La société idéale

Aller à la page: ... 10  
Auteur Message
Kandide
Custom Total utilisateur


Inscrit le: 09 Feb 11
Localisation: perdu dans l'Espace-Temps

Répétition du dernier message de la page précédente :
numero27 a écrit :
Kandide a écrit :



Le discours d'un autre siècle....
ça fait peur...

Je comprends pourquoi les femmes se sauvent de Backstage...


Non, les reflexions sur backstage sont globalement qualitatives, si les femmes se sauvent c'est principalement à cause d'une différence fondamentale : les hommes ont le sens de l'humour et les femmes pas du tout, à la place elles éprouvent généralement de la consternation. Cette différence d'appréciation sur les choses de la vie est en grande partie la cause de leur incompréhension mutuelle, c'est un sujet interessant je te remercie de l'avoir soulevé.


Ironique...

_________________
Prenez soin des autres comme de vous-même.
AMOUR & PAIX & BONHEUR POUR TOUS !!!

Faites l'Amour le plus souvent possible, (pas la guerre) ! Sponsorisé par le lobby du préservatif...
(je touche ainsi 1 centime par préservatif vendu)

Si l’on est d’une tolérance absolue, même envers les intolérants, et qu’on ne défende pas la société tolérante contre leurs assauts, les tolérants seront anéantis, et avec eux la tolérance. (Karl Popper)

L'homme est la seule créature qui refuse d'être ce qu'elle est. (Albert Camus)

Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait.
(Marcel Pagnol inspiré par Mark Twain....)
Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait.
(Mark Twain)

"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres.
Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça"
(Michel Collucci, alias Coluche)

"skynet": Bon, t'es un gentil: je t'efface pas!

Citoyen d'honneur de la Savoie Libre décerné par SharkFood himself !

Jules_albert: je ne sais pas sur quelle planète tu vis, kandide, mais sur la terre...
bjeje: Tu vis dans un monde parallèle Kandide, non ?
Haut
Alerter un moderateur
manulonch
Vintage Méga utilisateur

Cet utilisateur est un technicien réparateur d'instruments et matériel audio

Inscrit le: 04 Nov 03
Localisation: Mons (7000, Belgique)

bobofran a écrit :
Allo ! Il n'y a pas de nanas tout court sur g.com !!!


Mashanana ??

_________________
Photos de filles aux très gros attributs mammaires (sans moustaches comme Noël)

Hahahahaha putain...

" Militer sur Backstage c'est comme être riche au Monopoly "

"Viande, ça veut dire vitalité. Et quand quelqu'un est dans le coma, on dit que c'est un légume." CQFD !
Haut
Alerter un moderateur
TimeBomb
Special Ultra utilisateur

Inscrit le: 31 Oct 13
Localisation: -

J’ai récemment vu passer sur Facebook une citation attribuée à Jean Yanne (j’ai pas vérifié si c’est exact) qui m’a fait sourire :
« Si les femmes nous dirigeaient, les pays ne se feraient plus la guerre mais se tireraient la gueule »

_________________
But always with a smile, she was sure to try to hide
The fact from us that she was catching hell
Haut
Alerter un moderateur
damonp
Special Top utilisateur


Inscrit le: 25 Sep 19
Localisation: France

pas mal la citation, surtout que quand les femmes bossent ensemble ou se regroupent elles ont leur "pertes périodiques" en même temps, alors laisse tomber le carnage niveau humeur pendant un quart du mois on pourrait donc en venir à supposer qu'il y aurait bain de sang
Haut
Alerter un moderateur
TimeBomb
Special Ultra utilisateur

Inscrit le: 31 Oct 13
Localisation: -

Lao a écrit :
TimeBomb a écrit :

Il ne s’agit pas réinventer la roue mais plus prosaïquement de mettre ses couilles sur la table et de présenter sommairement ce qu’on souhaite comme modèle alternatif. Celui-ci est trop inavouable pour que vous vous livriez à l’exercice ou est ce simplement que votre critique de la société démocratique libérale capitaliste est totalement stérile ?

