Pédale Jonassus par GFI System

- Le 15 Février 2019 - Note Guitariste.com : (4/5)
Créée en 2010, la société indonésienne GFI System s'est rapidement fait remarquer par ses effets de délais et réverbérations (notamment l'excellent SPECULAR TEMPUS) ou son simulateur de HP CABzeus. A la suite de ces succès, GFI s'est attaquée en 2018 au marché des saturations avec la "double pédale" Jonassus Drive, qu'on espère secrètement aussi bien pensée que leurs autres créations.

Découverte

La Jonassus est livrée dans le même type de boite luxueuse qui contenait les précédentes réalisations. A l'intérieur, une page A4 recto verso présentant les divers contrôles et fonctions de la pédale et... la pédale (aucun pied/support en caoutchouc n'est fourni).

La pédale semble à première vue imposante (en ces temps de réduction de taille), sans finalement prendre trop de place sur un pedalboard. Légère, elle semble ultra solide. La Jonassus Drive est assez sobre (lettrage blanc sur fond noir), avec, accompagnant l'intitulé de chaque contrôle, un motif géométrique rappelant le nom de la pédale tel qu'il paraît sur la boite. La seule dérogation à cette apparence sérieuse est la présence d'un motif géométrique autour des footswitches, représentant une queue de baleine – en référence au mythe de Jonas (Bible, Ancien Testament) alors avalé par cet animal.

A première vue (et sans avoir parcouru le mode d'emploi), la pédale semble claire et facile d'utilisation: 

 - 2 canaux/presets (droite et gauche)
 - Cinq potentiomètres pour modeler les sonorités, ainsi qu'un bouton poussoir Clipping
 - Chaque canal/preset possède un Volume et un Gain propre, le Tone étant commun

L'activation de la pédale s'opère via l'interrupteur (true-bypass) ENGAGE et illumine la LED blanche située entre les deux footswitches. Le second interrupteur, CH/SIDE, permettra de passer d'un canal/preset à l'autre (il n'est donc pas possible de cumuler les deux), qui sera identifié par l'illumination de la LED associée. Afin d'indiquer au musicien le canal enclenché par défaut lors de l'activation de la pédale, la DEL du preset concerné est illuminée en permanence. 

Personnellement, les pédales ayant des LED perpétuellement allumées pour indiquer un état ou une fonction quelconque me perdent toujours un peu, lorsque via un rapide coup d'œil, je souhaite vérifier la situation... Peut-être qu'une taille et une lueur de LED différente selon leur utilité (On/Off et Preset) aurait été judicieux.

A noter que les potentiomètres sont plus résistants à la manipulation qu'à l'habituel et ainsi ne souffriront pas de mouvements et de déréglages  maladroits.

Se démarquer

Comme ils ont pu le démontrer avec les précédentes réalisations, les créateurs de GFI System ont une approche intéressante autour de la flexibilité du matériel et ont ainsi apporté quelques particularités à cette double pédale de drive. Ainsi, il ne faut pas l'envisager uniquement comme une pédale ayant deux canaux Low et High Gain, la Jonassus renferme effectivement ces deux "typologies" de son mais propose également de choisir l'attribution des "footswitches" et la distribution des réglages grâce au bornier situé au dos de la pédale.

Trois configurations sont proposées (via le DIP switch) : bien entendu Low/High (configuration d'usine) mais si vous souhaitez avoir sous le pied deux low gain avec volume, gain et clipping différents, c'est possible... tout comme avoir deux réglages de high gain. Cette flexibilité est permise grâce à un contrôle digital  des 3 paramètres propres à chaque preset (Volume/Gain/Clipping). 

Malheureusement, le TONE s'applique à la pédale et sera commun aux deux presets, ce qui est très dommage car nous le verrons plus tard, chaque type de "clipping" a sa propre personnalité et bénéficierait d'un réglage adapté.

