Article du Guardian ,pourquoi les groupes disparaissent.

Aller à la page: 2
Auteur Message
hobby1
Special Cool utilisateur

Inscrit le: 05 Nov 20
Localisation: -

Répétition du dernier message de la page précédente :
ba je pensais aussi que les modes change avec le temps ,

avant tout ce qui venait des US et de GB était La référence .. dans les année 60 aucun groupe français ne tenait la route ..enfin pour moi ..en face de led ZEP y avait DAlida , Mireille Mathieu, charles aznavour ..et éventuellement notre jojo national ..

depuis on s'aperçoit qu'on a largement aussi bien en France ..ou en Europe.. avec des sensibilité qui nous ressemble .. (ex : gojira meme si c est en Anglais) et d autre Groupe francophone tel que Noir désir, Téléphone .. etc ..j en oublie lais la je part .. franchement c'est aussi cool que muse et compagnie .

bref pour moi tout ce qui vient des US et GB cest plus une référence d'ou moins d'impact a l'étranger..

a l'inverse ..C'est comme le pinard français ..certains pays font aussi bien mais different et ca plait ..
Haut
Alerter un moderateur
ML3-ProFan
Special Ultra utilisateur


Inscrit le: 24 Apr 20
Localisation: Ile de France

Salut,

Oui intéressant ce qui se dit , ça m'a titillé,

1- Clair que souvent le chant a souvent eu le besoin de partir d'un groupe, carrière solo qui ne favorise pas le partage et/ou envie de composer autre chose => Billy Gibbons, Gaëtan Roussel, etc.. ... et d'autres cumulent les 2, reviennent, repartent,

2- Groupe, Individualisme, faut trouver le temps et le lieu pour répéter pour pas chère et pas se taper 1h de bouchons pour rejoindre les autres, faut trouver des gens qui tripent la même musique pas à 50kms les uns des autres.

3- Individualisme = manque de créativité à la longue ? la synergie de groupe pour composer , c'est quand même mieux
Les RHCP qui rappellent Frusciante par exemple, faut savoir composer à la gratte, suffit pas de très bien jouer, copier, composer...

Quand je regarde dans le métal, les nouveaux groupes x50, pas l'impression que ce style soit impacté.
Tout ce qui est machine, home studio, peut être.

_________________
Chapman Ml3 Triton/EVH Wolfgang/Gibson Les Paul/Squier Strat' /Yamaha THR10 II/DSL20/MX212AR
Haut
Alerter un moderateur
Slyonline2
Custom Total utilisateur


Inscrit le: 01 Nov 19
Localisation: Pepperland

Doc Loco a écrit :
il est loin le temps ou le public s’intéressait à chaque zicos, et où chacun dans le groupe avait ses fans.


Oui, peut être c'est lié à l’évolution de la musique elle même ?
Là où on s'extasiait auparavant devant le chanteur charismatique mais aussi sur le guitariste virtuose, le bassiste qui groove bien et même éventuellement sur le batteur (bon... moins souvent quand même, par définition, mis a part Eagles où d'autres, ils sont toujours en arrière plan ); maintenant pour de la musique avec beaucoup d'électronique où un DJ set, il n'y a rien à voir.
Et puis l'alchimie à l'intérieur d'un groupe, on s'en fout de plus en plus et c'est pas nouveau.

Les machines, les boucles seules, ne donnent rien à voir concrètement et ne font pas le show.

Il y a peut être aussi une tendance au minimalisme sur l’exécution musicale...
Un groupe comme AIR, par exemple, qui sont d'excellents musiciens, aurait pu fonctionner a 4-5 sur scène tranquillou plutôt qu'à 2, mais des boucles, des échantillonnages, des samples font l'affaire malgré tout.

Sinon, je trouve aussi le concert de Kanye West seul sur une scène énorme d'une tristesse...

_________________
Être plutôt que paraître, brouter plutôt que paître...
Haut
Alerter un moderateur
glas.wegian
Inscrit le: 18 Apr 21
Localisation: -

Slyonline2 a écrit :
Oui, peut être c'est lié à l’évolution de la musique elle même ?