Je peux préciser les questions si besoin :

- comment votre modèle alternatif organise la société sur le plan économique (production, répartition des richesses...) ?

- quelle place ce modèle alternatif laisse t’il au concept de démocratie et aux libertés individuelles ?

- en quoi votre modèle alternatif est-il intrinsèquement plus à même de répondre au défi du développement durable et de la préservation de la planète et de ses ressources ?

J’entends et comprends (tant que ça fait preuve de nuance) les critiques du système libéral capitaliste. Je suis donc intéressé par les alternatives à condition qu’elles ne soient pas encore plus critiquables. Vu votre difficulté à l’exprimer et le choix de l’ironie ou le besoin de prendre votre interlocuteur pour un con, c’est loin d’être gagné.
Je vais répondre pour ce que je comprend de l'anarchisme mais
1- de façon succincte (il y a des bibliothèques pour combler les vides)
2- je rappelle que je considère l'anarchisme comme une utopie aujourd'hui.
3- je ne rentrerai pas non plus dans le suivi de la polémique car le ton que tu emploies me parait trop agressif.

* comment ce modèle alternatif organise la société sur le plan économique (production, répartition des richesses...) ?
- Les productions sont autogérées par les personnes y participant (absence de hiérarchie).
- les "richesses" (il faudrait définir) sont réparties suivant les besoins (à définir collectivement).

* quelle place ce modèle alternatif laisse t’il au concept de démocratie et aux libertés individuelles ?
- Chacun ayant voix aux décisions pour la collectivité le terme démocratie (gouvernement par le peuple) reprend tout son sens.
- l'anarchisme prône la "réalisation et l'émancipation" de l'individu.

* en quoi ce modèle alternatif est-il intrinsèquement plus à même de répondre au défi du développement durable et de la préservation de la planète et de ses ressources ?
- C'est un système qui favorise le sens des responsabilités civiques et la créativité personnelle mais qui ne favorise ni la surproduction ni la surconsommation. Ceci dit l'anarchisme en théorie ne s'est jamais posé ce problème qui survient dans un monde capitaliste en voie de surpeuplement mais les anarchistes sont censés être des gens responsables.

PS : aujourd'hui s'il y a une expérience à suivre c'est celle du Rojava au Kurdistan syrien.


En préambule : si j'ai pu paraître répondre sur un ton agressif, c'est parce que mon interlocuteur se demandait dans le post me citant si j'avais déjà lu un livre, dont acte.

Cela étant, puisque tu es le seul à te donner la peine de répondre aux questions que je soulevais (et qui répondent à des préoccupations personnelles profondes), je vais essayer d'y répondre de manière posée et réfléchie.

Reprenons point par point donc :

* comment ce modèle alternatif organise la société sur le plan économique (production, répartition des richesses...) ?
- Les productions sont autogérées par les personnes y participant (absence de hiérarchie).
- les "richesses" (il faudrait définir) sont réparties suivant les besoins (à définir collectivement).


Si le concept de "richesse" te dérange on peut utiliser le concept de "réponse aux besoin". Si je te suis bien, on définira donc les besoins collectivement. Qu'est-ce qui se cache exactement derrière ce "on" ? Ca se passerait à quel niveau ? Local, régional, national ? On fait des consultations populaires pour chaque décision à prendre ? Le cas échéant, qui définit le contenu de la consultation et la ou les questions soulevées ? Ou alors envisages-tu un mécanisme de délégation "démocratique" ? Si d'aventure il s'agit de multiplier les pôles de décisions collectifs, comment se géreront les éventuels conflits entre les décisions adoptées (en démocratie existe ce qu'on appelle la hiérarchie des normes) si chacune d'entre elles se valent (absence de hiérarchie) ? Quelle place est réservée à ceux qui ne "participent pas" parce que trop vieux ou incapables pour telle ou telle raison (santé physique ou mentale) ? Comment appréhender les besoins de chacun (ils varient non seulement d'individu à individu mais aussi dans le temps pour une même personne).

Louable dans ces intentions, ce modèle me paraît difficilement praticable à une échelle qui n'est pas celle d'une petite collectivité autarcique.

* quelle place ce modèle alternatif laisse t’il au concept de démocratie et aux libertés individuelles ?
- Chacun ayant voix aux décisions pour la collectivité le terme démocratie (gouvernement par le peuple) reprend tout son sens.
- l'anarchisme prône la "réalisation et l'émancipation" de l'individu.

Ta conclusion est toute personnelle. Mon point de vue c'est que c'est le libéralisme qui prône cette réalisation de l'individu face aux idéologies collectivistes. Ce qui distingue au fond l'anarchisme du libéralisme, c'est que le libéralisme insiste par ailleurs sur la contrepartie nécessaire dans une société humaine aux droits et libertés octroyés aux individus, à savoir la responsabilisation de ceux-ci. Ces droits et ces libertés se veulent aussi une garantie contre l'arbitraire et la tyrannie (et si c'est sans doute imparfait, ça fonctionne assez pour - exemple que j'affectionne - des prisonniers en Europe puissent voir les états condamnés en raison de leurs conditions de détention).

Au cours de l'histoire occidentale, la lutte pour l'émancipation n'a pas été qu'un combat en termes de conquêtes sociales. Certains ont également jugé utile de se sacrifier pour ces droits et libertés individuelles. On a même jugé utiles d'en faire des règles constitutionnelles, qui constituent donc le cadre normatif inébranlable sur lequel doivent s'articuler toutes les autres prises de décisions. Je constate aujourd'hui qu'un certain mouvement à gauche semble remettre en question la valeur et l'importance de ces droits et libertés individuelles, ce qui est pour moi un motif d'inquiétudes qu'aucune invitation à la lecture ne saurait apaiser Je vous invite, militants ou simples sympathisants de gauche, à peut-être pousser un peu plus le raisonnement sur ce point précis.

Enfin, en ce qui concerne le "gouvernement par le peuple" j'en reviens aux questions que je soulève au premier point et aux difficultés pratiques.

* en quoi ce modèle alternatif est-il intrinsèquement plus à même de répondre au défi du développement durable et de la préservation de la planète et de ses ressources ?
- C'est un système qui favorise le sens des responsabilités civiques et la créativité personnelle mais qui ne favorise ni la surproduction ni la surconsommation. Ceci dit l'anarchisme en théorie ne s'est jamais posé ce problème qui survient dans un monde capitaliste en voie de surpeuplement mais les anarchistes sont censés être des gens responsables.


Je te répondrais sur ce point que le capitalisme n'est pas une force surnaturelle avec laquelle il faut composer, mais un moyen d'organiser l'économie, un outil en quelque sorte. Au contraire, la démocratie libérale (qui est un peu le pendant sur le plan de l'organisation politique d'une économie capitaliste) offre tout loisir aux individus d'adapter leur comportement en toute circonstance et d'être ces citoyens responsables que - c'est ma conviction sincère - que l'on soit de gauche ou de droite on aspire tous à être (on souhaite tous a priori faire partie plutôt de la solution que du problème, ça ne veut pas dire qu'on a toujours raison pour autant).

Cette liberté qu'offre ce modèle on la perçoit d'ailleurs bien aujourd'hui. Avec une société civile qui prend le relais partout où le politique est défaillant. Avec des initiatives citoyennes pour gérer la problématique migratoire dans ce qu'elle a de plus concret (trouver des logements, aide sur le plan administratif, etc), des citoyens qui se mobilisent toujours un peu plus pour le climat et la planète.

Tiens, je finirai avec un exemple belge récent. Une banque citoyenne et responsable essaye de s'imposer sur le marché belge et a, à ce titre procédé à une levée de fonds à hauteur de 30M€ ces deux dernières semaines. La levée de fonds a été un franc succès avec une participation essentiellement citoyenne (en proportion des acteurs dits "institutionnels") alors même que l'investissement si on se penche un peu sur la question paraît assez risqué et peu susceptible d'engendrer un quelconque retour sur investissements avant de nombreuses années. C'est bien la preuve que même lorsque le modèle économique est supposé viser l'accumulation des profits, la société démocratique libérale offre à cet individu la possibilité d'agir responsablement au delà d'une pure logique économique.

