Keeley Electronics - PHASER

- Le 26 Juin 2015
Robert Keeley s'est fait connaître en modifiant des pédales de marques très connues et en améliorant leur fonctionnement et démultipliant leurs possibilités. Proposant depuis quelques années ses propres produits, il a su mettre son expérience et l'analyse des besoins de ses clients à profit. Ses effets réalisés à la main aux Etats-Unis sont réputés pour leur qualité et leur intelligence…regardons cela en détails.

La découverte et l’Histoire
Logé dans un boitier de taille moyenne, ce Phaser est livré dans une sobre boite en carton, accompagné d’un certificat d’authenticité, d’un autocollant, d’une riche mode d’emploi et d’un second dépliant présentant l’historique de l’effet phaser et les influences de ce modèle Keeley. Il est vraiment plaisant de constater que l’on a affaire à un concepteur connaisseur et passionné de l’histoire industrielle des effets. Dans ce dépliant, Keeley nous parle des différents modèles qui – pour lui, ont construit la réputation et l’histoire du phaser. Il n’hésite pas à parler des caractéristiques phares de chacune de ces pédales de légende qu’il a ensuite copiées/adaptées et mélangées pour livrer sa propre interprétation du phaser « 6 steps » ultime - s’il doit en avoir un. Le mode d’emploi est très utile – et doit être lu absolument car même s’il est tout a fait possible de le brancher et jouer directement, ce phaser ne livrera pas tous ses secrets si facilement (en tout cas pas à moi la première fois…)

Les contrôles
Le boitier (aluminium) du phaser porte un revêtement sympathiquement vert scintillant, et comporte un  numéro de série gravé au dos. La signature de la personne l’ayant assemblé et la date de l’opération figurent à l’intérieur. L’ensemble de la réalisation inspire réellement confiance vu la qualité des matériaux employés et la solidité du contenant. La pédale fonctionne en 9Volts, que ce soit secteur ou pile (il faudra cependant deviser le dos de l’appareil pour l’insérer).
Coté contrôles, nous sommes face à 4 potentiomètres et un mini interrupteur 2 positions, accompagnés par 2 solides footswitchs - l’un, true bypass, étant dédié à la mise en marche/arrêt de l’effet, l’autre à l’étalonnage du tempo de la modulation et à l’actionnement du ramping (fonction détaillée plus bas). Il est important de préciser que ces gros interrupteurs doivent être enfoncés avec force pour déclencher une quelconque commande. Ceci n’est pas un réelle problème pour l’utilisation du ON/OFF, mais peut-être un peu gênant pour l’utilisation du Tap Tempo, lorsque l’on marque une pulsation rapide : il faut bien penser (et avoir le temps) d’enclencher le switch jusqu’au bout de sa course.


Les fonctions
Les variables permettant de modeler la sonorité du phaser sont concentrées en un seul et même potentiomètre nommé EDGE. Il s’agit d’un parti pris plutôt risqué car même s’il est toujours possible de modifier très rapidement la courbe et un minimum de choses, nous restons autour des mêmes sonorités, rendues plus ou moins extrêmes. Ce EDGE représente le cœur du phaser car l’ensemble des autres contrôleurs sont liés à la vitesse de la modulation. Le choix du son de cet effet se fait donc rapidement, mais pourra décevoir un certain nombres de guitaristes qui auraient souhaités adapter tel ou tel variables (résonnance, profondeur…).

La pédale peut être utilisée selon deux modes, donc le choix se fait grâce à l’interrupteur central (TAP/RAMP)

Mode TAP TEMPO
Assez simplement, une pulsation exercée sur le footswitch TAP va déterminer la vitesse à laquelle la modulation va s’effectuer – il suffit de deux pulsations pour assigner un tempo. Ce réglage de vitesse peut également s’effectuer manuellement via le potentiomètre dénommé SLOW ».