Une interview du groupe Liars au moment de l'album WIXIW m'avait marqué à l'époque.
Ils disaient en substance:

La musique électronique est le nouveau punk, dans la démarche, car si tu as 20 ans à l'heure actuelle tu n'as pas d'argent pour t'acheter une guitare/basse et surtout une batterie, et de payer un local de répète en ville pour répèter souvent.

Alors que chacun a un PC et est capable de se payer une licence étudiant Ableton Live, et/ou de s'en trouver une version crackée pour se lancer, être créatif, développer un univers sonore.


C'est schématique mais je pense qu'il y a du vrai là-dedans. En ce qui concerne le Royaume-Uni, les derniers concerts que j'y ai vu avant Covid, toutes les premières parties (sans exceptions) étaient un type avec un micro sur scène, et ses backing tracks lancées par l'ingé son de la salle.

J'ai aussi l'impression (en tout cas dans ma petite expérience locale de musicien) que chaque musicien (dans les annonces ou les discussions que j'ai eu en formant différents groupes) est un peu plus intransigeant qu'avant sur beaucoup de points.

Avoir un groupe c'est top justement à cause de l'humain, et j'ai l'impression que beaucoup de gens de nos jours veulent avoir un groupe sans avoir à le faire fonctionner notamment au niveau des relations humaines.

Mes 2 cents.
Haut
Alerter un moderateur
hobby1
Special Cool utilisateur

Inscrit le: 05 Nov 20
Localisation: -

oui là .. je me reconnais a 100% dans ma jeunesse , la 20 eme .. la samedi ap midi répète , j'arrivait a 14h00 et attendais certains en train de manger et boire ..finalement a 17h00 ils jouaient bourré.. toujours leur idées jamais les miennes .. bon c'était les leader Dun pseudo groupe de hard rock un peu connu, ca jouant les stars .. j avais pas mot a dire .

je n'ai plus jamais voulu rejouer en groupe ..



sinon
apres il y a peut etre le fait que la musique ne reporte moins d'argent . ?

. la Chiffre d 'affaire en groupe ...s il est divisé en 5 .. seul les solistes sont plus viable économiquement parlant ..?
Haut
Alerter un moderateur
ML3-ProFan
Special Ultra utilisateur


Inscrit le: 24 Apr 20
Localisation: Ile de France

Une autre donnée, c'est le piratage, on veut tout gratos, zic, films, photos, rien payer.

Avant, les ventes d'albums, ça pouvait déjà être le jack pot, on savait déjà dans quel salle on pouvait jouer.
Maintenant, y'a Youtube pour se faire connaître, le bouche à oreille, mais c'est plus dur d'exister, y'a du monde - rien que tous ces groupes présentés dans Guitar Part tous les mois.

quand on voit Obispo créer son site All Access et se barrer de Deezer qui lui file 200€/an de royalties (je connais pas le prix mais c'est pas énorme, je pense)

HS : ça me rappelle un mec ,sur un forum photo à qui un journal régional lui avait piquer une photo pour publication sans son accord - il a raison sur ce fait. Le mec râle sur le Forum pour propriété industrielle, créative mais ça ne le dérangeait pas d'avoir Photoshop, Lightroom et plein d'autres choses gratos. Il a le droit de piquer mais pas l'inverse.

Et les musiciens doivent tourner désormais pour en vivre, d'ou les places à 50-100€, qui ont augmentées.

Et l'adage, Musicien/crève la faim fait réflechir, soit c'est coup de bol avec un Hit soit on galère 5-10ans pour se faire un nom et faut remplir la marmite, les tournées, les patrons de bar qui souhaitent payer en bière ou en misère, ... compliqué tout ça.

J'ai aussi un jeune ex collègue bassiste qui avait peur de cette vie de saltimbanque, à faire la fête tous les soirs , jouer, boire, fumer, yala !!! et y laisser la santé. Lemmy est unique !
il préfère bosser et garder la zic pour des extras.