Voila mes premières réflexions à brûle pourpoint et pourquoi je pense qu'il faut surtout urgemment réformer la démocratie libérale pour se réapproprier une partie des responsabilités octroyées à nos politiques qui marchent aujourd'hui main dans la main avec les lobbies industriels. Mais je me refuse de jeter le bébé avec l'eau du bain car, c'est ma conviction, le bilan des sociétés démocratiques, libérales et capitalistes est largement moins noir que la caricature que vous vous plaisez à en faire ici.

J'espère maintenant que cette réponse circonstanciée me vaudra autre chose qu'un lien vers un bouquin à commander sur Amazon...

_________________
But always with a smile, she was sure to try to hide
The fact from us that she was catching hell
Haut
Alerter un moderateur
lo-fi reup
Custom Top utilisateur

Inscrit le: 09 Dec 07
Localisation: France

franchement parler de ca sur un forum avec des posts a rallonge c est franchement inadapté

entre deux gugusses qui font de l'humour ironique (pleonasme)

dans un premier temps tu peux regarder le reportage sur l'usine bretonne SDAB qui etait menacee de fermer

les salariés l'ont rachetée et reprise en auto gestion

je te laisse voir l evolution des mentalités

et la conclusion

PASSIONANT


_________________
Friends, chicks and marshall stacks!

mon projet solo de shoegaze : RICK DECKARD
https://soundcloud.com/rickdeckardproject

mon soundcloud poubelle :
http://soundcloud.com/lo-fi-reup
Haut
Alerter un moderateur
ZePot
Vintage Total utilisateur


Inscrit le: 21 Jul 04
Localisation: Ibiza, ES

Dans ta société idéale il y a encore des usines et des mecs qui bossent dedans ?

_________________
Telecaster :love:
Haut
Alerter un moderateur
Kandide
Custom Total utilisateur


Inscrit le: 09 Feb 11
Localisation: perdu dans l'Espace-Temps

lo-fi reup a écrit :
franchement parler de ca sur un forum avec des posts a rallonge c est franchement inadapté

entre deux gugusses qui font de l'humour ironique (pleonasme)

dans un premier temps tu peux regarder le reportage sur l'usine bretonne SDAB qui etait menacee de fermer

les salariés l'ont rachetée et reprise en auto gestion

je te laisse voir l evolution des mentalités

et la conclusion

PASSIONANT



C'est exactement ce que je disais: Les entreprises coopératives !

_________________
Prenez soin des autres comme de vous-même.
AMOUR & PAIX & BONHEUR POUR TOUS !!!

Faites l'Amour le plus souvent possible, (pas la guerre) ! Sponsorisé par le lobby du préservatif...
(je touche ainsi 1 centime par préservatif vendu)

Si l’on est d’une tolérance absolue, même envers les intolérants, et qu’on ne défende pas la société tolérante contre leurs assauts, les tolérants seront anéantis, et avec eux la tolérance. (Karl Popper)

L'homme est la seule créature qui refuse d'être ce qu'elle est. (Albert Camus)

Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait.
(Marcel Pagnol inspiré par Mark Twain....)
Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait.
(Mark Twain)

"Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres.
Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça"
(Michel Collucci, alias Coluche)

"skynet": Bon, t'es un gentil: je t'efface pas!

Citoyen d'honneur de la Savoie Libre décerné par SharkFood himself !

Jules_albert: je ne sais pas sur quelle planète tu vis, kandide, mais sur la terre...
bjeje: Tu vis dans un monde parallèle Kandide, non ?
Haut
1 Alerter un moderateur
lo-fi reup
Custom Top utilisateur

Inscrit le: 09 Dec 07
Localisation: France

ZePot a écrit :
Dans ta société idéale il y a encore des usines et des mecs qui bossent dedans ?


