Concevoir et assembler son pedalboard ou son rack - Episode 3 - L'alimentation

Alexandre Criado - Le 11 Septembre 2018
Concevoir et assembler son pedalboard ou son rack - Episode 3 - L'alimentation
"Johnny" Duschnol a maintenant devant lui un splendide pedalboard où trônent fièrement une Wah boutique, un overdrive dont les transistors ont été déterrés dans le sarcophage du dieu Toutenscreamer, une splendide "Luke I am your phaser" de chez Black Star (elle est bien trouvée heiiiin), un Buffer parce qu'il a pas tout compris mais on a dit qu'il fallait, et en plus de quelques autres bricoles, deux magnifiques Reverb et Delay Fear-Factor programmables. Impatient, il switche la multiprise supportant le vaillant petit transfo alimentant la guirlande courant sur toutes ces pédales. Et là, ce fut le drame : alors que la wah partit immédiatement en larsen, rebouclant le bruit secteur atroce des pédales de gain, les Fear-Factor clignotèrent comme des guirlandes de Noël sans sortir aucun son. Alors que la petite One-Spot s'ouvrait lentement dans un hurlement et que jaillissaient les flammes de l'enfer, un rugissant tricératops, outré par l'insulte à ses oreilles de ces déchirants cris électroniques, se fraya un chemin au travers des murs du séjour de notre malheureux guitariste, déchaînant sa destructrice colère sur le frêle pedalboard.

... Et Johnny se réveilla, en sueur et haletant.

Ce n'était qu'un cauchemar bien entendu et comme tout cauchemar il était un peu exagéré (les tricératops adorent les larsen, en fait.). Toutefois ce système que nous avons mis en place, il va falloir l'alimenter, et l'alimenter proprement.
Note préalable z'encore : ces articles sont un partage d'expériences, notamment professionnelles, mais ne sont pas à prendre comme parole d'évangile. Nul ne détient la vérité absolue, et certainement pas moi, surtout que dans la musique, les parts de subjectivité sont fortes.

1- Combattre le biais cognitif

Je vais commencer, avant la démonstration technique, par me montrer un peu péremptoire et moralisateur à propos d'une phrase beaucoup trop entendue pour défendre les alimentations cheap et l'usage généreux des guirlandes et autres multiprises :
"J'ai toujours utilisé ça et je n'ai jamais eu de problèmes alors c'est que c'est bien et suffisant !"
Non, stop. NON. Il y a aussi des gens qui conduisent comme des pieds et qui n'ont pas d'accident. Des gens qui bouffent macdo sans grossir. L'expérience personnelle n'est PAS un argument, et je suis désolé de te le dire copain, mais un jour ou l'autre, peut-être demain, peut-être dans dix ans, ton bidule qui n'a jamais eu de problèmes va en créer quinze d'un coup, parce que tu auras fait le recâblage de trop ou que le circuit électrique de la salle sera juste un tout petit peu trop limite.

Ce n'est pas pour rien que 100% des pros claquent de la thune dans de l'alimentation sérieuse. Et je dis bien 100%...

Prendre une bonne alim !

2- Les caractéristiques d'alimentation

La première chose à faire est bien évidemment de regarder à l'arrière de ton matos, pour voir de quelle manière il doit être alimenté. On trouve une quantité d'informations :

Caractéristiques d'alim

Tout est là !

1. La tension. C'est le premier élément, et sauf dans le cas particulier qu'on verra en (2), il doit être impérativement respecté. 220v, 110v, 15v, 9v….  Trop élevée, le risque est de griller purement et simplement le matos. Pas assez, ça marchera mal voire pas du tout.

2. L'alimentation alternative ou continue. Figurée par le sigle AC (Alternative Current) ou DC (Direct Current) doit être impérativement respectée pour les matériels en DC. Pour certains matériels en AC, le redressement et la régulation se faisant de manière interne, on peut les attaquer avec un courant DC légèrement supérieur à la consigne AC. Dans 99% des cas, on parle d'un matériel en 9VAC qu'on attaquera avec du 12VDC. Il n'est pas à 100% garanti que ça marche mais il n'y a peu ou pas de risque de cramer quelque chose grâce au redressement/régulation internes à l'appareil. Je préconise quand même que cela soit une solution "de secours" au cas où vous n'avez pas de AC à disposition.

3. La polarité. Bien entendu ne concerne que les appareils DC, la polarité d'un courant AC changeant donc 50 fois par seconde :P .  Figurée par le petit sigle en cercles concentriques avec un + et un -, elle indique si la masse se trouve au centre ou à l'extérieur du connecteur. Sur la plupart des pédales, il est à l'intérieur (le fameux" center negative") mais cela peut différer. Il faut donc y être attentif car en cas d'inversion de polarité, au mieux ça ne marchera pas, mais certaines pédales mal protégées peuvent souffrir…

4. La consommation en courant. Il s'agit de la valeur notée en mA sur le matériel (voire en A sur certains). Il s'agit de ce dont il a besoin pour fonctionner et c'est une valeur "minimum", c'est-à-dire que la valeur notée sur l'alimentation doit être supérieure ou égale à celle-ci. On notera souvent en ouvrant la notice de l'appareil (oui, il y en a qui le font !) que la consommation nominale est inférieure à celle demandée pour l'alimentation. La raison est tout simplement, d'une part pour accorder une marge d'erreur et d'autre part parce que certains appareils, notamment numériques, font des pics de consommation, notamment à la mise en route. Il m'est déjà arrivé de voir des TC Nova ou des Strymon démarrer une fois sur deux pour cause d'alim trop juste. Par contre, la valeur en courant de votre alimentation étant un maximum délivrable, il s'agit d'une valeur qui n'est pas critique car ne pouvant pas endommager votre matériel.