_________________
Chapman Ml3 Triton/EVH Wolfgang/Gibson Les Paul/Squier Strat' /Yamaha THR10 II/DSL20/MX212AR
Haut
Alerter un moderateur
hobby1
Special Cool utilisateur

Inscrit le: 05 Nov 20
Localisation: -

je dirai pareil pour les musiciens vis a. vis des studios . . des crevard ...
dépasser 30 € de l'heure .. les gars ils font la tronche .. une coiffeuse c'est 20€ les 15 minutes avec comme outils un ciseau.. et cela choque personne .
mode provoc
Haut
Alerter un moderateur
wire
Custom Total utilisateur

Inscrit le: 30 Jan 04
Localisation: Paris (75, France)

glas.wegian a écrit :
Slyonline2 a écrit :
Oui, peut être c'est lié à l’évolution de la musique elle même ?


Une interview du groupe Liars au moment de l'album WIXIW m'avait marqué à l'époque.
Ils disaient en substance:

La musique électronique est le nouveau punk, dans la démarche, car si tu as 20 ans à l'heure actuelle tu n'as pas d'argent pour t'acheter une guitare/basse et surtout une batterie, et de payer un local de répète en ville pour répèter souvent.

Alors que chacun a un PC et est capable de se payer une licence étudiant Ableton Live, et/ou de s'en trouver une version crackée pour se lancer, être créatif, développer un univers sonore.



Ah oui je l'avais lu cette interview. C'est vrai qu'on y pense pas forcement mais une guitare électrique + un ampli + des pédales et bien pour un gamin c'est un budget + trouver le local...Dans le rap il y a cette dimension très do it yourself/pas de moyen...Un rappeur et un dj ca suffit.
Haut
Alerter un moderateur
midnighter
Special Ultra utilisateur

Inscrit le: 20 Oct 20
Localisation: -

Lao Tseu a écrit :
Ça me rappelle l'article du Financial Times sur la "mort lente" de la guitare électrique, principalement basé sur la faillite de Gibson à l'époque (qui n'était d'ailleurs pas du fait des ventes de guitares de la marque).


Exactement. Alors que 2020 marque des records historiques pour Fender et Gibson, la guitare ne s'est jamais aussi bien portée qu'aujourd'hui.

Si il fallait encore une preuve que les médias sont des poubelles...
Haut
Alerter un moderateur
Slyonline2
Custom Total utilisateur


Inscrit le: 01 Nov 19
Localisation: Pepperland

ML3-ProFan a écrit :
Une autre donnée, c'est le piratage, on veut tout gratos, zic, films, photos, rien payer.

Avant, les ventes d'albums, ça pouvait déjà être le jack pot, on savait déjà dans quel salle on pouvait jouer.
Maintenant, y'a Youtube pour se faire connaître, le bouche à oreille, mais c'est plus dur d'exister, y'a du monde - rien que tous ces groupes présentés dans Guitar Part tous les mois.


Oui ça aide pas non plus.

glas.wegian a écrit :
Slyonline2 a écrit :
Oui, peut être c'est lié à l’évolution de la musique elle même ?


...La musique électronique est le nouveau punk, dans la démarche...

...Avoir un groupe c'est top justement à cause de l'humain, et j'ai l'impression que beaucoup de gens de nos jours veulent avoir un groupe sans avoir à le faire fonctionner notamment au niveau des relations humaines.


Y'a de ça en effet, paradoxalement, faire de la musique n'a jamais été autant accessible a tout un chacun, mais les relations humaines..., c'est compliqué

J'ai eu des petites expériences de groupe, c'était chaud, trouver des dispos communes, trimballer la batterie, les amplis... démarcher des concerts où des lieux de répéts, sans même parler d'avoir toujours les mêmes aspirations musicales, et puis quand il y a une histoire de nana qui vient la dessus, dur de composer (sans jeu de mot).

Bref, c'est tout un contexte qui est plus trop favorable a monter un groupe.

_________________
Être plutôt que paraître, brouter plutôt que paître...
Haut
Alerter un moderateur
glas.wegian
Inscrit le: 18 Apr 21
Localisation: -

midnighter a écrit :
Lao Tseu a écrit :
Ça me rappelle l'article du Financial Times sur la "mort lente" de la guitare électrique, principalement basé sur la faillite de Gibson à l'époque (qui n'était d'ailleurs pas du fait des ventes de guitares de la marque).


