'on ne contrôle pas au pied

COMMENTER l'ARTICLE

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement

 

PRODUITS DE L'ESPACE ACHAT

Beetronics Octahive
Beetronics Octahive