3- Les différents types d'alimentation

On pourrait passer à peu près 50 pages sur la théorie des alimentations mais ce serait peu constructif. Nous nous contenterons d'expliquer succinctement le pourquoi du comment et les avantages et inconvénients. Pour le reste, je t'invite à consulter les nombreuses pages de vulgarisation existant sur le net ;)

Je passerai rapidement sur les alimentations de Type AC qui ne sont rien d'autre qu'un transformateur dans une boite pour attaquer directement le vif du sujet avec les alimentations DC.

1. Les alimentations linéaires. Il s'agit de la technologie la plus ancienne et "traditionnelle". Le courant passe par un transformateur qui convertit le 220vAC en (par exemple) 12VAC, qui sera ensuite redressé par un pont de diodes et filtré/lissé par un ensemble de filtres capacitifs, voire éventuellement un régulateur de tension.

2. Les alimentations à découpage remplacent le transformateur à bobinage par des semi-conducteurs en commutation. Pour faire simple, un transistor coupe puis réactive le signal à haute fréquence (plus de 20 Khz) afin de faire baisser la valeur moyenne du signal qui sera ensuite filtré et régulé. L'avantage des alimentations à découpage est leur compacité, leur légèreté et leur rendement très élevé, une One Spot délivrant jusqu'à 1700 mA en faisant la moitié de la taille et du poids d'une Electro-Harmonix traditionnelle de moins de 500mA.

Alimentations

A ma gauche, 200 mA, lourde, et qui chauffe, à ma droite, petite, légère 1700 mA.

4- Alors, c'est quoi les problèmes ?

Là tu regardes les chiffres et tu te dis "bon sang quand même il abuse, il nous dit que l'alim à découpage est petite, efficace, légère et qu'elle a assez de réserve pour alimenter deux Strymon et sept pédales Boss, alors pourquoi je n'utiliserais pas ça, avec une guirlande et basta ? "
J'y viens, copain.

Première chose déjà : linéaire ou à découpage, je voudrais que tu réserves la guirlande au plus petit des usages. Entre 3 et 5 pédales, et qui sont toutes câblées en direct et en série. Si tu as 10 machines sur ton board et 3 câbles qui partent vers ton ampli pour mettre les modulations dans la boucle d'effets, c'est NON.

As-tu déjà entendu parler d'un phénomène qui s'appelle la boucle de masse ? Pour faire simple : ton signal audio est une tension entre la masse et le point chaud. Ton alim est une tension entre le + et la masse. Entre la masse "alim" de ta première et de ta dernière pédale sur la guirlande, il y a, disons 1m. Entre la masse "audio" de ta première et de ta dernière pédale, il peut y avoir jusqu'à 20 mètres si tu fais un câblage en boucle d'effets. Résultat, avec la résistance des câbles, sur le dernier élément de ta chaîne il y aura une différence de potentiel qui résultera en un joli petit buzz, CFQD.

Seconde chose : la conception même des alimentations à découpage fait qu'elles sont potentiellement plus fragiles que les alimentations traditionnelles à transformateur. Elles sont constituées d'une grande quantité de petits composants fragiles, exposés à des hautes tensions, sans transformateur pour encaisser des éventuels pics de tension. Alors évidemment tu vas me dire que dans ton ampli numérique et ton ordinateur c'est aussi de l'alim à découpage, mais tu admettras qu'elles sont un peu plus grosses et complètes, tout de même, avec des filtres en plus, des sécurités, de l'isolation galvanique...

Après j'insiste, je suis pas intégriste non plus, si tout ce qui constitue ton board est une Pigtronix ou une Eventide et un petit accordeur, ou que tu n'as que 4 micro pédales qui trônent dans ton salon tous les jours de l'année, OUI, tu peux utiliser l'alimentation fournie ou une One Spot et une guirlande, ce n'est pas un drame. Flight case Mooer for Micro Guitar

Toutes proportions gardées, oui, évidemment, prend une alim à découpage et une
guirlande pour alimenter ça dans ta chambre, je ne te regarderai pas de travers.

Enfin troisième chose qui concerne ici l'ensemble des types d'alimentation : le bruit généré et le bruit secteur. Une alimentation à découpage, autant qu'un bobinage, produisent des rayonnements électromagnétiques qui feront buzzer les pédales à proximité, voire même se transmettront par la terre. Le bruit secteur, quant à lui, ben c'est la même chose, sauf qu'il vient de tout l'environnement. Transfo électrique trop près, tableau foireux, frigo, néons, le vibromasseur de Josiane...