Exactement. Alors que 2020 marque des records historiques pour Fender et Gibson, la guitare ne s'est jamais aussi bien portée qu'aujourd'hui.

Si il fallait encore une preuve que les médias sont des poubelles...


Je n'y vois pas forcément une contradiction.

Il me semble que Gibson en particulier, vise clairement le "Blues Lawyer".

En d'autres termes, ils veulent vendre des grattes à 3k€ à des personnes qui ont énormément de moyens, et qui se font plaisir en s'achetant du matos très cher pour faire des reprises de leurs groupes favoris de leur jeunesse dans leur salon.

C'est plus rentable pour eux que de développer des modèles potables à des tarifs compétitifs pour des jeunes qui veulent faire de la scène.

Je schématise mais cette tendance explique en gros pourquoi les ventes de guitares peuvent bien se porter, et le nombre de groupes décroître (même si ce dernier point reste à prouver à mon avis).
Haut
Alerter un moderateur
Lao Tseu
Custom Supra utilisateur

Inscrit le: 27 Apr 11
Localisation: France

Slyonline2 a écrit :


Y'a de ça en effet, paradoxalement, faire de la musique n'a jamais été autant accessible a tout un chacun, mais les relations humaines..., c'est compliqué

J'ai eu des petites expériences de groupe, c'était chaud, trouver des dispos communes, trimballer la batterie, les amplis... démarcher des concerts où des lieux de répéts, sans même parler d'avoir toujours les mêmes aspirations musicales, et puis quand il y a une histoire de nana qui vient la dessus, dur de composer (sans jeu de mot).

Bref, c'est tout un contexte qui est plus trop favorable a monter un groupe.


Ce qui tu dis est très vrai, mais je suis pas sur que ce soit différent d'avant pour le coup. Probablement que les questions d'ego et de caractère finissent par lasser avec le temps et l'âge, ce que je comprends très bien.

Mais chez les plus jeunes, dans les styles rock/Métal que je côtoie (et ne me considérant pas encore comme vieux ), y'a quand même pas mal de monde qui ont envie de jouer en groupe. Après, les questions de budget et de logistique, comme déjà évoqué, compliquent les choses c'est sur, mais est-ce vraiment si différent d'avant là aussi ? Je ne sais pas pour le coup.

_________________
Rien ne sert de serrer les fesses après avoir pété
Haut
Alerter un moderateur
wire
Custom Total utilisateur

Inscrit le: 30 Jan 04
Localisation: Paris (75, France)

Tiens un article aussi dans le monde, je copie juste un extrait car je suis abonné.
https://www.lemonde.fr/m-styles/ar(...).html

"
Une tendance qui s’explique par la prédominance actuelle des musiques urbaines, où rappeurs ou beatmakers ont une image de francs-tireurs ­solitaires. Mais aussi par une tradition hexagonale issue de la chanson, qui est une affaire d’individu..."
"
"C’est ainsi que tout a commencé pour Feu ! Chatterton, qui a alterné studios de répétitions et caves pleines de champignons. Si le groupe évoque cette époque avec le sourire, il sait combien la location d’un local (dont les tarifs tournent autour de 15 euros de l’heure) représente un investissement pour une bourse de lycéen ou d’étudiant. Avec le home studio, on peut désormais s’en passer aisément."

« On s’est réunis parce que nous n’avions pas d’ordinateurs, se souvient Sébastien Wolf, le guitariste. Mais peut-être qu’aujourd’hui, un musicien aux mêmes influences, ayant accès à des techniques d’enregistrement très simples, qui permettent de faire plein de choses, n’aura pas l’idée de monter un groupe. » Le quintette évoque Tame Impala, l’une des dernières formations rock au succès international, menée par l’Australien Kevin Parker. « Au début, il l’a présentée comme un groupe de rock psyché, se souvient Arthur Teboul, le chanteur de Feu ! Chatterton. Aujourd’hui, il revendique de tout faire seul, de la composition à l’enregistrement de tous les instruments. »

L’artiste solo : une aubaine pour une industrie en crise, qui n’a pas à rémunérer plusieurs individus pour un même projet et réserver autant de chambres d’hôtel en tournée. A ses débuts, on a proposé à Feu ! Chatterton de monter sur scène sans basse ni batterie. La formation a suggéré un compromis : une tournée des bars au complet, plutôt que des concerts en effectif réduit. Un vrai défi.