Allumage

Pour rappel, à la sortie de la boite, la Jonassus Drive est paramétrée pour disposer d'un canal Low à gauche et d'un canal High à droite (configuration similaire dans la vidéo du test). Comme évoqué précédemment, chaque canal autorise un paramétrage de volume et de gain propre mais également un "clipping" ("écrêtement" en français)  qui va permettre de choisir le caractère de distorsion parmi 3 propositions : 

 - Diode / Asymétrique  (couleur bleue) – forte compression et beaucoup de mordant
 - Diode / Symétrique (couleur ambrée) -  moins de compression, plus balancé
 - LED / Symétrique (couleur violette) -  sonorité ouverte et chaude

=> pour plus de détails sur ces mots barbares, vous pouvez lire l'excellent article sur les effets de fuzz, distortion et overdrive.

A l'enclenchement de la pédale sur le canal Low avec un Tone à midi, on note que la pédale délivre déjà beaucoup de bas. Avec une guitare munie de humbuckers, le potentiomètre de gain est utile dès le début de sa course et il se passe donc des choses sur son premier quart, en partant d'un clean qui prend vite de la personnalité. 

A fond, nous sommes sur un overdrive assez appuyé. Même avec un Gain maximum, les notes sont cependant bien audibles et détachées. 

Basculant sur les sonorités High Gain, on pense rapidement à la famille Marshall Plexi, avec un signal assez épuré pour le clipping, délivrant le moins de compression. 

Pour du palm-muting ou des styles de musique plus agressifs, on préférera la position "bleue", asymétrique, ayant beaucoup plus de niaque et d'accroche,  ainsi qu'une compression non négligeable (qui impliquera d'ailleurs de rehausser drastiquement le volume du canal). Nous ne nous retrouvons cependant pas non plus sur le terrain des sonorités ultramodernes, orientées métal et autres, nous restons ici dans une certaine tradition de sonorités. Très logiquement, le clipping associé à la couleur de diode ambrée se trouve à équidistance des 2 types précédemment cités, avec une compression beaucoup plus mesurée.  

Le réglage de tonalité permet de varier plutôt subtilement la personnalité de la pédale, cependant, avec ce type d'effet, une égalisation 3 bandes aurait été le top afin de pouvoir sculpter en détails le signal selon la plateforme sur laquelle on joue. Comme évoqué précédemment, ce TONE est commun aux deux canaux/presets, pour des raisons techniques nous dit GFI, ce qui est assez dommage vu les autres atouts de la Jonassus. En effet, au-delà du fait de vouloir des sonorités plus ou moins sourdes/brillantes entre un canal Low et un canal High, il est encore plus légitime, vu la flexibilité du routing, d'espérer avoir deux réglage Low gain (ou High) similaires mais avec une tonalité différente afin de varier les saveurs. 

Conclusion

Sur un marché déjà bien occupé, GFI propose une offre intelligente, flexible et adaptable à l'utilisateur et aux situations. La Jonassus Drive propose 6 types d'overdrives et de distorsions assez polyvalentes et traditionnelles, s'adaptant à tout type de guitare et à un grand nombre de styles, tout cela dans un boitier de taille modeste. En sus, vous pourrez organiser ces sons comme vous le souhaitez, selon vos besoins et les situations, une excellente idée qui augmente l'intérêt pour cette "double pédale" proposée à 249$ sur le site du fabricant.

Les plus

 - La possibilité de choisir la manière de fonctionner de la pédale !
 - Les 3 types de clipping, pour chaque "type" de gain (soit 6 types de sonorités)
 - La sauvegarde des clipping sur chaque preset

Les moins

 - Que le Tone soit commun aux deux presets
 - Que l'égalisation soit réduite à un unique potentiomètre

Distribution: GFI System https://www.gfisystem.com

Prix : 249$

Voir aussi les autres tests de GFI System :
- Pédale GFI Specular Tempus
- Simulateur HP GFI System CabZeus
- GFI System - Specular Reverb 2

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

Lire les 5 messages sur le sujet GFI Jonassus

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement