Test Focusrite Scarlett Solo 3ème Génération

- Le 23 Août 2019 - Note Guitariste.com : (4/5)
Certains se rappelleront qu’en des temps immémoriaux, au-delà des ères de ténèbres qui virent l’avènement du guitariste, l’homme de cro-marshall, puis l’homme de Neandermetal, enfin le guitarero-sapiens… Bref, en cette ère lointaine d’il y a deux ans (hum), je testais pour toi lecteur la gamme des interfaces audio Scarlett de chez Focusrite, afin que tu puisses enregistrer tes splendides parties de guitare en toute sérénité. Aujourd’hui la marque d’audio pro britannique nous prouve qu’elle ne s’endort pas sur ses lauriers en nous proposant une troisième génération de sa gamme grand public/semi pro, et nous allons tester la petite benjamine, la Scarlett Solo.

Elle est bien Red

Dans une petite boite toute simple, on trouve le strict minimum, soit l’interface elle-même et un câble USB-C un peu court pour un câblage sur une tour mais parfait pour un usage nomade. 

La première chose qui m’impressionne c’est l’aspect extérieur. Ayant déjà placé la barre haut avec la précédente mouture, Focusrite nous livrent ici un design qui s’affine encore un peu et visuellement rien ne distingue la petite Scarlett d’une machine bien plus haut de gamme. L’alu brossé rouge est très élégant, les plastiques brillants, les pièces sont bien ajustées et les boutons n’ont aucun jeu. Comme quoi pas cher ne veut plus dire « cheap », en tout cas visuellement, et ça fait plaisir. On aura toute satisfaction à faire trôner l’interface sur son bureau.

Un tour d’horizon rapide sur la connectique, une entrée XLR, une entrée ligne/instrument, une prise casque, deux sorties ligne à l’arrière… On est dans le (très) simple et efficace, pour ne pas marcher sur les plates-bandes du modèle supérieur, à savoir la 2i2.

Une seule chose à ce niveau me paraît mal pensée, c’est le fait que le master volume soit commun aux line out et à la prise casque… cela veut dire qu’à chaque fois qu’on veut faire une prise micro, on doit débrancher ou couper ses moniteurs ! Il aurait fallu ne serait-ce qu’un petit switch pour muter les sorties arrière, ça aurait été salvateur… à penser pour la génération 4 ?

Le baron rouge

Une fois les pilotes installés et la Scarlett branchée, les fonctions activées s’allument en rétro-éclairage coloré sur la façade, c’est encore une fois joli et élégant… Bravo ! Le logiciel de gestion permet de télécommander toutes les fonctions de l’interface qui s’enclenchent par switch (AIR, Line/inst, Direct monitoring…) pas forcément super utile, mais une fonction supplémentaire est rarement en trop. On notera dans ledit logiciel beaucoup de fonctions bloquées et destinées aux interfaces plus puissantes qui ont des possibilités de routing avancées. Ce qui m’a surpris un peu par contre, c’est que le réglage de latence n’apparaît pas dans les paramètres de logiciel, il faut aller le chercher via la configuration de votre logiciel audio… j’ai du coup bien cru au début qu’elle n’était pas réglable et ça m’a surpris.

C’est zouliii

Ah big up aussi, tant qu’on est dans le logiciel… Focusrite n'est vraiment pas avare de bonus logiciel même pour une interface à moins de 120€… On a des versions lite de Ableton Live et Pro Tools, et des bundles de plug-ins de chez Avid, Softube, Focusrite et XLN Audio ! Très honnêtement pour la valeur de la dotation logicielle, vous avez presque la Scarlett en cadeau… de plus le lot est bien pensé car il est exhaustif, on peut commencer à travailler sur de l’audio clés en mains et obtenir de bons résultats, sans rien acheter d’autre !

Ah oui, quand même !

Ça tape dans le rouge

Bon, c’est pas tout ça, mais que ça fasse joli sur le bureau c’est bien mais… faut que ça sonne aussi… Et là, je dis chapeau ! J’avais déjà été convaincu par la précédente génération de Scarlett, mais les améliorations chiffrées de cette mouture sont clairement audibles. Rien ne sonne « cheap », que ce soit l’entrée micro ou l’entrée instrument, on a droit à de la belle dynamique, une grosse réserve de gain, une vraie clarté, très peu de bruit de fond… un bon point pour la sortie casque, souvent laissée pour compte de la qualité sur les petites interfaces, là elle permet VRAIMENT de travailler son mix (pour peu que tu aies un casque potable copain. Jette moi ce Beats Audio DE SUITE. Et lave toi les oreilles après !) La Fonction AIR, censée imiter la signature tonale des préamplis ISA, apporte un petit plus de clarté dans les hauts médiums qui peut être salvateur sur un micro un peu terne, même si on ne parle pas de jour et de nuit non plus, il y a ce « je ne sais quoi » de plus flatteur sur la piste.

Je vous ai mis un exemple ci-dessous, avec mon discutable timbre de chanteur presque aussi pourri que mon talent de guitariste :D  (prise direct avec un micro omnidirectionnel LEM D02, sans puis avec le mode AIR)

Conclusion

Soyons clairs, la Scarlett Solo 3e du nom ne révolutionne pas le marché et si vous êtes déjà dotés d’une bonne interface ou d’une Scarlett 2, l’upgrade sera bienvenu mais pas forcément indispensable. Par contre si c’est un premier achat et/ou que vous êtes vraiment concentrés sur la qualité plus que les options, dans cette gamme de prix ce n’est pas la mieux dotée en connectique, mais c’est clairement une de celles qui sonnent le mieux !

POUR

  • Rapport qualité/prix excellent
  • Très bon préampli et ampli casque
  • Finition
  • Dotation logicielle spectaculaire pour le prix

CONTRE

  • Le contrôle de volume commun au casque et aux line out
  • Réglage de latence difficile à trouver
  • Pas l’interface la plus complète dans sa gamme de prix

 

Distribution
Produit Focusrite distribué par Algam.

ARTICLES SUR LE MEME THEME

DISCUSSIONS SUR LES FORUMS

Lire le message sur le sujet 3ème génération Focusrite Scarlett - Le Test de Gcom

Laisser un commentaire à propos de cet article :
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Créer un compte gratuitement

 

PRODUITS DE L'ESPACE ACHAT