Test du plugin de simulation d'ampli Peavey Revalver 4

- Le 08 Novembre 2019 - Note Guitariste.com : (4/5)
Salut amis cordistes ! Aujourd'hui je vous livre le premier d'une petite série de tests qui concerne un domaine parfois un peu délaissé des sons de guitare : les plug-ins de simulation d'ampli. En effet, les colonnes de ton site préféré et des autres sont bourrées d'informations sur les solutions d'émulation hardware, mais pour le guitariste qui ne quitte que peu son studio, pourquoi ne pas envisager ces solutions qui ne comprennent aucun investissement matériel, et n'ont de souci d'encombrement et de fiabilité que ceux de ton ordinateur lui-même ? Le marché des logiciels guitare a bien évolué depuis une quinzaine d'années, et les offres sont nombreuses et éclectiques, allant de solutions exhaustives au simulateur "one-shot" qui ne propose qu'un seul son, avec des logiciels gratuits là où d'autres se vendent contre plusieurs centaines d'euros...

Aujourd'hui nous allons nous attaquer à un des dinosaures : le Peavey Revalver 4.

(NDA : aucun dinosaure n'a été blessé durant ce test)

Alors pourquoi dinosaure ? Eh bien, parce que la 4e mouture du logiciel de chez Peavey a maintenant 5 ans, avec des dernières mises à jour datant de 2016. Soyons clairs, vu depuis le monde de l'informatique cela représente une éternité (j'entends des développeurs rire et faire des bruits de déambulateur derrière !). Pourtant, papy Revalver semble avoir bien traversé toutes les années car sa compatibilité reste totale, le logiciel est stable, et comme nous allons le voir, il n'a pas forcément à rougir face à des outsiders bien plus récents. 

Pistolet en kit

Bon du coup je ne vais pas vous faire le coup de la sortie de la boite, on va directement télécharger le logiciel sur le site du fabricant. La première bonne surprise est que notre logiciel fait partie de ceux qui ont un modèle économique modulaire. Je m'explique : plutôt que de proposer un ensemble de 1640564562578 effets et amplis dont chacun ne va se servir que de quelques-uns, le squelette logiciel, assorti de quelques modules basiques, est gratuit, et chacun achètera les modules qui lui conviennent, à un prix bien plus doux, après les avoir testé. Oui, comme Amplitube CS ou Two Notes WOS, merci les fayots vous avez bien révisé.

Donc on télécharge le bouzin et on l'installe. Autre point positif, le plug-in est disponible aux formats VST et AAX pour pouvoir être utilisé dans la plupart des séquenceurs audionumériques du marché, mais aussi en version standalone, c'est-à-dire qu'il peut être lancé comme un logiciel indépendant, simplement pour jouer, chez soi ou pourquoi pas en live ! Certains logiciels parfois bien plus récents et plus chers ne proposent pas cette option.

Un barillet de fonctions

La première appréciation en ouvrant le logiciel n'est pas forcément "wow" car on sent que l'interface graphique commence à avoir un peu d'âge (sans qu'on ait l'impression non plus d'être sur du Windows 95 hein, faut pas exagérer). Ergonomiquement toutefois il n'y a rien à dire, le bandeau supérieur rassemblant toutes les fonctions est clair et intuitif, avec des modules qu'il suffit de cliquer pour ouvrir sans rien à faire défiler ou sans aucun sous menu moisi qui fait fuir les aficionados du "un bouton une fonction je veux pas réfléchir pour jouer"

Pour commencer nous avons deux modules "input" et "output" qui permettront d'adapter et de régler notre logiciel en fonction de notre environnement de jeu. La section Input comprend un accordeur, un noise gate, un module de réglage de niveau et un module ACT sur lequel nous reviendrons plus tard. La section output, elle, comprend également un module ACT, un mixeur, une égalisation globale semi-paramétrique et un compresseur. Bref c'est complet et pertinent.