Mode RAMPING
Cette idée provient du fonctionnement de la cabine Leslie, dont la vitesse de rotation souhaitée nécessitait quelques secondes / millisecondes à être atteinte.
Ainsi, ce phaser offre la possibilité de définir deux vitesses de fonctionnement (qu’on distinguera logiquement par les appellations Lente et Rapide) que l’on pourra utiliser alternativement grâce au footswitch TAP. Robert Keeley nous propose en sus de paramétrer la vitesse de transition entre ces deux tempo (Lent et Rapide) – dénommée donc « Ramping ». Plus concrètement, vous pouvez choisir de basculer instantanément entre les deux réglages de tempo (potentiomètre Ramp à 0) ou alors entendre le tempo s’accélérer progressivement entre la position la plus lente et celle la plus élevée (ou ralentir progressivement). Ces modifications en temps réel sont assez saisissantes et ne manqueront pas de faire « effet » face à votre auditoire.
Bien que les sonorités issues de ce phaser soient 100% analogiques, le fonctionnement de la pédale ne l’est pas pour autant. En effet, les fonctionnalités Tap Tempo et Ramping sont trop compliquées (voir impossible) à gérer avec des composants analogies. Ainsi, comme certaines pédales de tremolo, les composants (analogiques) liés à la vitesse sont contrôlées de manière digitale.

Les LED
Un total de quatre LED, qui peut légèrement perdre le guitariste, est présent sur ce phaser. Elles sont réparties par paire (bleue + verte), de part et d’autre de l’inverseur TAP/RAMP.: 
les LED bleues indiquent la sélection (et non pas l’activité) des vitesses Slow ou Fast.
En mode Tap Tempo, la LED verte à gauche indique le tempo étalonné par le potentiomètre Slow ou le Tap, tandis que celle de droite s’allume de manière continue dès l’utilisation du switch de Tap Tempo. Elle ne s’éteindra que lorsque le potentiomètre Slow sera utilité (difficile de voir l’intérêt de cela).
En mode « Ramp », Les LED vertes reflètent respectivement le tempo déterminé par les potentiomètres Slow et Fast.

Dans les faits, c’est un peu compliqué à cerner. Par exemple, vous pourrez voir sur la vidéo que – dans le cas d’un ramping très lent, la LED change de coté (Slow ou Fast) dès la pression du switch TAP qui indique donc le démarrage de la transition – et non pas lorsque l’une des deux vitesse est réellement observée. Cela peut entrainer une certaine confusion :
= > Lors du départ de la transition (ramping) initié par une pression du footswtich Slow/Fast, la LED bleue SLOW s’éteint et laisse instantanément la place à la LED bleu « FAST ». Cependant l’indicateur vert de tempo « Slow » clignote toujours, en même temps que l’indicateur vert de tempo Fast: le premier ne s’éteindra que lorsque le signal aura atteint la fréquence indiquée par le second. Nous nous retrouvons donc avec 3 LED allumées, dont 2 clignotent à des fréquences différentes…



Conclusion
Ce phaser Keeley est un excellent produit, délivrant un son riche et embarquant des fonctionnalités très intéressantes (et peu communes). Même si procurant de très belles sonorités analogiques, il ne conviendra pas à tous dans la mesure où le travail de sculpture se limite à l’unique potentiomètre EDGE.
Les guitaristes avides de sensation Leslie se jetteront dessus et le maitriseront sans aucun souci.  Proposé autour des 260€, cette pédale est assez onéreuse, mais voit son tarif justifié par la présence du Tap Tempo (peu courant dans les phaser analogiques) et par la fonction de  ramping.

Prix public : 260 euros

Les plus
- son analogique
- le tap tempo
- le ramping
- silencieux

Les moins
- Un unique potentiomètre EDGE pour sculpter le son
- Fonctionnement des LED perturbant

Site de la marque : https://robertkeeley.com

Distribution
Produit Keeley electronics distribué par Saico.