« Ce que rapportent des places vendues dans des bars n’est pas rentable pour un tourneur, précise Arthur Teboul. C’est plutôt un investissement à long terme, dont il verra les retombées deux ou trois ans après, si le groupe a du succès. » Pari réussi : entre le zinc et les pintes de bière, la fougue de Feu ! Chatterton a séduit. Quelques années plus tard, le groupe joue au Bataclan ou à l’Olympia, à guichets fermés."

"Règles du marketing
Pour qu’un collectif marche, il faut également le vendre. Là aussi, une formation à plusieurs se prête moins aux règles du marketing et de la communication désormais dictées par les plateformes de streaming et les réseaux sociaux. Difficile, en effet, de faire tenir quatre ou cinq visages dans une photo de profil. Ou de fédérer un public qui, aux dires de Charles de Boisseguin, s’identifie aujourd’hui davantage à des « icônes » qui partagent leurs états d’âme dans des ­stories sur Instagram."
Haut
Alerter un moderateur
Lao Tseu
Custom Supra utilisateur

Inscrit le: 27 Apr 11
Localisation: France

wire a écrit :


"Règles du marketing
Pour qu’un collectif marche, il faut également le vendre. Là aussi, une formation à plusieurs se prête moins aux règles du marketing et de la communication désormais dictées par les plateformes de streaming et les réseaux sociaux. Difficile, en effet, de faire tenir quatre ou cinq visages dans une photo de profil. Ou de fédérer un public qui, aux dires de Charles de Boisseguin, s’identifie aujourd’hui davantage à des « icônes » qui partagent leurs états d’âme dans des ­stories sur Instagram."


Désolé j'ai un peu vomis, mais promis je nettoie!

_________________
Rien ne sert de serrer les fesses après avoir pété
Haut
Alerter un moderateur
lastaly
Modérateur


Inscrit le: 09 Jan 04
Localisation: Suisse / France

Monde de merde

_________________
C'est d'la merde !!
Haut
Alerter un moderateur
glas.wegian
Inscrit le: 18 Apr 21
Localisation: -

Par ailleurs, et peut-être que d'autres l'ont observé mieux que moi, j'ai noté une tendance ces derniers temps sur les forums US à ce qu'une part croissante des guitaristes soient dans le "P&W" (Praise & Worship).

J'ai eu plusieurs discussions avec des Américains notamment au sujet des tarifs que l'on peut espérer en tant que guitaristes, selon les endroits et les formats.

La conclusion était la suivante, aux USA en tant que groupe de rock indépendant qui joue des compos, on peut espérer se partager entre 40 et 150€ pour tout le groupe dans la plupart des états.

Une conséquence de cela c'est que ce n'est plus un débouché possible pour les (nombreux) guitaristes qui aspirent au professionnalisme là-bas.

Et donc, beaucoup de musiciens qui souhaitent être professionnels trouvent un salaire confortable et des revenus stables dans l'orchestre d'une Eglise (et oui, d'où le fameux P&W). Les salaires discutés avaient l'air très corrects, pour un concert par semaine et des répétitions régulières avec un chef d'orchestre.

Et bref, on en pense ce qu'on en veut, ça m'a tout de même mis en choc de me dire qu'aux Etats-Unis: le pays de l'entertainment, la meilleure piste pour un guitariste à notre époque c'est de jouer de la musique de messe (alors certes les messes en question sont spectaculaires, on peut d'ailleurs voir des vidéos sur le Tube).

Même des mecs comme Rhett Shull parlent de leur expérience de guitariste pro dans leur Eglise locale.

Et bref je pense que ça contribue aussi aux Etats Unis, au fait qu'il y a peut-petre moins de groupes qui se lancent sur la route, la réalité c'est que même chez eux, c'est devenu compliqué de gagner sa vie comme ça.
Haut
Alerter un moderateur
Page 2 sur 3 Article du Guardian ,pourquoi les groupes disparaissent. › début du sujet
Aller à la page: 2