Ce ne sont plus des usines mais des boites a epanouissement personnel

Oui, car dans la societé ideale, on voudra toujours bouffer du poisson

La société ideale n'interdit pas le travail de certains dans le domaine qu ils ziment et où ils sont specialisés

_________________
Friends, chicks and marshall stacks!

mon projet solo de shoegaze : RICK DECKARD
https://soundcloud.com/rickdeckardproject

mon soundcloud poubelle :
http://soundcloud.com/lo-fi-reup
Haut
Alerter un moderateur
numero27
Custom Total utilisateur


Inscrit le: 07 Feb 06
Localisation: Paris (75, France)

Ma société idéale c'est la société actuelle + je gagne au loto . C'est con, ca tient a peu de chose en fait ....
Haut
Alerter un moderateur
Biosmog
Vintage Total utilisateur

Inscrit le: 27 May 13
Localisation: -

Nous n’étions pas Amazon, nous étions mieux qu’Amazon, car nous regardions le client dans les yeux et nous écoutions ses soucis

Je viens de recevoir par e-mail ce chouette témoignage sur notre époque. Un peu triste, mais tourné avec beaucoup de finesse et d'optimisme, au point de dessiner une société idéale en creux. Je confirme pour le connaître un tout tout petit peu (il m'a vendu une dizaine de DVD), que l'auteur est une personne extraordinaire.