5- Et donc, c'est quoi les solutions ?

Alors, je vais commencer par te parler d'un boitier qu'il est vraiment potentiellement important de considérer si tu tournes un peu partout :

Solutions

On appelle ça communément un Furman, du nom de la marque qui a quasiment la totalité du marché. Pour être plus rigoureux, on dira un filtre/parasurtenseur secteur à sorties multiples. Le Furman, il va filtrer le courant secteur pour le rendre plus propre, protéger l'ensemble de ton matériel, et sur les versions non basiques, tu vas avoir un voltmètre pour vérifier que la tension secteur du lieu n'est pas excessivement haute ou basse, et ainsi tout débrancher et engueuler le promoteur avant qu'il n'y ait un drame. Sagouin de promoteur, t'appelles ça une salle ? Et encore je parle pas du catering ! Scandaleux ! hum...

Evidemment, le top reste le vaisseau amiral de la gamme Furman, la série AR, qui permet de délivrer une tension propre et régulée au volt près, quoi qu'il arrive en entrée. On voit ces machines dans les gros studios ou derrière les rigs de pros qui tournent vraiment vraiment beaucoup avec du méga matos. C'est très très cher et bon, pour faire 3 salles des fêtes dans l'année on s'en passera.

Furman

On peut évaluer ce rig de Peter Frampton à plus de 20000 balles. Là, le Furman AR se justifie !

Et enfin, pour ton gros pedalboard donc, je vais l'écrire en très gros pour que tu comprennes bien :

Tu prends une alimentation à sorties isolées et correctement fabriquée. Period. Point. C'est tout.

C'est plus cher, c'est plus gros, mais c'est un gage de fiabilité et de propreté du son, donc si tu veux faire de l'économie là-dessus, ça veut dire que je parle dans le vide depuis 3 articles et ça me rend très triste, ouin, snif, bouhou, ma vie n'a aucun sens.

Bon je ne suis pas dogmatique, donc je vais quand même t'expliquer.

Déjà, kesako ? Eh bien on dit que les sorties sont isolées sur une alimentation quand chaque sortie dispose de son propre bobinage, ce qui implique qu'elle n'est soumise ni au bruit induit qui arrive du secteur, ni aux boucles de masse. Ensuite, chaque sortie dispose du coup de son propre étage de régulation et de redressement. On multiplie les composants, mais aussi la qualité du courant produit et également la fiabilité, puisqu'un dysfonctionnement sur un des matériels (court-circuit dans une pédale par exemple) ne mettra en défaut qu'une seule des sorties. Cool, non ?

Transformateur

Le transformateur d'une alimentation à sorties isolées, avec ses neuf bobinages
secondaires délivrant 12v, et son primaire à point milieu de 120+120v

Après attention, certaines alimentations à sorties régulées rayonnent plus que d'autres. J'ai vu certaines Wah buzzer si elles étaient à moins de 20 cm d'une Voodoo Lab Pedal Power par exemple.  Autre point, toutes les alimentations de marque et en boîtier ne sont pas forcément à sorties isolées ! J'ai vu des gens surpris après avoir craqué pour une Dunlop DC Brick ou une T-Rex Fuel Tank Classic, qui ne sont en réalité que des alimentations linéaires traditionnelles avec une guirlande... interne.

Au final l'offre est de nos jours pléthorique et pour tous les budgets. Après avoir déterminé le nombre de sorties dont tu as besoin, avec tension et capacité en courant appropriés, tu peux prendre "presque" ce que tu veux, la montée en gamme ne sera la plupart du temps qu'un gain en fiabilité. (Ce qui ne veut pas dire que ta Harley Benton va forcément claquer très vite. Tu es pénible à confondre expérience personnelle et statistiques. Va au coin.) Je vais quand même te citer les Voodoo Lab Pedal Power qui sont le grand standard chez les professionnels, Cioks qui réalise également du matos de grande qualité, Burkey dont la série Flatliner est excellente, et la Carl Martin Pro Power qui est mon standard personnel de rapport qualité/prix.

Carl Martin Pro Power

Pour les très petits budgets, Fame propose pour une quarantaine d'euros la DCT200 à 10 sorties isolées (mais pas toutes régulées) qui fera le job bien mieux qu'une guirlande même si elle ne tiendra sans doute pas 150 dates par an pendant 10 ans.

Enfin, pour des besoins très spécifiques et contre pépètes sonnantes et trébuchantes, la plupart des poids lourds du rig pro comme Skrydstrup, Cornish, Custom Audio, Free The Tone pour ne citer que les plus connues, vous construiront des alimentations spécifiques à vos besoins.

OK on va s'arrêter là après un article bien bien fleuve quand même. Donc tu m'as compris copain, j'espère que tu as gardé du budget, parce qu'il va falloir mettre quelques euros encore. Le prochain coup on soufflera un peu avec un article (peut-être) un peu plus léger pour y voir un peu plus clair dans la jungle des boîtiers pour rack, des valises pedalboard, de leurs accessoires et de tout ce qui sert à fixer ton précieux matos là-dedans. Rack n' Roll !