Maintenant, on va attaquer le vif du sujet avec les modules centraux, appelés "stomps", "amps & cabs" et "effects".  J'ai besoin de vous faire un dessin ? Bah, le logiciel s'en charge mieux que moi. "Stomps" se présente sous forme d'un pedalboard, accueillant les effets censés se situer entre guitare et ampli.  "Amps & Cabs" vraiment non arrête de faire le neuneu, tu as compris. Et "effets" qui se présente sous la forme d'un rack, accueille tout ce qui est post-gain, ce que tu mets habituellement dans ta boucle d'effet.

Si c'est pas clair comme interface, arrête l'informatique.

Et là franchement pour configurer son rig, je crois qu'on peut pas faire plus simple. Tu cliques quelque part dans un module, ça t'ouvre la liste des machines disponibles, tu cliques sur celle que tu veux et tu la places dans le module. Il suffit ensuite de cliquer sur les boutons et switches pour régler les sons. Et voilà ! ensuite tu te sauvegardes tes presets si tu en as envie, et le tout est réglé.

Emulations en rafale

Au niveau des machines que tu peux donc tester puis éventuellement acheter, au-delà des "grands classiques" (phaser MXR, Tubescreamer, Tête Mesa Rectifier, Marshall JMP, Fender twin...), Peavey laisse bien entendu la part belle à ses marques, en proposant notamment une bonne partie de la gamme de pédales Budda, ainsi que ses amplis de la gamme de l'époque, Classic, 6505, 3120, Valveking, Triple XXX II, mais aussi Budda Superdrive et deux modèles "custom Shop". Les racks, eux, n'émulent pas vraiment des machines particulières, il s'agit de modules génériques de réverbe, delay, chorus etc...

On notera deux modules intéressants :

Un splitter/mixer qui permet de mettre deux machines en parallèle, très bien pour utiliser des amplis ou baffles multiples par exemple.

Un module "3rd party plugin" qui est une idée assez géniale, puisque vous pourrez donc via cet élément importer n'importe quel autre plug-in au format VST ou AU, faisant de Revalver un hôte à plugin réellement polyvalent ! Rien ne vous empêche ainsi, notamment dans un usage live, de vous servir de Revalver en standalone avec des plugs de réverbe Lexicon, une simulation de HP Two notes, un Delay Eventide ou un gros compresseur studio de chez Waves ou Softube !

Et hop un delay externe d'inséré !

Après, bon, ne soyons pas en reste tout ça c'est bien pour tous ceux qui veulent juste jouer "facile" mais je sens qu'il y a ici quelques nerds acharnés, allons donc voir les fonctions avancées du logiciel.

Pièce en trois ACT

Pour commencer, on trouve dans chaque module, y compris celui d'entrée et de sortie, des éléments ACT qui signifie Audio Cloning Technology. Pour faire simple, ce sont des modules de convolution (voir mon article de cet été) où l'on enregistre et exploite ses propres impulses d'ampli, de baffle, d'égalisation, d'ambiance voire même carrément d'instrument. Le concept est très semblable à celui du Kemper Profiling Amplifier, mais pour (bien évidemment) bien moins cher !

A noter, dans la boutique Revalver on trouvera des impulses prêts à l'usage de nombreux amplis et guitares. Les rendus sont bien évidemment très fidèles et naturels, avec toutefois le manque de possibilités de réglages implicite au concept de la convolution.

