Concours Elixir

Interview du Guitar Tech de Matthieu Chedid

La rédaction - Le 10 Septembre 2019

Le 23 mai dernier nous avons pu accéder aux coulisses de la tournée de Matthieu Chedid lors de son passage au Zénith de Lille. L'occasion pour Guitariste.com de rencontrer le régional de l'étape, Christophe Ramin, qui officie comme Guitar Tech sur cette tournée Lettre Infinie - Le Grand Petit Concert sur laquelle -M- joue seul sur scène grâce au travail de l'ombre d'une large troupe bienveillante. Vous voulez savoir comment on devient le technicien guitare d'un des plus grands artistes français ? Ça tombe bien, Christophe évoque avec nous son parcours et son rôle pour épauler Matthieu au quotidien. Nous verrons dans un second volet le matériel qu'utilise -M- sur cette tournée. Bonne lecture !

Bonjour Christophe et merci de nous accorder un peu de ton temps. Ça va ? Tu tiens le rythme de cette tournée qui a débuté en février sur une série de date au Cirque d'Hiver Bouglione ? 

C'est la course, le rush non-stop comme tu as pu le constater aujourd'hui. Là c'est le début de soirée, le public commence à rentrer. On est dans la partie minutée de la journée.

On va faire vite alors ! Quel est ton rôle en tant que Guitar Tech de Matthieu Chedid ?

En gros, je suis l'ailier du guitariste. Je m'occupe de tout le matériel guitare de Matthieu, ses amplis, ses effets et les guitares en elles-mêmes. Avant le concert, je m'assure que tout soit bien installé et opérationnel ainsi que de la maintenance. 

Et pendant le show, je suis quasi le seul intervenant visible sur scène. Je prépare les guitares 1 à 2 morceaux en avance pour lui amener au bon moment, ainsi que des accessoires comme ses lunettes, veste, des choses comme ça, des percus aussi (shaker, tambourin, etc.). Et à côté de ça je m'occupe aussi de switcher ses effets pour lui, changement de distos, delay, wahwah, whammy… pour qu'il puisse se concentrer sur son jeu, le chant et sur sa performance, surtout qu'il aime bien se balader partout dans la salle.

Donc si le public voit Matthieu seul sur scène, en fait vous êtes nombreux à l'assister.

Moi je m'occupe du pôle guitare, il y a François et Brad Ackley (le bras droit de Matthieu qui jouait de la guitare sur les précédents albums, NDLR) qui gèrent ici le pôle Ableton Live. Nicolas D'Amato qui s'occupe des retours in-ears monitors, les ingés son en façade, les ingés lumière, tous les assistants… on est une cinquantaine de personnes à travailler sur ce show pour 1 personne seule sur scène !

C'est une des particularités du spectacle. Matthieu enregistre des boucles sur un looper et ensuite il y a également des automates autour de lui.

En effet, il y a une partie du spectacle où il crée lui-même tout un univers en enregistrant des percussions sur son looper aidé par Ableton Live, avec un octaver il fait ses lignes de basse, puis la guitare pour faire tout un morceau comme ça. À d'autres moments il a 2 totems qui sont des automates qui font de la batterie, un piano électronique, des clappers, un synthétiseur… dans le concert on va le voir aussi sampler une batterie, jouer avec une basse par dessus et après, Matthieu il est très fort pour ça, il va gérer le looper, construire, monter des pistes, les démonter, faire un mix en direct.

Et donc grâce à ce processus créatif on a une prestation unique chaque soir alors ?

Sur la partie looper il y a des différences chaque soir, sur la partie automate tu as un côté toujours "free" parce que Brad peut rallonger des parties, monter démonter des pistes, construire quelque chose. C'est une véritable alchimie entre eux deux qui fait qu'on a une version unique chaque soir.

Pour en revenir à toi, comment es-tu devenu Guitar Tech ? Est-ce qu'il y a un parcours recommandé ou académique pour ça ?

Je ne pense pas qu'il y ait réellement de parcours. Il y a sûrement des écoles qui existent mais moi je n'ai pas du tout fait ça. J'ai arrêté l'école assez vite à vrai dire. Mais j'étais passionné de guitare, passionné de musique. J'ai travaillé pendant 3 ans dans un magasin où j'ai appris à connaître le matériel et je me suis investi dedans à 100%. Après il faut faire du réseau, être au bon endroit au bon moment.

Quelle a été ta première expérience en tant que technicien auprès d'un artiste ou d'un groupe ?

C'était il y a plus de 15 ans, j'ai fait ma première tournée avec Loudblast un groupe de Death Trash Metal qui m'a amené ensuite à bosser avec Dagoba. Après j'ai fait du magasin et ensuite j'ai bossé un peu avec Gojira en 2009, et après ça j'ai fait 10 ans d'opéra à différents postes : machinerie, chef accessoires, régie du chœur puis après ça régisseur pendant 4 ans d'un orchestre baroque. 

Et il y a un peu moins de 2 ans j'ai repris comme Guitar Tech et backliner pour Indochine. Je m'occupe de Boris Jardel le guitariste soliste et de Marc Elliard le bassiste du groupe sur le 13 Tour. J'ai fait aussi un passage avec Nicola Sirkis et Olivier Gérard (oLi dE SaT le guitariste rythmique, NDLR). 

Donc à ceux qui rêvent d'être Guitar Tech on peut leur dire que ça n'arrive pas en claquant des doigts. Dans ton cas c'est 15 ans de travail pour en arriver là ! Et alors, comment s'est passée la rencontre avec Matthieu ? Avait-il des critères spécifiques à remplir ?

L'un des points clés, c'est d'être guitariste pour sentir les trucs au bon moment, travailler les sons de guitare et d'effets avec lui.  Et c'est très important aussi d'être dispo pour toute la tournée. On travaille tellement ensemble sur ce show que je ne peux pas me permettre de rater la moindre date. C'est tellement précis et la liste des choses à faire est longue alors il faut que ce soit toujours la même personne.

Toi qui es aux premières loges, est-ce que tu as découvert certaines choses qu'on ne voit pas forcément dans le public ou à la télé sur le jeu de guitare de Matthieu ? Est-ce que ça a influencé ton jeu perso ?

Carrément, déjà assez rapidement je me suis acheté une Strat. J'en avais pas et ça m'a donné envie. Mais ça ne se limite pas à la guitare. Matthieu c'est un super directeur artistique qui a du métier et des tonnes d'idées autant en lumières, en vidéo, en son… il y a tellement de choses à apprendre !

Tu as profité d'être chez toi à Lille pour ramener ta nouvelle acquisition. C'était sympa de voir Matthieu la tester tout à l'heure en improvisant.

Alors oui c'est une Gibson Les Paul VOS '58 de 2019. C'était assez drôle d'ailleurs de le voir avec une Les Paul parce qu'il a plein de guitares, pleins de trucs super originaux mais pas de Les Paul. Après dans son jeu, il y a toujours des influences blues-rock et toujours un petit fond de Hendrix dans ses licks.

Tu le vois parfois jouer dans d'autres registres ou faire des reprises d'autres artistes pendant les balances par exemple ?

On a eu un moment très très classe il y a quelques jours. Matthieu est parrain de l'association Autour des Williams, c'est une forme d'autisme et ces enfants là sont très doués musicalement. Ils ont l'oreille absolue dans presque tous les cas. Il a joué avec une vingtaine d'entre eux pendant les balances, certains se sont mis à la batterie, et il a improvisé plein de trucs. Le soir ils sont montés sur scène pour danser avec lui. Quelques semaines avant ça, il avait joué en concert Lamomali avec un jeune homme aveugle d'une quinzaine d'année qui lui avait envoyé une vidéo. 

Est-ce qu'il y a d'autres évènements ou rencontres qui t'ont marquées sur cette tournée ?

J'ai découvert quand on a fait Quotidien que comme moi Matthieu aime beaucoup Jeff Buckley. J'étais en contact avec Matthieu Lucas, le collectionneur qui tient Matt's Guitar Shop à Paris et il nous a apporté plusieurs guitares dont la Telecaster sur laquelle Jeff Buckley a enregistré et tourné Grace ou encore la Stratocaster de 1963 de Jimi Hendrix que j'ai ensuite préparée pour que Matthieu la joue sur un morceau ce soir là. Un grand moment !

Au niveau des rencontres artistiques on a eu des guests de Vanessa Paradis ou de Joseph et Ana (le frère et la soeur de Matthieu) c'est des supers souvenirs. À titre perso, je connaissais déjà une dizaine de personn es de l'équipe technique avec qui j'avais déjà travaillé. Et là j'en ai rencontré plein d'autres avec qui c'est un vrai plaisir de bosser.

Tu joues dans un groupe il me semble. Ça ne doit pas être simple de concilier ça avec la tournée. 

Je suis guitariste et chanteur dans le groupe Fahrenheit 21 avec Enzo à la batterie et Vivian à la basse. On a déjà enregistré un album avec des guests de Brett Hinds le guitariste de Mastodon, et de Nick Oliveri au chant (ex Queens of the Stone Age). Il a été masterisé par Brian Gardner qui a travaillé avec les Foo Fighters, les Queens, Eminem, Dr Dre… On a fait un concert récemment mais comme je suis sur la tournée avec Matthieu et que Enzo lui joue également avec Skip The Use, on a mis ça un peu en standby. Mais le projet est de bien le sortir et bien le tourner l'année prochaine.

Il ne te reste plus qu'à demander à Matthieu de venir faire un guest sur le prochain album !

Pourquoi pas, pourquoi pas… Ça nous arrive de jouer ensemble, la dernière fois on s'est fait un petit bœuf lui à la batterie et moi à la guitare. Une autre fois on était tous les 2 à la guitare sur une promo en Belgique. Mais c'est dur de trouver le temps pendant la tournée. Les journées sont bien remplies. Alors on verra !

Ne ratez pas notre second volet consacré au matériel guitare utilisé par Matthieu Chedid sur cette tournée avec quelques surprises au programme. Un grand merci à Christophe et à toute l'équipe technique et la production pour leur accueil.

Toutes les dates de la tournée sont sur le site officiel Labo-M

Lien vers la page Facebook de Fahrenheit 21