Citation:
Je suis arrivé dans ce métier par accident, à la recherche d’un boulot d’appoint durant quelques mois, en 1989. L’entreprise s’appelait Vidéo 7 à l’époque. Le chef parlait bien l’allemand et mal le français (moi aussi !) ; il m’a engagé en 10 minutes sans que j’aie quoi que ce soit comme compétences. Mes parents n’avaient pas la télé, on allait peu au cinéma. J’avais tout à découvrir et j’ai adoré cette phase où chaque film récemment visionné m’émerveillait. Pour un jeune homme timide et réservé, le vidéoclub s’avéra un melting pot social et culturel parfait. L’apprentissage du job se solda par une révélation : je savais parler aux gens et j’aimais ça !
Motivé grave, je lisais des dictionnaires de cinéma après le boulot, j’ai fourni des efforts. Après quelques mois, je suis devenu gérant de magasin, puis responsable de plusieurs succursales. Tout était cool mais, avec ma tête brûlée (qui m’avait déjà assez peu rendu service à l’école), dès que je maîtrisai vaguement le sujet, j’ai commencé à poser des questions, à proposer des choses. Mes supérieurs ont passé de la stupeur positive à l’énervement en quelques mois. Peu à peu, je compris que, même très naïf et incompétent encore, j’avais une vision qu’il paraissait impossible à mettre en pratique avec les gens qui me dirigeaient ; je voulais mettre TOUS les films en location, sans exception, parce que tous les films ont leur public et méritent notre attention. Et je voulais développer la vente, encore embryonnaire à l’époque, parce que je ne voyais pas pourquoi, si les gens achetaient des livres et des disques, ils n’achèteraient pas d’autres merveilles culturelles. Je ne pouvais pas continuer, j’ai claqué la porte. En grommelant.
Puis, plusieurs évènements que je ne m’explique toujours pas tout à fait sont arrivés quasi en même temps: mon oncle et ma tante, qui avaient de la fortune, ont pris pitié de moi et m’ont permis de faire une offre pour racheter mon commerce sans que j’aie un kopeck en poche. Et le patron (remember, il parlait allemand, moi aussi, et je crois qu’il en avait déjà ras la patate des Romands ), m’a vendu l’affaire au nez et à la barbe de plusieurs concurrents aussi puissants qu’énervés. Je suis devenu proprio, à 29 ans, sans ressources, couvert de dettes mais avec un enthousiasme débordant. Dû aux lois strictes de la police du commerce lausannoise (malgré la demande, impossible d’ouvrir plus tard que 19h !) il fallait trouver une solution pour séparer la vente (sévèrement contrôlée) et la location, où les règles étaient moins strictes. Et c’est ainsi que le double magasin du Karloff est né, suite à la libération fortuite d’une surface commerciale à 40 mètres. J’ai signé un autre bail comme dans un songe, j’ai trouvé une associée en 10 minutes (la merveilleuse Diana Sedenco, que je salue encore), j’ai engagé des gens et j’ai ouvert le deuxième magasin. C’était la veille de Pentecôte 1997. Rétrospectivement, j’aurais dû me péter la gueule grave.
Mais je suis arrivé au beau milieu d’un âge d’or de la profession, avec une clientèle existante qui m’aimait bien. Puis d’autres miracles se sont produits ; la vente, domaine auquel les grandes surfaces ne croyaient pas, a captivé l’imagination des Lausannois et la foule débarqua. Puis, en 1998, survint le développement technologique qui allait changer ma vie. Le DVD pointa le bout de son nez, d’abord des USA en petites quantités, puis de plus en plus vite, de partout. Les lecteurs se vendaient et les clients découvraient, médusés, que l’existence des produits américains permettait de visionner des films parfois avec plusieurs mois d’avance sur les salles obscures de la place. Il n’existait pas de lois pour légiférer cet aspect, les grandes surfaces n’avaient pas vu venir le produit et le marché s’emballa. Puis ce fut l’explosion ! En quelques mois, j’avais remboursé mes dettes, je planifiais un site internet (avec l’aide du non moins merveilleux Joseph Marjay, que je resalue également) et j’ouvrai une succursale à Montreux. J’espérais que ce serait la première d’une longue série… Ce fut une erreur. Mais qui n’en commet pas ?