Ensuite, et là on s'adresse plus aux aficionados de l'électronique, on trouve en faisant un clic droit sur les machines, une fonction "tweak schematic" particulièrement intéressante. En effet, d'après Peavey, leur démarche pour émuler les pédales et amplis présents dans Revalver, a été de reconstruire informatiquement les schémas électroniques, et donc de reproduire le comportement de chaque composant pour aboutir au final au rendu de la machine. Le truc c'est que cela aurait pu être un simple argument commercial (je sais pas vous, mais moi du moment que ça sonne, je me fiche que les concepteurs aient fait 500 pages de calcul ou juste une incantation au dieu maléfique de l'amplification avec de la bave d'une tortue d'Anjou macérée dans 503 paillettes bleu mordoré. Passons.), mais via la fonction de Tweak, le logiciel vous permet de rentrer dans les schémas et de modifier la valeur et les caractéristiques de quasiment chaque composant ! Et c'est assez énorme parce que l'on peut aller simplement changer le type de lampes, mais aussi du coup les valeurs de bias, modifier complètement les tone stack... et jouer à l'apprenti sorcier sans aucun risque de foutre le feu à la maison !

Le schéma du 6505, éditable à loisir

Enfin, Revalver dispose d'un midi Mapping complet qui vous permettra par une fonction LEARN totalement intuitive (clic droit sur le contrôle à mapper, par exemple le "tone d'une pédale de drive", cliquer sur "create midi mapping" et simplement actionner le contrôleur midi qu'on veut attribuer) de télécommander autant de paramètres que vous le désirez, très utile en live ou simplement pour ceux qui aiment utiliser des contrôleurs dédiés en studio plutôt que la souris.

Et donc, le son, c'est canon?

Bon, on parle, on parle, mais c'est bien beau de pouvoir ajuster la tolérance d'un condensateur, faut que derrière le résultat sonore soit convaincant. Et là, je dois bien avouer que je comprends pourquoi Revalver a toujours sa place sur le marché des années après sa dernière update. Je pense qu'on retrouve un peu les mêmes travers que sur les produits hardware de la marque, à savoir que là où Peavey excellent, c'est dès qu'il commence à y avoir de la saturation, pas sur les sons clairs. Je me suis beaucoup amusé notamment avec les émulations de la marque (un peu moins avec les pédales Budda, mais c'est peut-être une affaire de goût). Particulièrement, les émulations des 6505 ont une saveur très proche de l'original ! C'est granuleux, c'est costaud, facile à gérer. Au niveau des effets de modulation on est un peu plus dans le passe-partout, générique voire fade, on sent que ce n'est pas le point sur lequel les développeurs du logiciel ont insisté... Cependant ce sera facilement compensé en insérant des plug-ins tiers.

Juste attention, la plupart des modules ont des égalisations de partout, et la plupart sont plutôt efficaces voire radicales. Il est facile de se perdre dans la recherche de son son... comme avec tout ce qui regorge de possibilités me diras-tu, et tu as raison.

 

Extrait sonore : guitares (Lag Rockline) et basses (Harley Benton) enregistrées en direct dans carte son Tascam US 1641, pas de post traitement, Revalver en insert sur chaque piste avec presets d'usine (extrait 1), presets ACT sur les pistes guitare (extrait 2)

Conclusion

Au final, je comprends aisément pourquoi Peavey n'a pas jugé nécessaire de mettre à jour Revalver depuis si longtemps : il était déjà en avance sur la concurrence, à de multiples niveaux : fonctions avancées, qualité du son, modèle économique... Rien que pour sa fonction d'hôte VST et le ACT pour ceux qui aiment la notion de profilage de matos, ce logiciel petit mais costaud mérite de se retrouver téléchargé et gardé dans un coin du disque dur, il sera toujours utile ! 

Les plus

 - Sons d'ampli Crunch et hi-gain très convaincants, particulièrement les modèles Peavey
 - Modèle économique "je ne paye que ce que j'utilise"
 - Fonctions de tweak et de profilage avancées, profils ACT réalistes
 - Fonctions Standalone et hôte VST

Les moins

 - Interface ergonomique mais vieillissante
 - Certains effets en retrait niveau qualité
 - On aimerait bien quand même un Revalver 5, avec des émulations de machines récentes !

 

Distribution
Produit Peavey distribué par Face BVA.