Rétrospectivement, 2002 fut l’apogée et la cassure de mon modèle commercial. C’était une période magique de mon existence, je me suis marié avec une femme incroyable, j’ai eu des enfants incroyables et mon projet musical, longtemps désiré, put prendre son envol. Mais, parallèlement, les frais fixes de mon entreprise explosaient, la FNAC fit son apparition à Lausanne, l’industrie de l’Entertainment suisse, furieuse, fit du lobbying à Berne pour boucher le trou de souris juridique et l’émergence d’internet (y compris Amazon) permettrait sous peu à tout le monde de commander ce que je pouvais commander et de posséder les informations que je détenais. En 2005, j’étais au bord de la ruine, je dus me séparer de mes associés, de 80% de mes employés et je fermai ce que je pouvais fermer. Et puis, une chose imprévue arriva à nouveau : la difficulté fit que j’appris vraiment mon métier. J’ai compris ce qu’être entrepreneur voulait dire, je sus prendre des décisions difficiles et apprendre de mes bourdes juvéniles. Je suis plus fier d’avoir sauvé mon entreprise chaque année durant 15 ans que de mes succès durant la période glorieuse. Au début, j’ai eu de la chance. Puis j’ai eu du mérite.
Je ne compris que plus tard que, personne atypique que je suis certainement, j’avais créé un monstre qui me ressemblait :
- bordélique, parce que je le suis. Le désordre du Karloff est aussi célèbre que les choses qu’on y trouve. Mais, sans doute, et ce de manière très inconsciente, l’auguste binz forçait les gens à fouiller. Quand on fouille, on trouve des choses qu’on ne cherchait pas. Le chaos amène la création, pensais-je… Ou il forçait les gens à discuter avec moi et, comme on le sait, je suis très bavard )
- le refus explicite de toute forme de décoration ; selon beaucoup d’avis de professionnels, ma vitrine était clairement la plus moche de Lausanne. Je n’en suis pas fier, mais les gens qui me connaissent savent que je n’ai aucun œil et que je ne sais pas planter un clou )
- démocratique, parce que j’ai toujours refusé de ne vendre qu’une partie du catalogue ; tous les films avaient la même valeur, il n’y avait pas de distinction entre dessins animés et série B de Kung Fu. Pas de racisme, Bergman était à côté de Christian Clavier.
- libertaire, parce que j’ai toujours été mal à l’aise face aux cartes de client, cartes de fidélité et autres mécanismes pour attraper les informations vitales des clients et de sonder/orienter leurs désirs. Je ne faisais pas de statistiques et j’ai tenté de respecter la sphère privée de tout un chacun.
- idéologique, parce que tout au long de ma carrière, j’ai presque toujours obstinément refusé de faire de grandes soldes, de faire des prix d’appel, de surtaxer les produits rares et de céder aux règles d’or du commerce ; non, je ne voulais pas liquider les produits qui ne se vendent pas de suite. Je n’aime pas le mot « liquider ». Je pensais que ce film allait patiemment attendre la personne qui le découvrirait, qui venait pour lui. Cette personne serait heureuse, et moi avec. Non, je ne voulais pas distinguer entre « grand succès » et « film de niche ». Je voulais que tous les publics soient bienvenus ; je voulais faire découvrir plutôt que de vendre, je voulais discuter au lieu d’encaisser.
Peu à peu, la situation a commencé à se tendre. Les grands groupes ont étendu leur emprise, les fournisseurs, de plus en plus nerveux, leur ont accordé des conditions qu’ils me refusaient, les droits de retour tout d’un coup annulés, chaque erreur d’achat devint un danger potentiel. La guerre des prix fit son apparition, le client suivit (et on ne peut l’en blâmer) et le reste est vite raconté. Privé d’arrangements qui me permettaient d’être compétitif, mon magasin est devenu peu à peu trop cher pour les gens abonnés aux soldes de décembre, au « Black Friday » et autres prix cassés. Mon refus strict d’entrer dans cette logique de 3 pour 2 aura eu pour effet de faire penser à beaucoup de clients que mon commerce n’était pas attractif, peu concurrentiel, voire que je les plumais. Ce n'était pas la vérité et Dieu sait que je sais ce que vivre avec peu signifie mais je ne peux en vouloir à personne d’avoir pensé ça et de l’avoir transmis. Malgré les clients incroyables qui me sont toujours fidèles, ce n’est pas le désamour de mon magasin qui m’aura tuer (comme dirait Omar…) en définitive mais le désamour actuel de mon produit. Ce n’est pas Amazon, La FNAC, Mediamarkt, Cede.ch ou d’autres concurrents qui m’auront tiré la prise, c’est le streaming. Tout simplement.
Et c’est pour cela que j’aimerais dire encore une fois que j’ai été heureux de servir et de conseiller chacun de mes clients, qu’il soit venu vendredi passé ou en 2015. La révolution culturelle, technologique et médiatique qui s’opère aujourd’hui est aussi violente qu’inéluctable. Je savais que j’en serais la victime, parmi tant d’autres. Je ne savais pas quand ; c’est aujourd’hui. Je suis fier d’avoir réussi à tenir si longtemps mais à l’impossible, nul n’est tenu. Je suis fier d’avoir réussi, jusqu’au bout, à essayer de rendre les gens heureux en leur trouvant un film marquant, à payer mon loyer, payer mes factures et mes employés. D’ailleurs, mes employés, parlons-en….
Pendant toutes ces années, j’ai eu la chance de travailler avec des dizaines de jeunes gens motivés, incroyablement intelligents et perspicaces, qui ont su s’envoler au bon moment, qui ont fait carrière, souvent dans les arts et la culture, qui ont enrichi mon quotidien avec leurs personnalités diverses. Certains sont partis aux quatre vents, d’autres sont devenu des amis. Beaucoup ont maintenant une famille et des enfants. Je suis fier de leur avoir donné un job et de les avoir vu partir vers des horizons de ouf….ils m’ont amené plus que ce que je ne leur ai apporté, si ce n’est le pécule qui finança une partie de leurs études. Je ne suis pas sur leur CV actuel mais je suis fier d’avoir été là pour eux quand ils avaient besoin d’un job d’appoint. En deux mots : « Win-Win » ! Et en deux autres mots : « Thank you !! »!
Pour terminer, merci à vous, mes clients, privés et médiathèques ! J’ai eu des milliers de discussions enrichissantes, j’ai fait des rencontres passionnantes, je suis devenu un être humain plus riche grâce à votre contact quotidien. J’ai pu assister à la création de collections de films en bibliothèque, qui sont toujours actives et dynamiques aujourd’hui ! Vous allez me manquer terriblement. Mais ma fatigue est grande aujourd’hui ; 25 ans de lutte acharnée pour la survie d’un modèle émergeant, brillant de mille feux, puis déclinant, ça laisse des traces. En effet, on ne peut supporter plus que trois fois par jour la phrase « mais comment faites-vous donc pour survivre encore ? » avant de craquer. J’ai entendu les questions au sujet de ma survie posées avec une empathie certaine, puis j’ai entendu la pitié qui s’y mêlait. J’ai entendu les enfants engueuler leurs parents devant moi parce que les vieux achetaient un Blu-Ray. Devant ma porte, j’ai entendu les rires narquois concernant l’existence même de ma boutique. J’ai lu sur les réseaux sociaux ; « c’est quoi le Karloff ? », puis j’ai lu « c’est quoi un DVD ? ». Je ne mentirai pas et ne vous dirai pas que ça ne me touchait pas, ça m’a brisé le cœur et on ne peut exister dignement quand on vous brise le cœur tous les jours.
Le Karloff a été, pendant une dizaine d’années, un acteur petit mais connu du paysage culturel lausannois. On allait au Karloff comme on allait à la Migros. Ce n’était plus le cas, évidemment, ces dernières années mais je suis quand-même rudement content d’avoir vécu cette période bénie où j’avais souvent l’impression d’être utile.
Et pourtant, je ne suis pas amer aujourd’hui. Je suis fier de mon parcours, fier de mes bosses, de mes erreurs, de ma persistance et de toutes les fois où des gens ont quitté mon magasin heureux. Merci à vous tous d’avoir lu ce message. Merci à vous tous de m’avoir tant donné et de m’avoir permis de nourrir ma famille et de faire un travail que j’ai aimé passionnément. Je suis fatigué de ma lutte impossible, je sais que je j’ai fait de mon mieux, je me reposerai quand cette aventure sera terminée et je reviendrai plus fort, avec d’incroyables richesses humaines dans ma besace.
Car tant de choses ont besoin d’être défendues ; ces prochains mois, deux autres échoppes mythiques de mon quartier disparaîtront (dont celle de mon collègue et ami Lorenzo, du magasin de BD Raspoutine). La disparition du commerce de détail n’est pas une bonne nouvelle pour la cohésion sociale de notre communauté. Nous n’étions pas Amazon, nous étions mieux qu’Amazon, car nous regardions le client dans les yeux et nous écoutions ses soucis. Peu formés à l’aide à autrui, mais néanmoins désireux de le faire.
La culture aura besoin d’être défendue particulièrement ; les modèles commerciaux et la technologie d’aujourd’hui ne permettent pas à tous les professionnels créatifs d’en vivre dignement, l’impact écologique du streaming devra être évalué et l’émergence de providers aussi puissants que commercialement orientés va secouer la branche de manière très violente ces 2-3 prochaines années. Paradoxalement, l’arrivée d’une manière facile de visionner et de posséder des films risque de mener à un appauvrissement du catalogue disponible plutôt qu’à une augmentation. Et c’est là que je vois la continuation de mon combat ; veiller à ce que, comme au Karloff, le film méconnu de Fellini soit aussi aisément accessible que le « Joker » !
Dans ce sens, je serais heureux de vous voir encore une fois pour une dernière tchatche, une dernière commande, un dernier conseil ou un dernier verre d’ici au 15 mars 2020. A bientôt donc et merci encore à vous tous !
Avec toute mon amitié.
Michael Frei

_________________
adieu g.com
Haut
Alerter un moderateur
Page 10 sur 14 La société idéale › début du sujet
Aller à la page: ... 10